Avertir le modérateur

09/10/2011

FEMMES : LE 08 MARS, C’EST DÉJÀ TRES LOIN !

100_6884.jpgLes discours sur les droits des femmes, sur l’égalité prononcés le 08 mars sont déjà loin , très loin. Je pense, sans polémiquer avec certaines associations féminines qui considèrent aujourd’hui que dans le débat sur le droit des femmes le sujet essentiel, principal, parfois unique est celui du vocabulaire : être appelé Melle ou Mme, c’est-à-dire sujet existentiel par excellence, d’autres me semblent plus fondamentaux, parce qu’il s’agit tout simplement de survie.

Une amie me disait en parlant de la réforme sur la retraite : les femmes vont particulièrement « déguster ». Malheureusement elle avait mille fois raison. Sur les 8 millions de personnes qui survivent en France avec moins de 740 € par mois l’écrasante majorité sont des femmes. Elles composent les bataillons des salariés précaires, des retraités qui ne disposent que du minimum vieillesse, l’écrasante majorité des chefs de familles monoparentales obligés seules d’élever des enfants seules. Dans le cadre de ma délégation en tant que Maire Adjoint aux seniors à Evry, je constate cette misère, parfois avec des cas extrêmes comme cette dame qui « vit » avec 50 € tous les 15 jours, ou cet autre complètement démunie après une opération chirurgicale et la demande classique du médecin demandant en « dessous de table » des dépassements d’honoraires.

Depuis le 8 mars de cette année toutes une série de faits indiquent une détérioration nette du respect dû aux femmes. Je ne reviendrai pas sur l’épisode « Dominique Strauss Khan » qui pour ma part m’a laissé stupéfait devant cet atmosphère machiste insupportable mais sur une série de faits dont je suis témoin.

Je pense au comportement social dont sont victimes les femmes. Un exemple, le gouvernement vient d’imposer par décret dans l’indifférence médiatique générale (à l’exception notable du journal l’Humanité) une diminution des indemnités journalières versées pour arrêt maladie de 3,7 % (7 % en un an). Pour les femmes, la peine est double. Une personne (c’est-à-dire essentiellement les femmes) ayant 3 enfants verra ses indemnités baisser …de 30 %.

A Evry, comme à Villabé les élus socialistes avec les élus de droite, et les employeurs, veulent imposer l’ouverture des centres commerciaux le dimanche. Les élus communistes, et quelques élus Verts se sont opposés à ces propositions. Elles vont concerner en très grande majorité les salariés femmes. Une d’entre elle disait dans le Parisien «  "Le dimanche, je m'occupe de ma famille. Mon fils, je le vois le lundi ?". D’autres employées des Galeries Lafayette se déclaraient scandalisées par une telle proposition prise sans la moindre concertation et découverte dans les journaux, quel mépris !

Une autre proposition scandaleuse prise aussi sans concertation avec les collectivités locales par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France). La Municipalité d’Evry, permet aux personnes âgées de plus de 65 ans et aux personnes handicapés qui vivent avec des revenus minimums de bénéficier du transport gratuit sur notre agglomération. Cela concerne près de 500 personnes, dont 80 % de femmes. Le STIF vient de décider d’annuler cette convention qui permettait l’application de cette mesure importante pour lutter contre l’isolement des personnes, et le maintien de leurs autonomies, sans aucune proposition de remplacement. Quelle honte !

femmes,droits,injustice,evryUn autre fait passé scandaleusement tu. Les femmes se battent bien, mais la aussi elles subissent la répression à tous les niveaux. Ainsi, cette semaine, lors d'une manifestation du secteur médico-social et social les forces de l'ordre ont gazé et chargé un rassemblement de 1500 à 2000 personnes, essentiellement des personnels soignant et sociaux, et dont les femmes étaient les plus nombreuses. Trois d’entre elles ont été à cette occasion très grièvement blessés, dont une, secrétaire CGT d’un syndicat d’une clinique se trouve entre la vie et la mort. Le « baston » ce n’est malheureusement pas uniquement que dans certains couples qu‘il a lieu à l’encontre des femmes, mais également dans la société. Travaille et tait toi, semble être le mot d’ordre le plus répandu.

Les élections sénatoriales viennent de se dérouler. Qui sait que la représentation féminine déjà minoritaire a été encore réduite. Les sénatrices ne sont plus que 77 sur 348 au lieu de 80 sur 343 précédemment. Seul le groupe communiste assure une parité parfaite avec 11 femmes sur 21 sénateurs.

Mesures après mesures, les droits sociaux sont remis en cause. C’est vrai pour les retraites, pour le temps de travail, pour le respect humain. Nous sommes tous concernés, mais les femmes en subissent le plus, et de loin, les conséquences parce qu’elles les plus précaires, les plus fragilisées, et assument l’essentiel de l’éducation des enfants. Aujourd’hui le recul est généralisé, ne laissons pas faire, ne restons pas indifférents, révoltons nous…

diego1.jpgDiego Diaz, Maire adjoint d'Evry

01/10/2011

ESSONNE : DES MAIRES PS POUR L'OUVERTURE DES CENTRES COMMERCIAUX LE DIMANCHE

evry2_nuit.jpg«Délimitation d’un périmètre d’usage de consommation exceptionnelle sur le territoire de la ville d’Evry. » Ces obscurs termes techniques, votés au conseil municipal de la commune jeudi, dissimulent une révolution. Le centre commercial Evry 2, « à l’origine de la démarche », selon le député-maire PS de la commune,  (1), a de bonnes chances d’accueillir des clients le dimanche.

Tous les magasins, sauf Carrefour, sont concernés. Il ne manque plus aujourd’hui que l’aval du préfet. Mais pour tous les acteurs du dossier, l’ouverture est en très bonne voie. Les réactions sont partagées entre des clients qui sont Pour et des salariés qui son CONTRE.

Le groupe communiste, quelques Verts, ainsi que… l’UMP, ont voté contre la délibération. « C’est totalement inacceptable, s’indigne Christian Pigaglio, représentant du groupe PC au conseil municipal (3). Ce jour de repos commun est plus que jamais nécessaire dans notre société où le lien familial est fragile, surtout dans nos banlieues. »

30 à 40% du chiffre d’affaires


Pour Manuel Valls, il faut avant tout être « pragmatique ». « Nous sommes dans un secteur concurrentiel. Il faut donner les moyens au centre de résister », avance-t-il. La zone commerciale de la Croix-Blanche à Sainte-Geneviève-des-Bois, autorisée à ouvrir le dimanche, est notamment ciblée.

« Je me vois mal reprocher à Evry de vouloir ouvrir le dimanche », sourit Olivier Léonhardt, le maire PS de Sainte-Geneviève. Il prodigue cependant quelques conseils à ses voisins. « Nous vérifions que les lois sociales sont strictement appliquées. Si un magasin fait un écart, il ferme », explique l’élu. Hier, une bourse du travail a ainsi été inaugurée sur la commune. « C’est un outil de veille. Il faut être à l’écoute des syndicats et des salariés », précise Olivier Léonhardt. A Sainte-Geneviève, chaque dimanche, 70000 personnes se pressent dans les magasins, qui réalisent ce jour-là entre 30 et 40% de leur chiffre d’affaires.

Ces considérations économiques laissent de marbre Christian Pigaglio. « Le pouvoir d’achat n’est pas extensible. Ce qui est dépensé le dimanche ne le sera pas le reste de la semaine. Et l’on connaît très bien les pressions que font peser les patrons sur leurs salariés pour travailler le dimanche », martèle-t-il. Un problème que Manuel Valls assure avoir pris en compte. « Il y a incontestablement des risques. Nous serons vigilants », avance-t-il. Marianne Louis, adjointe au maire (PS), reste aussi « prudente ». « Cela peut être une chance en matière de création de jobs étudiants. Nous y veillerons », insiste-t-elle.

Les commerçants attendent désormais la décision de la préfecture. La chambre de commerce et d’industrie doit donner également son avis. « Nous regardons juste le caractère légal de la demande. Il n’y a pas de position idéologique. Si la loi est respectée, nous donnons obligatoirement notre accord », confie-t-on à la CCI. « Si le centre commercial veut ouvrir le dimanche, je le suivrai dans cette démarche », annonce Laurent Muller, le directeur de la Fnac d’Evry 2.

27/05/2011

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE A L’HONNEUR A EVRY

cnr1.jpgRencontre-débat de qualité à la mairie d’Evry à l’initiative des associations départementales d’anciens combattants sur le thème du Conseil National de la Résistance (1).

Plusieurs intervenants Jacques Lescure, Jacques Varin, André Fillière apportèrent témoignages sur le contexte dans lequel le CNR fût créé le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin. L’ensemble des mouvements de résistances opposants aux Nazis et au régime de Pétain furent ainsi unifiés et donnèrent une pleine légitimité au gouvernement provisoire du Général de Gaulle.

Des faits historiques furent rappelés mais également des faits largement méconnus dévoilés.

Le CNR évita la constitution d’une administration anglaise et américaine à la libération. Les comités locaux et départementaux sous l’égide du CNR permirent la mise en place d’instances démocratiques qui remplacèrent à la libération les préfets et municipalités Pétainistes.

CNR2.jpgEn Essonne les intervenants rappelèrent que les faits de résistances les plus divers se comptabilisèrent par milliers et que beaucoup de résistants le payèrent de leurs vies. Des personnalités se révélèrent à côté de nombreux d’anonymes.

Le programme du CNR largement discuté et amendé fut adopté à l’unanimité et constitua le socle décisionnel du gouvernement de la libération.

La liberté et la démocratie pour tous instituées, le droit social amplifié avec la création de la sécurité sociale et des comités d’entreprise, la nationalisation des secteurs clés de l’économie décidée comme le charbonnage, l’électricité, la banque, l’automobile, le salaire minimum institué…

Par contre, à la demande du Parti Radical, le vote des femmes ne fut repris dans le programme du CNR, mais l’assemblée provisoire à Alger l’imposa, et pour la première fois les femmes votèrent en 1945 en France.

Dans le débat les participants notèrent que l’esprit de résistance et de progrès défini par le CNR existe toujours malgré les appels de nombreux dirigeants de droites et du MEDEF de mettre à bas le contenu social, économique et démocratique.

cnr.gifLe titre du programme du CNR était intitulé « les jours heureux », une ambition portée par le sang de tous ceux qui de 1940 à la libération se sacrifièrent et qui mérite le respect.

(1) Organisme chargé d'assurer en France et dans la clandestinité la coordination des mouvements de résistance, des maquis, de la presse, des syndicats et des représentants de partis politiques opposés à Vichy. La première réunion du C.N.R. eut lieu à Paris, rue du Four, le 27 mai 1943 sous la présidence de Jean Moulin. Celui-ci était le représentant du général de Gaulle depuis le 1er janvier 1942 ; il parvint à réunir des tendances divergentes et à faire reconnaître par la Résistance intérieure la légitimité de la Résistance de Londres. Le C.N.R. groupait des représentants des deux grandes centrales syndicales (C.G.T. et C.F.T.C.), de huit mouvements de la Résistance et six représentants des partis (dont le Parti communiste, la S.F.I.O., l'Alliance démocratique de Laniel, le courant démocrate-chrétien avec Bidault).

14:21 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cnr, evry, résistance | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu