Avertir le modérateur

09/03/2011

A POLE EMPLOI : FEMME SOIS BELLE ET CHOME !

femmes.jpgDes ateliers « relooking » pour les femmes au chômage ? C’est l’idée lancée par l’organisme public et une fondation privée pour les aider à retrouver du travail. Une opération de communication à bas coût, fondée sur des principes idéologiques douteux, entre séduction et culpabilisation.

«Eh bien voilà, avec cette journée, vous n’avez plus d’excuses ! », lance Christine Salaün, présidente de la fondation Ereel. Face à elle, dix femmes au chômage inscrites à Pôle emploi l’écoutent avec attention. Jusqu’à cette journée du mardi 22 février, ces femmes auraient-elles cherché des excuses pour ne pas retrouver du travail ? Auraient-elles, même volontairement, négligé leur apparence au point de se voir exclues du monde du travail ?

Depuis janvier 2011, Pôle emploi d’Île-de-France, en partenariat avec le Fonds de dotation Ereel, propose aux femmes « demandeuses d’emploi de longue durée, bénéficiaires du RSA, qui ont de faibles revenus ou sont en situation de handicap » de participer à un atelier « relooking ». Une journée pour « apprendre à se présenter, à s’exprimer devant un futur employeur, mais aussi à convaincre sans stress et avoir confiance en soi  ». Tout un programme. La deuxième édition s’est tenue à l’école internationale d’esthétique-parfumerie Régine Ferrère, rue du Faubourg-Saint-Honoré, dans le 8e arrondissement de Paris.

Dans l’ambiance feutrée d’un salon de coiffure, entre les miroirs, la penderie, les rouges à lèvres et les fauteuils, elles sont dix femmes au chômage et presque autant de journalistes, micros et caméras. Il y a aussi l’équipe bénévole : deux jeunes apprenties maquilleuses, une styliste, un coiffeur, une spécialiste en manucure, Christine Salaün de la Fondation Ereel, Régine Ferrère, directrice de l’école, et des conseillères de Pôle emploi. Sélectionnées et choisies à la seule condition d’accepter de se prêter au jeu des médias, les dix femmes sont donc là, en théorie, pour augmenter leur chance de trouver du travail.

Ecouter les conseils des « coachs beauté »

relooking.jpgLa plupart sont assistantes, opératrices, secrétaires. Toutes au chômage depuis au moins deux ans et âgées de quarante ans et plus. Pendant la journée, elles vont écouter sagement les conseils de professionnels, les « coachs beauté » : soins de la peau (qu’il est important de « bien préparer »), maquillage (qualifié de « mise en beauté pour un entretien »), mains et ongles (« l’importance des mains pendant un entretien »), coiffure, et enfin atelier « image de soi » pour « savoir quelle couleur choisir pour mettre en valeur son teint et ses cheveux ».

L’image, c’est donc là que tout se joue pour un travail ? « Pôle emploi mène une campagne pour que les demandeurs communiquent mieux avec leur image et leur CV. « À compétences égales, on sait que le stress joue énormément dans un entretien d’embauche », justifie Anne-Laure Germond, de Pôle emploi. « La première image, c’est celle que l’employeur garde en tête. Il vaut mieux privilégier une apparence qui cadre. Une erreur de jean, de maquillage trop chargé, peut être fatale », ajoute Christine Salaün. Voilà, on y est. Les femmes qui sont au chômage doivent jouer la carte du charme. C’est à elles de faire un effort, à elles de plaire. Une manière de réduire le rapport des femmes au travail à un jeu de séduction et de gommer ainsi un enjeu essentiel, à aucun moment évoqué pendant la journée : les compétences de ces femmes à l’intérieur d’un marché du travail en crise.

Membre d’honneur de la fondation Ereel, Régine Ferrère détaille sa perception des chômeurs : « Quand on est licencié, on a un choc. Le téléphone ne sonne plus. On n’est plus dans la vie. Nous, on est là pour leur faire prendre conscience qu’un employeur accorde beaucoup d’importance au physique et à l’aisance. Si vous êtes bien dans votre peau et que vous avez confiance en vous, vous pouvez donner envie à l’employeur de vous embaucher. Il faut le séduire. C’est comme dans un couple. Quand on n’est pas bien le matin, il faut avoir la fierté de donner la bonne image de soi. Et ce n’est pas toujours la faute des autres. C’est dur pour tout le monde. » Voilà, sans détour, l’idée de la culpabilisation qui monte. L’idée que, au fond, si on se laisse aller, on n’a qu’à s’en prendre à soi-même. La responsabilité individuelle se dessine et, en creux, un rapport de domination admis et inéluctable entre le demandeur d’emploi et le recruteur.

jerome5.jpgPendant qu’elle se fait maquiller par une jeune apprentie de l’école d’esthéticiennes, Martine répond volontiers aux sollicitations d’un journaliste. « Alors, qu’est-ce qui cloche dans votre look ? » lui demande-t-il brutalement. Martine, la cinquantaine, au chômage depuis 2007, répond : « J’ai découvert d’autres façons de me maquiller. C’est bien parce que c’est vrai qu’on a des baisses de moral, mais moi j’ai toujours pris soin de moi. Ce n’est pas nouveau. Je sais bien qu’un entretien, c’est un rapport de séduction. » Carole, quarante-six ans, mère au foyer, cherche du travail depuis un an. « Un atelier relooking ? Je me suis dit pourquoi pas. Même si je le fais déjà naturellement, ça peut apporter un plus. Ça nous met en confiance. »

Dans une autre pièce, dédiée à la manucure et à la coiffure, Alexandra fait un soin des ongles. L’esthéticienne lui explique : « Le recruteur regarde les mains. Elles sont le reflet de l’âme. On nous juge par nos mains, par notre personnalité. » Contentes de se faire « chouchouter  », Alexandra, Mafalda, Martine ou Malika ne sont pourtant pas dupes. Elles n’imaginent pas trouver du travail, « comme ça, du jour au lendemain », grâce à cet atelier. « C’est un plus, ce n’est pas désagréable, ça va me remotiver, souffle Mafalda, mais je ne suis pas naïve et je sais que ça ne me fera pas avoir du travail plus facilement. »

Tout au long de cette journée, Christine Salaün louera l’esprit de « solidarité » et remerciera « les gens de cœur à l’esprit de générosité et de simplicité » qui s’associent bénévolement à sa démarche. Bénévolement, oui et non. Car, dans le communiqué de presse envoyé aux médias apparaissent très nettement les références de chaque partenaire. Le retour sur investissement pour leur « engagement bénévole » est de l’ordre de la promotion de l’image. Quant à la fondatrice d’Ereel, elle se présente comme une bienfaitrice : « Chaque être humain a le devoir moral et la responsabilité de veiller sur les plus faibles. Rejeter la faute sur les autres ou se lamenter ne sert à rien, agir dans un esprit de solidarité pour trouver ensemble des solutions est bien plus efficace ! »

La journée touche à sa fin. Les femmes repartent avec des crèmes, une trousse de maquillage et un vêtement. Christine Salaün leur promet de faire un suivi personnalisé : « Vous avez besoin d’un coup de pouce. Sachez que vous n’êtes plus seules. On ne vous abandonnera pas comme ça. C’est pour ça, ce genre de choses, c’est du cœur, c’est vrai. C’est ça, le mécénat ! »

Ce vernis vous est offert par…

Lors de la journée, la présidente de la fondation a bien insisté sur « la gratuité » de l’initiative « pour le contribuable et pour le Pôle emploi ». Alors qui paye ? Les produits de beauté sont offerts par les marques Revlon et Gatineau. « Les fondations sont là pour prendre le relais de l’État. Au lieu de se plaindre, nous, on bouge, on est dans l’action, on est apolitiques. » Apolitiques ? Pourtant, sa fondation privée est parrainée par Pénélope Fillon, la comédienne Marie-Anne Chazel ou encore le député UMP Bernard Debré… 

Article de Ixchel Delaporte pour le journal l'Humanité

L'atelier relooking ou comment se remotiver pour rechercher un emplo, la "com"de Pôle emploi


15:16 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pôle emploi, chômage, maquillage, femme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/03/2011

POSTE BONDOUFLE : LES RAISONS DE LA COLERE

pigposte5.jpgA l’appel de tous les syndicats plusieurs centaines de personnes ont participé à un rassemblement pour dire NON à la fermeture annoncée du Centre de Tri de Bondoufle et la suppression de 370 postes.

En 2004, la Poste avait décidé de procéder à une refonte globale de la chaîne de traitement du courrier avec l’objectif d’augmenter sensiblement la productivité, de prendre en compte l’ouverture à la concurrence définie par les traités européens, de satisfaire les actionnaires et sa privatisation engagée malgré le refus exprimé par plus de 2 millions de personnes dans le cadre d’un référendum.

13000 emplois dans le métier courrier ont été ainsi supprimés depuis 2005. C’est dans ce contexte que la direction de la Poste veut fermer ce centre de tri début 2012.

100_7815.JPGLes conséquences comme l’ont rappelées les organisations syndicales seront dramatiques pour le département d’un point de vue économique, pour l’emploi, pour le service public qui sera détérioré.

Le Sénateur communiste Bernard Véra a rappelé que « ce centre permet actuellement une distribution de proximité satisfaisante du courrier dans les bureaux situés sur un territoire essentiellement rural ».

Pendant ce rassemblement de nombreux postiers ont témoigné dans quelles conditions inhumaines la direction de la Poste traitait ce dossier imposant pression, stress, chantage, harcèlement pour reclasser dans les meilleurs cas ces agents d’office loin des domiciles, méthodes relevant d’un côté bestial. Les femmes, avec leurs enfants sont les plus exposées à ces méthodes indignes.

De nombreux élus, tous de gauche, ont apporté leur soutien à cette manifestation. Tour à tour sont intervenus les représentants des Verts, du PS, du NPA, du Parti communiste.

Manuel Valls député et maire d’Evry a annoncé qu’une motion de soutien sera proposée à l’occasion du prochain conseil municipal.

pigposte1.jpgChristian Pigaglio, conseiller municipal communiste d’Evry s’est exprimé en indiquant notamment que c’est tout le service public qui est aujourd’hui mis en cause.

L’absence des représentants de la droite et des élus UMP de Bondoufle, Lisses, Courcouronnes pourtant directement concernés a été noté par tous.

Ce rassemblement s’est terminé par une appel à une manifestation entre la Poste centrale d’Evry et la Préfecture le 24 mars

Article, photos exclusifs E-Mosaïque

11:02 Publié dans Social et économie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poste, boudoufle, tri, evry, postes | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/03/2011

« Je me sens déshonorée par la politique menée par le gouvernement »

palme.jpgRenvoi des palmes académiques : une enseignante Essonnienne dit pourquoi.

Lorsque Michel Ascher décide de rendre ses palmes académiques pour protester contre la politique du gouvernement en matière d'éducation, il ne se doutait pas de l'ampleur que son geste susciterait.

Le journal Charlie Hebdo publie une liste de 128 noms (proviseurs, principaux, enseignants, documentalistes, inspecteurs...) qui ont imité sa démarche.

Béatrice Vire, professeur certifiée d'allemand en font partie. Ils expliquent pourquoi ils dénoncent la politique du gouvernement en matière d'éducation.


Béatrice Vire est professeur certifiée d’allemand à la retraite. Elle a consacré la plupart de sa carrière à enseigner en collège et en lycée dans l’Essonne. Mais elle a aussi passé 7 ans au Maroc pour enseigner le français langue étrangère. Et, mise en disposition pendant 3 ans, elle s’est occupée de la formation et de l’emploi au Secrétariat d’État aux droits des femmes aux débuts des années 1990. L’enseignante a reçu les palmes académiques en 2005, avec le grade de chevalier.

Pourquoi avez-vous fait ce geste de rendre vos palmes académiques ?

Les palmes académiques m’encombrent. Je me sens déshonorée par la politique menée par le gouvernement. J’assiste, impuissante, à la destruction du service public. Il y a d’abord les suppressions de postes. C’est énorme. Personnellement, j’ai toujours eu beaucoup de chance d’enseigner à des petits groupes d’élèves en allemand. Mais comment font mes collègues d’anglais ou d’espagnol face à des classes de 35 ? D’autre part, j’ai l’impression que le corps enseignant est de plus en plus méprisé, corvéable à merci, traité comme sous-qualifié… Enfin, je déplore la création d’établissements ghettos due aux modifications de la carte scolaire. Pour les familles, la tentation d’aller dans le privé est grande. Pourtant, l’Éducation nationale est quelque chose de si précieux…

Quand avez-vous renvoyé vos palmes ?

Récemment. Je suis tombée sur l’appel des 47 il y a une semaine. J’ai suivi la démarche en envoyant la photocopie de mes palmes à Charlie Hebdo.

Comment les aviez-vous obtenues ?

Quand j’étais en poste, j’avais l’impression de me battre contre des moulins… J’ai beaucoup œuvré pour maintenir l’allemand comme première langue dans mon établissement, ce qui n’a pas été facile. Je plaisantais sur le fait que je n’attendais pas de reconnaissance. Le jour où j’ai reçu les palmes académiques, j’étais la première étonnée. Mais cela ne m’a pas impressionnée : j’aurais préféré une augmentation de salaire ! J’ai su ensuite qu’elles avaient été demandées par ma chef d’établissement. Laquelle ne m’avait jamais vraiment soutenue.

Propos recueillis par Virginie Bertereau pour Educsprof.fr

18:45 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palme académique, éducation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu