Avertir le modérateur

22/11/2009

POLEMIQUE ET REALITE DU TELETHON

telethonphoto.jpgLe Téléthon va se dérouler les 4 et 5 décembre dans toute la France. Des milliers de manifestations vont sont prévus dans toutes les villes. Lisses, cette année a été nommé « village du Téléthon » dans l’Essonne.

La polémique pourtant est là après une déclaration de Pierre Bergé. Réalité ou délire ? Quelle est la place d’Evry et de l’Essonne  dans cette manifestation où l’AMF a son siège ?  A vous de juger…

LA POLEMIQUE

berge.jpg"Soyons clair, je n'accuse personne de détourner de l'argent, mais j'accuse que 100 millions pour le Téléthon ne sert à rien", a déclaré Pierre Bergé sur France Info, révélant au passage qu'il était lui-même myopathe. "Les organisateurs du Téléthon ont trop d'argent, ils achètent des immeubles".

"Moi je parle pour le sida, mais il n'y a pas que le sida. Le Téléthon parasite la générosité des Français d'une manière populiste, en montrant des enfants myopathes, en exhibant le malheur des enfants. Je trouve ça absolument inadmissible", a encore déclaré l'homme d'affaires.

telethon2006.jpgLa présidente de l'Association française contre les myopathies (AFM), organisatrice du Téléthon, Laurence Tiennot-Herment, a démenti tout placement financier dans l'immobilier. "L'AFM ne fait évidemment aucun placement financier dans l'immobilier. C'est clair, net et précis", a-t-elle affirmé sur France Inter. "Par contre, nous engageons des moyens financiers parfois dans de la construction et dans du bâtiment", a-t-elle précisé, ajoutant que c'était "forcément toujours en lien avec nos missions sociales, guérir et aider".

Elle a cité comme exemple la construction de trois appartements près d'Angers qui sont des "lieux de répit pour les familles", ou la construction d'un bâtiment dédié à la fabrication de médicaments de thérapie génique pour les maladies rares. Le 23e Téléthon aura lieu les 4 et 5 décembre sur France 2 et France 3. La collecte précédente, en décembre 2008, a rapporté 104,911 millions d'euros.

Publié sur le site de France Info

Pour rappel. La collecte précédente du Téléthon a rapporté 104,9 millions d'euros, tandis que le Sidaction présidé par Pierre Bergé a enregistré 4,96 millions d'euros de promesses de dons, soit 20 fois moins.

LA REACTION DU MAIRE D'EVRY, MANUEL VALLS

valls.JPGJe condamne les propos irresponsables de l'homme d'affaires Pierre Bergé qui s'en est pris vivement, samedi, au Téléthon qui selon lui "parasite la générosité des Français d'une manière populiste".

 

Ces propos sont d’autant plus choquants qu’ils sont injustifiés et créent une concurrence ignoble entre les grandes causes. Outre le fait qu’ils dressent les malades (et leur souffrance !) les uns contre les autres, ils entachent les efforts des donateurs, des chercheurs et de tous les bénévoles à quelques semaines de la prochaine campagne de dons.

   

Ces déclarations sont une faute morale dans la mesure où elles émanent d’un responsable d’une grande association caritative qui devrait chercher à unir toutes les causes plutôt qu’à les dresser les unes contre les autres en en disqualifiant certaines selon son humeur.

   

Je demande à Monsieur Bergé de revenir sur ces propos qui portent un coup dur au 23e Téléthon qui aura lieu les 4 et 5 décembre prochains. Par ailleurs, je l’invite à venir à Evry pour visiter l’AFM, Genopole et le Généthon qui contribuent, chaque jour, à faire avancer la recherche et à redonner de l’espoir aux familles des malades.

   

Cette fin d’année est marquée par deux avancées considérables. L’une, en matière de thérapie génique, dans le traitement de l’adrénoleucodystrophie (maladie rare du cerveau), et l’autre en matière de thérapie cellulaire, par la reconstitution d’épiderme à partir de cellules souches embryonnaires. Rien ne peut mieux témoigner de l'utilité du Téléthon.

   

Je renouvelle son soutien à l’AFM, à toutes les familles concernées par la maladie, aux bénévoles, et appelle les Français à apporter un démenti cinglant à ces déclarations par le renouvellement, cette année encore, de leurs dons signe de leur solidarité.

 

LE TELETHON

telethon.jpgEn France, le Téléthon (contraction des mots télévision et marathon), est un programme de télévision destiné à recueillir des fonds principalement destinés à la guérison des maladies rares et neuromusculaires.

Opération unique de collecte de fonds et de sensibilisation du grand public combinant une émission télévisée de 30 heures et des dizaines de milliers d'animations dans toute la France, le Téléthon est aujourd'hui le moyen de collecte quasi-exclusif de l'Association Française contre les Myopathies (AFM). C’est également un vecteur d’information et de pédagogie essentiel pour l’AFM.

Un combat pour vaincre les maladies neuromusculaires…

L'AFM a pour mission de vaincre les maladies neuromusculaires, 200 maladies différentes, toutes rares et pour la plupart d'origine génétique.  Ces maladies touchent les enfants comme les adultes et se traduisent par une perte de force musculaire qui a des conséquences dramatiques sur certaines fonctions vitales (bouger, respirer, avaler…). Il n'existe aujourd'hui aucun traitement permettant de guérir ces maladies qui tuent muscle après muscle.

Une approche qui bénéficie aux maladies génétiques et aux maladies rares…

Pour parvenir plus vite à son objectif, l'AFM a choisi de mener une stratégie d'intérêt général qui bénéficie aux maladies génétiques et aux maladies rares dans leur ensemble. Grâce au Téléthon, un véritable bond en avant a été fait, ces dernières années, dans la compréhension de nombreuses maladies génétiques et dans la reconnaissance en France et en Europe des 6000 maladies rares qui concernent 3 millions de personnes en France et 25 millions

Et même aux maladies plus fréquentes

Le combat de l'AFM pour la mise au point de thérapies innovantes a également des retombées pour le traitement de maladies plus fréquentes comme l'infarctus du myocarde ou certains cancers. A travers l'exploration des voies thérapeutiques émergentes (gène-médicament, chirurgie du gène, cellules souches), c'est la médecine de demain qui naît aujourd'hui

Article publié par Futura Santé

LE TELETHON A EVRY

afm.JPGDepuis 1987, l'année du premier Téléthon et de la création de l'AFM (Association Française contre la Myopathies) l'agglomération d'Evry vit une vraie histoire avec la génétique. Aujourd'hui 25 millions d'Européens sont atteints par 5 000 maladies génétiques. La connaissance du génomone humain est déterminante pour agir contre ces maladies. C'est un des objectif du Génopole d'Evry.

 

GENOPLE :Accélérer la guérison

 

Fortement soutenu par les collectivités locales, ce projet ambitieux consiste à développer à Evry, dans l'Essonne une zone d'activités dédiée à la génétique et ses applications médicales en rassemblant partenaires publics et privés. Il réunit actuellement dans un groupement d'intérêt public :



-Un campus de recherche de référence constitué de :
* Génoscope (Centre National de Séquençage), instrument d'analyse systématique des génomes mis à disposition des chercheurs en Sciences de la Vie.
* Généthon, laboratoire dont le rôle est de favoriser le transfert des connaissances vers les applications cliniques.
* Génoplante, association de plusieurs partenaires dont Rhône Poulenc, l'INRA, le CIRAD, le CNRS, Bioplante, IRD, Biogema...
* le Centre National de Génotypage, dédié à la recherche et au séquençage de gènes...
* Laboratoires du CEA, de l'INSERM, du CNRS, de GIS Infobiogen de l'INRA et des universités d'Evry et de Paris VII.

Un pôle d'enseignement universitaire nouveau :
L'Université d'Evry Val d'Essonne renforce ses enseignements dans le domaine des Sciences de la Vie, avec la création en 1998 de nouveaux diplômes en biologie et génétique. Depuis 1999 sont développées d'autres disciplines, comme l'informatique, la chimie, les mathématiques et la robotique. En 2001 5 % des 10000 étudiants suivent une formation en biologie

Un parc d'entreprises :
GENOPOLE fédère autour des grands centres de recherche des entreprises de renommée internationale...La pépinière CCIE-GENOPOLE Industries, à peine terminée est déjà remplie.

L'association Génopole, créée en 1998 grâce au concours d'acteurs publics et privés afin de favoriser la recherche, l'enseignement et l'industrie liés à la génomique sur le site de Evry a créé des milliers d' emplois et a formé des centaines de jeunes (renseignement : 01 60 87 83 00, site web : GENOPOLE).

Publié par E-Mosaïque

19:21 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : téléthon, evry, essonne, polémique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/11/2009

LE GENOPOLE D'EVRY EN DIFFICULTE

genethon.JPGGenopole, le parc technologique créé à Evry (Essonne) autour des sciences du génome, a fêté en octobre 2008 ses dix ans avec une discrétion qui tranche avec les grandes pompes de son lancement officiel. Claude Allègre et Dominique Strauss-Kahn, alors respectivement ministre de la Recherche et ministre de l'Economie et des Finances, avaient fait le déplacement. Genopole se voulait alors le prototype du parc biotechnologique à la française, associant sur un même site de la recherche académique, une structure d'accompagnement à la création d'entreprises et un bioparc. Au-delà des effets de mode, comment expliquer que Genopole ne soit pas tout à fait le succès attendu ? Deux raisons principales, l'une liée à l'histoire, l'autre à la géographie, se conjuguent

Tout d'abord, Genopole a été créé à Evry, parce que l'Association française contre les myopathies (AFM) y avait établi ses quartiers à la fin des années 1980 et créé, en 1991, avec l'argent du Téléthon, un premier laboratoire de cartographie du génome humain, le Généthon. En 1997, c'est encore l'AFM qui a convaincu le gouvernement d'y implanter le Centre national de séquençage, premier grand équipement dédié au génome, puis le Centre national de génotypage. « Mais cette implantation volontariste s'inscrivait dans un désert scientifique, car la biologie n'était pas alors enseignée à l'université d'Evry », rappelle un pionnier de l'époque. On était donc très loin du schéma anglo-saxon classique, où les résultats obtenus par la recherche d'une université suscitent la création d'entreprises. Aujourd'hui, l'université d'Evry-Val d'Essonne, qui jouxte le bioparc, dispose de départements en bio-informatique, mathématiques appliquées à la biologie, modélisation et biomatériaux. Et, à côté de la dizaine de laboratoires relevant exclusivement des organismes recherche publique, 11 équipes de recherche dont certaines mixtes (CNRS, Inserm, Inra) sont rattachées à l'université. Une école doctorale commune avec l'université de Versailles y a aussi été montée.

Pas de tissu industriel

Le bioparc était lui aussi à créer ex nihilo. Aujourd'hui, il compte 37 entreprises, mais, excepté 3 d'entre elles, elles emploient moins de 15 salariés. Un résultat malgré tout décevant, l'ambition initiale étant de générer un tissu industriel et non pas seulement d'accueillir des vagues successives de nouvelles start-up. En matière de molécules thérapeutiques, une seule entreprise, Novagali, dispose d'un produit commercialisé. Il est vrai que développer un médicament peut prendre une dizaine d'années, mais cela tient aussi au fait qu'aucun grand laboratoire pharmaceutique ou grosse entreprise de biotechnologies n'est présent sur le site, à l'exception de Sanofi-Aventis, via un département de recherche. Or, cette absence est doublement pénalisante. Outre les produits, c'est aussi l'effet d'entraînement qui fait défaut.

Pourtant, depuis la création de Genopole, les montants mobilisés sont loin d'être négligeables. Sur la seule période 2002-2008, ce sont plus de 25 millions d'euros qui ont été investis dans « l'accueil, l'incubation et le développement des entreprises de biotechnologie et dans les programmes de bioproduction », auxquels il faut ajouter une partie des 13 millions consacrés à la « prospection, l'attractivité et la promotion nationale et internationale ».

Genopole a aussi été la première structure à mettre à la disposition des entreprises de biotechnologie une pépinière et un accompagnement, puis à lancer un fonds de préamorçage. La qualité de cet accompagnement est attestée par différents dirigeants de start-up. En outre, une vingtaine d'entreprises de biotech implantées hors du site y ont également recours, ainsi qu'aux services des plates-formes technologiques. Mais d'autres structures d'accueil des entreprises ont vu le jour à Paris (hôpital Cochin, Quinze-Vingts…) ou en proche banlieue (Romainville), venant concurrencer « l'offre » de Genopole.

Un problème de desserte

C'est que, outre l'histoire, la géographie pèse elle aussi. Evry n'est située qu'à 27 kilomètres de Paris, mais, pour les parcourir, on a le choix entre une autoroute saturée aux heures de pointe ou la ligne D du RER, qui a beaucoup de progrès à faire en termes de fiabilité. Ceux qui travaillent à Genopole sont intarissables sur le sujet. « Le RER ne passe pas loin de chez moi, pourtant, j'ai fini par prendre ma voiture à cause des pannes et des retards incessants. Mais je dois arriver avant 8 h 30 et ne pas repartir après 17 h 30 si je ne veux pas me retrouver bloqué »,explique un chercheur. Une autre entreprise, pourtant issue de la recherche d'Evry, a préféré se rapprocher de Paris. « A un moment, nous nous sommes demandé où habitaient nos salariés, qui sont essentiellement des bac + 5 et où se situaient nos clients potentiels,explique son patron. Réponse : pas à Evry. Alors, même si le mètre carré y est moins cher, nous avons déménagé. »

 

CATHERINE DUCRUET, Les Echos

20:17 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : génopole, evry | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

07/11/2009

EVRY 2, UN CENTRE COMMERCIAL EN MOUVEMENT

cc1.JPGHuit nouvelles enseignes ouvrent dans le centre commercial Evry 2. Swarovski, Desigual, Du Pareil au Même, Valège, Caravane du Monde, Colorii, Loisirs et Création ainsi que Seleccio rejoignent l’offre de 235 boutiques présentes sur place.
Les habitants d’Ile de France ont élu le centre Evry 2 : première destination shopping-loisirs. Par ailleurs, selon un sondage BVA, en 2008, le centre était le plus connu et le plus fréquenté de l’Ile de France Sud.

 

Mais la vie dans un centre commercial n’est jamais figée. Il avait inauguré par exemple voilà 2 ans le premier Aérophare de la région Parisienne (voir notre vidéo ci-dessous), et aujourd’hui il semble confronté à quelques difficultés liées à la crise économique.

 

Le journal le Parisien vient publier à ce propos l’article suivant.

 Des magasins ouvrent quand d’autres ferment. Mais depuis plusieurs semaines, Evry 2 accumule les rideaux baissés. A l’heure actuelle, le temple du shopping en Essonne,  l’un des plus importants centres commerciaux en France,  compte 22 locaux vacants sur les 235 boutiques, soit environ 10 %. « On voit de plus en plus de magasins fermés, c’est dommage », regrette cette habituée.

Le premier étage reste le plus touché. Récemment, des enseignes comme France Arno (chaussures) ont jeté l’éponge. Rien d’alarmant, selon le directeur du centre. « Le turnover est de l’ordre de 5 %, légèrement supérieur à la moyenne nationale », affirme Jean-François Nigay.

« Les gens n’ont pas de sous »

Les raisons de cette situation qui ne touche pas qu’Evry 2 sont multiples. A écouter les commerçants, les loyers sont trop élevés. Pour une petite boutique de 80 m 2 par exemple, le propriétaire doit payer 8 000 par mois, mais les charges peuvent s’envoler jusqu’à des 15 000 . Tout dépend de la superficie et de la place dans le centre commercial. « C’est trop cher », réagissent en choeur plusieurs commerçants. Certains vont même jusqu’à déménager pour des superficies plus petites. Mais quand les sous ne rentrent pas, difficile de faire face. « On ne travaille pas, se plaint cette gérante qui souhaite garder l’anonymat. On vend un peu pendant les soldes flottantes, mais les gens n’ont pas de sous. Aujourd’hui ( NDLR : lundi dernier), j’ai fait 0 de chiffre d’affaires. Si ça continue comme ça encore deux ou trois ans, on va devoir vendre. » Dans l’habillement, certaines boutiques tourneraient même à - 40 % par rapport à l’an passé.


Et certains d’estimer que « le centre commercial est sur la mauvaise pente », malgré les locomotives de la Fnac et des Galeries Lafayette. « Les boutiques qui ferment pour des problèmes locatifs sont peu nombreuses », répond Jean-François Nigay. Pour le directeur, la plupart des fermetures sont dues à des changements de politique des chaînes. La marque la Redoute a ainsi décidé de fermer ses magasins.


Soho ou Potiron ont aussi mis fin à leurs concepts. Quant à la crise, « on la ressent, mais un peu moins qu’ailleurs », assure Jean-François Nigay, optimiste. Mais Evry 2 attire toujours. Et le directeur de citer en contrepoint les nombreuses enseignes qui viennent de rejoindre le centre, comme Caravane du monde (déco), Seleccio (sacs) ou Desigual (vêtements) ou prochainement la firme japonaise Uniqlo (habillement).

 

 

17:55 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : centre commercial, evry2 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu