Avertir le modérateur

22/12/2010

MAUVAIS COMPTE DE NOEL A CARREFOUR !

carrefour.jpgLes employés du groupe d hypermarchés étaient en grève, samedi, contre la généralisation du travail de nuit. Lembauche commence désormais à deux heures du matin, pour permettre à Carrefour de faire des économies.

«Le positif est de retour», daprès le nouveau slogan de Carrefour. Pas pour les salariés, qui broient du noir avant les nuits blanches au travail. Samedi, une journée de grève nationale a agité les hypermarchés du groupe en pleine période des achats de Noël, pour dénoncer l

extension des horaires de nuit. Déjà expérimenté dans deux hypermarchés, à Bègles (Gironde) et à Villiers-en-Bière (Seine-Maritime), depuis juin, ce nouveau «modèle opérationnel» sera imposé dans quinze magasins de France à partir de janvier 2011. Exit la prise de service à 4 heures du matin pour les manutentionnaires des rayons épicerie et liquide.

Désormais, le pointage se fait à 2 heures. Au total, quatre équipes se succèdent pour exécuter des tâches répétitives : le remplissage matin, la relation client-stock, le remplissage journée et la réception des marchandises. Une amplitude de travail sans discontinuer de 2 heures du matin jusqu à 23 heures.

Dégradation des conditions de travail

Claudette Montoya, déléguée nationale CGT, enrage : «Le projet a été adopté sous prétexte dune baisse de la fréquentation en 2010. Cest scandaleux, il ny a aucune prise en compte du principe de précaution pour la santé des salariés. Ils font toujours les mêmes horaires 2 heures-9 h 30 ou 15 h 30-23 heures, sans aucun roulement» Officiellement, ce système doit faire bondir la productivité. Mais Carrefour a également prévu de réduire ses dépenses de 4,5 milliards dici à 2012.

10 000 emplois sont déjà passés à la trappe en quatre ans.

À Bègles, Jacques (*), âgé dune vingtaine dannées, na pas tenu longtemps à ce nouveau rythme. Il est en arrêt maladie depuis plusieurs mois pour une hernie discale quil estime en partie due aux conditions de travail. «On passe notre temps à décharger. On nous demande de vider la palette en 30 minutes au lieu de 45, alors que nous sommes moins nombreux

Les muscles en prennent un coup.» Bientôt papa, il ne sait pas comment il va gérer sa vie de famille avec des horaires décalés.

Le rapport du cabinet Ariane Conseil sur limpact du modèle opérationnel, mené entre juillet et septembre dans ces deux magasins tests, dresse un premier bilan inquiétant: un manque de bras pour les équipes de remplissage du matin, pas assez de repos entre les ports de charges et des changements importants dhoraires pouvant perturber le rythme de vie des personnels. Pourtant, la direction a décidé de mettre en place ce système à Nantes-Beaujoire, Rennes-Cesson, Marseille-Bonneveine Et ensuite, de linstaurer dans tous les rayons des hypermarchés, daprès la CGT. Frank Gaulin, délégué syndical central CGT, pointe les risques sanitaires. «Cest la prochaine catastrophe qui va nous tomber sur le coin du nez.

Bonjour le métabolisme avec les horaires de nuit, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, les ulcères vont exploser. Les arrêts maladie vont saccumuler, ça devrait parler à Carrefour, qui est tellement à cheval sur le budget»

Pour que le salarié ne soit plus visible

De son côté, FO dénonce «cette taylorisation», «son impact nocif» sur les employés

Mais elle a voté en faveur de lextension du test aux quinze nouveaux magasins lors du comité central dentreprise (CCE) du 25 novembre. Michel Enguelz, représentant FO au CCE, tente de se justifier. «Lextension nous donnera les moyens de mieux connaître limpact négatif de ce système sur plus de magasins. Ainsi, nous pourrons agir au niveau des instances. Les consultations des comités dentreprise sont en cours.»

Frank Gaulin tacle cette position du syndicat, aligné sur les décisions de la direction. Et donne au passage un petit cours de droit à Carrefour. «Cette nouvelle organisation ne se justifie pas du tout. Dans le Code du travail, le travail de nuit est envisagé en cas de nécessité économique impérieuse. Ici, elle a plutôt été décidée pour avoir des rayons toujours remplis et que le client ne soit plus importuné par le salarié.» La CGT a adressé un courrier, le 9 décembre, à la direction des affaires sociales du groupe, mis en copie à la direction départementale du travail dÉvry (Essonne), pour les alerter des dangers sur la santé.

Interrogé par lHumanité, Carrefour sest fendu dun commentaire laconique : «Conformément à la tradition de dialogue social instaurée depuis de nombreuses années, Carrefour continue de mettre en place son plan de transformation en totale concertation avec les partenaires sociaux.» Les noctambules des hypermarchés, eux, ne se rappellent pas, même en rêve, avoir été consultés.

(*) Le prénom a été modifié.

Cécile Rousseau pour l’Humanité

PS : Carrefour dont le siège est toujours à Evry et doit être transféré à Massy et numéro 2 mondial, et leader européen de son secteur. Son PDG est des dirigeants les mieux rétribués du CAC 40 avec près de 7 millions d’€ de revenus par an, soit 20 000 € par…jour.

21:47 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carrefour, salariés, evry, travail, nuit | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/09/2010

LE FOOT FEMININ, UN SPORT TROP MECONNU

« France-Islande, 21 août, 60 ème minute, la Juvisienne Gaétane Thiney servie par Sandrine Soubeyrand ajuste une lob et marque le but de la victoire et de la qualification pour la phase finale de la coupe du monde. »

footeusesgaetanethinetmilterr1.jpgAprès 9 parties invaincues, 0 but encaissé, une équipe de France féminine amateur talentueuse et solidaire signe une nouvelle page de l’histoire de ce sport aux antipodes de l’équipe masculine professionnelle.

Le foot féminin est pourtant largement méconnu. Le match France-Islande retransmis par la petite chaîne de la TNT, Direct8 n’a été couvert que par de rares médias.

Et pourtant ce sport mérite d’être largement connu. Avec 65 000 licenciés contre un million en Allemagne ce sport est sous-estimé, parfois méprisé malgré le palmarès exceptionnel de l’équipe nationale.

Sur le département il en de même alors que l’équipe de Juvisy dont de nombreuses joueuses alimentent l’équipe de France est vice-championne de France derrière l’Olympique Lyonnais, a déjà gagné six fois le championnat de France national 1, est classé actuellement 12 ème au niveau européen et vient de se qualifier brillamment en 16 ème finale de la Champion League.

Le club de Juvisy est un club de l'Essonne formateur reconnu où évoluent 7 équipes et 179 joueurs venus de tout le  département et au delà.

E-MOSAIQUE

PROMOUVOIR LE FOOT FEMININ

footeusesgaetanethinetmilterr.jpgGaétane Thiney (photo : FFF/Agence Hémisphère Droit/Pauce)

Vendredi 5 mars 2009, sous le titre "Faut-il en arriver pour que vous venez nous voir jouer ?", quatre joueuses de l'équipe de France posait sous l'objectif d'un photographe pour l'hebdomadaire Sportweek. Parmi elles, Gaétane Thiney est revenu sur ces photos et surtout sur la difficulté de reconnaissance du football féminin.

Quand on t'a proposé le projet des photos, qu'en as-tu pensé et pourquoi as-tu été volontaire ?
Le service communication nous a présenté le projet, ce sont des professionnels et ils ont donné les moyens pour le faire. Maintenant j'étais volontaire pour le faire, car il n'y a pas grand chose qui fasse avancer le foot féminin alors au moins même si on voit que pour l'instant, ça ne change pas grand chose parce que l'on parle uniquement des photos mais pas des résultats. Mais on se dit que peut-être cela peut faire bouger les choses.

Quelques médias ont relayé l'information, mais ne sont pas intéressés aux résultats, cela ne dérange-t-il pas ?
C'est dérangeant parce qu'encore une fois, on ne parle que des photos. Je préférerais que l'on parle de moi pour mes performances. On aura essayé de faire quelque chose car si on n'essaye pas de faire avancer le Schmilblick, pour que l'on parle des performances, je ne vois pas l'intérêt. Après si c'est pour dire à ma famille et à mes proches que je suis une belle fille, le but n'est pas là.

 

footeusesjuvisy.jpgEst-ce que tu penses qu'il n'y a pas un problème de mentalité, de culture ?
Oui, je pense que c'est la mentalité française. Ce qui les intéresse, ce sont les ragots. Maintenant plusieurs médias ont été piégés parce que j'ai été interrogé sur RMC, ils m'ont parlé des photos mais je leur ai dit que ce n'était pour parler de ça que nous l'avions fait. Si on peut en piéger quelques uns et qu'ils se rendent compte de leur erreur, ce serait bien.

Selon toi, pour quelles raisons, le foot féminin n'intéresse pas le public ?
C'est difficile à comprendre car les gens qui vont venir voir le football féminin disent que c'est bien mais ce n'est pas pour cela qu'ils reviennent. Soit on a des passionnés qui sont présents, soit des gens qui viennent occasionnellement. Mais c'est aussi vrai que le manque de médiatisation, le fait que ce ne soit pas professionnel est peut-être une raison.

Le sport féminin en général, connait d'ailleurs des difficultés de reconnaissance...
C'est toujours éphémère, demain nous pouvons être championnes d'Europe, je ne suis pas sûre que l'on en parlerait énormément. Je pense que c'est une mentalité, alors on essaye de monter les marches les unes après les autres, peut-être que dans 20 ans, ce qui est fait là permettra d'avoir une reconnaissance.

 

 

Gaétane Thiney compte 21 sélections (photo en haut à gauche : S. Duret)

N'y a-t-il pas aussi une image que se font les gens du football féminin avec des garçons manqués ?
C'est un problème général de vision du sport féminin. Quand on joue au foot, on est apparenté à des garçons. Le problème est que les personnes cherchent à savoir des choses qui ne sont pas du foot comme l'homosexualité alors que le problème n'est pas là. Je ne vois même pas où est le problème. On devrait s'intéresser aux performances sportives des joueuses.

Sur le plan personnel, as-tu rencontré des problèmes pour jouer au football ?
Non pas du tout, je suis venue au football car mon père était dans le foot et il m'y a amené. Toute la famille, mes amis me suivent à fond. Ils ont toujours été derrière moi et ils m'ont toujours poussé à le faire. Je n'ai que des souvenirs positifs dans tout ce que j'ai vécu grâce au football. Si j'avais été confronté à des problèmes de ce genre-là, j'aurai su répondre. J'aime être dans ce sport collectif, en groupe, tout se passe bien. Je ne sais pas pourquoi on se pose cette question. Pour les garçons, on ne se la pose pas.

 
Propos recueillis par Sébastien DURET

 

Mercredi 11 Mars 2009

 

 

Source :

http://www.footofeminin.fr

 

PAS DE STATUT PROFESSIONNEL

footmonde.jpgEmboîtant le pas des États-Unis, de l’Angleterre et de l’Allemagne, depuis l’été 2009, la Fédération française de football (FFF) autorise les femmes à signer des contrats fédéraux. Quarante ans après leur reconnaissance par la FFF, les footballeuses de France ont donc enfin le droit de toucher un salaire (500 euros au minimum), bien qu’elles ne puissent toujours pas accéder au statut professionnel. « En fait, c’est surtout Lyon qui a poussé pour qu’on permette les contrats fédéraux aux féminines », décode Hervé Didier, coach de l’AS Saint-Étienne version femmes.

Avec un budget proche de six millions d’euros, vingt fois plus que le budget moyen d’un club de D1 (250 000 euros), et quatre titres de champions de France consécutifs, la section féminine de l’Olympique Lyonnais fait office de mastodonte de la D1. « L’année dernière, l’OL a perdu ses deux meilleures joueuses, parties aux États-Unis dans la ligue professionnelle de foot féminin, reprend Hervé Didier. Maintenant, Aulas espère davantage garder la mainmise sur son groupe. »

Sur les trois cents footballeuses inscrites en D1 la saison dernière, à peine quarante-trois bénéficiaient d’un cotrat fédéral. Mais seules les vingt-sept de l’OL ont eu la chance de taquiner le cuir à temps plein, grâce à des revenus mensuels oscillant entre 3 000 et 7 000 euros.

« Les contrats fédéraux, je trouve ça très bien, mais ce n’est pas pour tout le monde, estime Paul Sirot, président bénévole du club d’Yzeure. Avec 200 000 euros par an, nous n’avons pas le budget pour. Ah, si on avait le chéquier d’Aulas… »

Yzeure, 5e du précédent championnat, ne possède aucune structure professionnelle, à l’instar de Juvisy-sur-Orge, dauphin de Lyon en 2010. À l’inverse, six des douze équipes de D1 appartiennent à un club doté d’une équipe pro chez les hommes : l’OL, le PSG, Montpellier, Saint-Étienne et Toulouse et Le Mans, promu cet été. « Au début des années 1990, la direction technique nationale souhaitait déjà que les clubs pros créent des équipes féminines, rappelle Hervé Didier. Et pourtant, on a dû attendre une décennie pour en voir quelques-uns s’intéresser au foot féminin. »

Article publié par le journal l'Humanité

11:48 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sport, foot, féminin | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/08/2010

CORBEIL-ESSONNES : LES LIAISONS DANGEREUSES

corbeil2.jpgAoût 2010, Nicolas Sarkozy avec à ses côtés les ministres de l’intérieur Hortefeux et celui de l’immigration Besson lance « l’opération » sécurité à partir d’un fait divers qui s’est déroulé à Grenoble. Il fustige la population Roms et les « étrangers », ces «  pelés, ces galeux » comme le disait déjà en son temps la Fontaine.

Le 12 août, à Corbeil-Essonnes une altercation dans le quartier des Tarterets se déroule entre une patrouille de policiers et quelques jeunes. Un képi d’un des agents de police vole, des coups de marteaux de la part de ces petits délinquants sont distribués aux représentants de l’ordre, plusieurs d’entre eux sont blessés.

A partir de ces faits « l’opération sécurité » est lancée dans l’Essonne, reprise dans tous les médias et devient le feuilleton de l’été.

Des moyens policiers considérables sont déployés, et le 16 août quatre jeunes dont deux mineurs sont arrêtés. Ils sont immédiatement jugés en corruption immédiate. L’un est condamné à 1 an de prison dont 5 avec sursis, un autre 3 mois de prison ferme.

Le Syndicat minoritaire de la Police, fascisant et d’extrême droite, proche de l’UMP, Alliance (1) qui soutient pleinement la campagne sécurité Présidentielle, remet en cause ces décisions de justice mettant en cause la loi républicaine, ce qui de la part d’un Syndicat censé représenter des agents chargés de faire appliquer la loi est surprenant et a été peu relevé.

Fait rarissime la Parquet fait alors appel de ces jugements.

Plusieurs articles de presse donnent alors un éclairage particulier sur ces agresseurs.

corbeil.jpgCorbeil est une ville particulière, pour certains de non-droit. L’ancien Maire, et Sénateur Serge Dassault impose sa loi. Milliardaire, ami des puissants, notable de l’UMP il a un pouvoir considérable. En quelques heures sur simple appel téléphonique il a contribué à licencier un ancien directeur de l’hôpital sud-francilien et un préfet de la république qui a osé mettre en cause la sincérité du budget de la ville. Depuis dans ce département les préfets marchent droit, oser critiquer le patriarche relève du crime de lèse-majesté.

Invalidé par le conseil d’état pour fort soupçon de fraudes il a laissé la place à un de ses amis à la Mairie de Corbeil en 2009, qui lui-même a été invalidé par le tribunal administratif. Il vient de faire appel.

Avec 7,6 milliards $ en 2010, Serge Dassault est la 89e fortune mondiale selon le magazine financier Forbes, son pouvoir économique et médiatique considérable ( entreprise Dassault, propriétaire du Figaro, et dans le département du Républicain, seul hebdomadaire local) il a imposé de nombreux réseaux.

Un des principaux, c’est celui qu’il a mis en place dans le quartier stratégique des Tarterets et qui lui a permis électoralement (de peu), de toujours gagner.

Dans ce quartier c’est du donnant donnant, « je vote pour toi, je fais voter pour toi, et que me donnes-tu en échange ? ».

Le journal le Parisien vient de révéler que 74 jeunes dont beaucoup de ce quartier viennent d’être embauché par la Mairie de Corbeil en Contrat d’Accompagnement à l’Emploi. «beaucoup font des efforts et sont volontaires. Sauf qu’un noyau dur, embauché au services techniques, principalement à la propreté urbaine multiplie les incidents. Une partie des hangars a été brûlée volontairement, le personnel a peur, un employé est décédé après des menaces de mort, le mur de son habitation taguée. »

Pour Bruno Piriou, conseiller général communiste de Corbeil ces embauches s’apparente à du clientélisme.

Dans son numéro du 25 août le journal le Canard enchaîné titre : « un cogneur de flic bosse pour Dassault », et révèle qu’un des agresseurs des policiers, celui qui a arraché le casque d’un des policiers est un de ceux qui a été embauché par l’équipe Dassault.

Dans le même numéro ce journal révèle également que la police suite à une perquisition liée à une extorsion de fonds à saisi un bordereau de remise de 3 chèques avec comme émetteur un ancien Maire adjoint de Corbeil et secrétaire départemental de l’UMP d’un montant de 8500 €.

Corbeil sent la poudrière, les « affaires succèdent aux affaires » . La confusion est globale entre pouvoir, argent, délinquance.

L’UMP, Sarkozy, Syndicat policier maison entretiennent le discours de la peur mais couvrent dans cette ville des méthodes indignes, des liaisons dangereuses pour la démocratie.

(1) - Le Point a publié un article intéressant sur ce Syndicat où il révèle que les deux principaux dirigeants ont obtenu des promotions professionnelles pour des sous-officiers exceptionnelles au mois de juin contrairement bien sûr aux dirigeants du syndicat majoritaire Unité-SGP-FO avec des rémunérations mensuelles nettes de 3000 €.

PS : Pour illustrer la méthode Dassault nous diffusons ci-dessous une vidéo tournée en 2007 à Corbeil, dans la quartier des Tarterets. Marie George Buffet candidate communiste à l’élection présidentielle n’a pu venir, suite à une intervention musclée des nervis.


GROS BRAS CONTRE MARIE GEORGE
envoyé par E-Mosaique. - La vie de famille à travers le monde en vidéo.

19:52 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dassault, corbeil, réseau, ump | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu