Avertir le modérateur

11/02/2014

MALEK BOUTIH, DEPUTE PS DE L'ESSONNE : A DROITE TOUTE !

bouthi.pngRefus de l'assistanat, refus de toute forme de charité, suppression des allocations, réussite individuelle, tous les poncifs exprimés par la Droite et l'extrême Droite récités en quelques minutes dans l'émission C politique par le député socialiste de l'EssonneMalek Boutih qui devient clairement le parlementaire le plus conservateur et le plus réactionnaire du département. A vous de juger dans ce résumé établi par le site web d'Europe 1

Le député PS Malek Boutih plaide pour "sortir des logiques d'assistanat" dans certaines villes de banlieue

Par Delphine Legouté pour Europe1

Le terme est d'habitude plus entendu à droite de l'échiquier politique. Invité de C politique sur France 5 le 9 février, le député socialiste de l'Essonne Malek Boutih, particulièrement visible depuis qu'il a appelé à la démission de Jean-Marc Ayrault, s'est élevé contre les "logiques d'assistanat" pesant dans "des villes de banlieue".

Sans être candidat à la mairie de Grigny, dans l'Essonne, le député soutient activement la campagne de Sidi Bendiab, membre du PS mais non désigné par le parti, ce dernier voulant faire liste commune derrière les communistes.

Sur le plateau de C politique il détaille les leviers d'action possibles pour cette commune, dont fait partie selon lui la fin de l'assistanat :

Il faut sortir des logiques d’assistanat, ça c’est très important. Il y a des villes de banlieue qui ont été trop mises sous assistance … or, on a une population et des capacités qui font qu’on peut être parmi les premiers.

L'élu souhaite "remettre en confiance et responsabiliser la population". Il explique sa logique :

Ce que j’essaye de dire aux habitants de cette ville c’est que, à un moment, d’un certain point de vue, "c’est vous qui être maitres de votre destin".
On ne peut pas être simplement dans une situation de pleurer et de dire que ce n’est jamais de sa faute, que c’est la faute des autres. A un moment on tire un bilan, il y a des gens qui proposent autre chose, vous choisissez.
C'est une mentalité un peu d’assistanat qui s’est un peu répandue, qu’on a nourrie, qu’on a organisée ...

Malek Boutih dit "assumer" ce mot généralement choisi par la droite, notamment depuis que Laurent Wauquiez a parlé de "cancer de l'assistanat" en France. Lui se dit "contre la charité", sauf "évidemment pour ceux qui sont dans l'extrême dénuement" et estime que l'on "met dans la tête des gens l'idée qu'ils sont faits pour rester à un certain niveau" :

Je suis contre la charité. Les gens en bas de l'échelle ont autant de valeur que ceux qui sont en haut. Il faut leur donner une chance, les mettre en mouvement.
Il y a une telle reproduction de la violence familiale, de l'alcoolisme, de l'échec... Cela vient du fait qu'on met dans la tête des gens l'idée qu'ils sont faits pour rester à un certain niveau.
La culture, l’émancipation … pour moi la gauche c’est surtout ça, c’est aussi ce qu’elle dit, le visage qu’elle vous renvoie.
Et je pense que la gauche aujourd’hui ne renvoie pas cette dignité aux classes populaires, elle ne leur renvoie pas cette force

28/03/2011

ESSONNE : LA GAUCHE CONFORTE SA MAJORITE

essofr.gifLe conseil général de l’Essonne restera majoritairement à Gauche pour au moins trois ans, date où la réforme territoriale rentrera en vigueur avec la disparition programmée des assemblées départementales.

Jérôme Guedj devrait présider après sa victoire sur le canton de Massy Est avec 54,44 % des suffrages exprimés le conseil général. Il succèdera au Président du conseil général actuel, Michel Berson qui laisse ainsi sa place.

Avec la victoire au détriment du sortant Parti de Gauche au premier tour, et de l’UMP (56,59 %) au deuxième tour un élu Vert va siéger grâce à un accord d’alliance avec le PS au sein de l’assemblée départementale, il s’agit de Guy Bonneau.

piriou2.jpgLes trois conseillers généraux communistes sont largement réélus à Morsang pour Marjaulaine Rauze (68,58 %), Corbeil pour Bruno Piriou (54,59 %), (ici en photo), Grigny pour Claude Vasquez avec 100 %, candidat unique.

Le PS reprend un siège à la droite à Montlhey avec Jérôme Cauet (53,01 %), et au Parti de Gauche à Vigneux avec Didier Hoeltgen (61,37 %).

Sans surprise, le PS conserve ses sièges à Evry sud avec Francis Chouat (69,31 %), Arpajon avec Pascal Fournier (67,08 %), Etrechy avec la Sénatrice Claire-Lise Campion (63,9 %), Orsay avec David Ros (63,57 %), Chilly Mazarin avec Gérard Funès (64,16 %), Epinay sous Sénart avec Romain Colas (73,66 %), Athis Mons avec Patrice Sac (63,59 %), Juvisy avec Etienne Chaufour (63,66 %), Ste Geneviève des Bois avec Frédéric Petitta (71,85 %).

La Droite conserve la plupart de ses sièges concentrés essentiellement dans les zones rurales du Sud de l’Essonne.

Sont élus ou réélus : Fernand de Ruidiaz à Draveil (69,64 %), Michel Bournat à Gif sur Yvette (54,85 %), Dominique Echaroux à Dourdan (52,63 %), JJ Boussingault à Milly la Forêt (58,27 %), Guy Crosnier à Méréville (67,57 %).

La  nouvelle assemblée départementale du  conseil général est composé de 21 élus socialistes, 4 Front de Gauche (3 PCF, 1 PG), 1 Vert, 16 Droite.

ILE DE France

idf1.jpgLe département du Val d’Oise passe à droite, celui de la Seine et Marne reste à gauche. Les Yvelines, les Hauts de Seine seront présidés par des conseillers généraux UMP.

Dans le Val de Marne la tentative commune du PS et des Verts d’éliminer le Font de Gauche à la Présidence tourne au fiasco. Les candidats d’Europe Ecologie-Verts qui en se maintenant contre les communistes pensaient obtenir l’apport en voix de la droite et de l’extrême droit sont partout battus.

Dans la Seine St Denis, il en est de même, où le PS et les Verts perdent en prime un siège à Montreuil en refusant dans le département un accord de désistement.

11:06 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : département, essonne, conseiller général, résultats, pcf, ps, ump, pg, verts | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/01/2011

35 H : MANUEL VALLS CONTESTE AU SEIN DU PS

35h.jpgLe porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon, a estimé, lundi 3 janvier, que la remise en cause des 35 heures par Manuel Valls était "une mauvaise intuition politique", et il a invité le député de l'Essonne à "revenir dans le droit chemin".

"Le sarkozysme économique est un échec. Je n'avais pas compris que la logique (...) pour nos primaires ce soit de reprendre ce slogan du 'travailler plus pour gagner plus' qui a échoué. Je trouve que c'est une mauvaise intuition politique et j'invite Manuel Valls à revenir dans le droit chemin", a déclaré M. Hamon sur France Info.

Le député socialiste Henri Emmanuelli a jugé, dimanche, sur France Info que Manuel Valls "doit en parler à Sarkozy, pas au PS", "quand on a quatre millions de chômeurs, il faut se poser la question du travail pour tous et pas celle de la compétitivité". Pour M. Emmanuelli, "le problème pour ces personnages-là, ce n'est pas de faire des propositions mais de faire du buzz médiatique".

M. Valls, candidat aux primaires PS pour la présidentielle, a estimé dimanche que la gauche devrait, si elle revenait au pouvoir en 2012, "déverrouiller les 35 heures" afin de permettre aux Français de "travailler davantage".

Publié par le journal Le Monde

JEAN FRANCOIS COPE, LE PRESIDENT DE L'UMP FELICITE LUI MANUEL VALLS

jfcope.jpgLe secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé a salué lundi "le courage" du député PS de l'Essonne Manuel Valls, candidat aux primaires socialistes pour 2012, qui a remis en cause les 35 heures.

"Le fait qu'à gauche il y ait une nouvelle génération qui, à l'image de ce que nous faisons à droite, vise à lancer le débat sans tabou" sur les 35 heures "est plutôt sain", a déclaré M. Copé sur Europe 1.

"Je note que Manuel Valls a le courage, parfois seul contre tous dans son propre camp, de rejoindre les thèses que je défends", a-t-il ajouté.

"Ma conviction est que parmi les éléments clés du débat de la présidentielle de 2012, se posera la question de savoir comment on peut travailler plus et surtout travailler mieux", a expliqué le député de Seine-et-Marne.

NOTES E-MOSAIQUE

travail1.jpgRappelons que la loi sur les 35h a été mis en place par la Ministre Martine Aubry, aujourd'hui 1er secrétaire du PS et le gouvernement de Lionel Jospin. L'INSEE a publié une étude indiquant que cette loi a permis la création de 350 000 emplois et une augmentation de la productivité de 4 à 5 %. C'est une mesure soutenue aujourd'hui d'après toutes les études sociologiques par l'écrasante majorité des salariés, à tel point que Nicolas Sarkozy n'a pas osé pour le moment remettre en cause son application.

Concernant la compétivité économique de la France rappelons des éléments donnés dans une étude du tableau de bord 2010 réalisée sous l'autorité du ministère de l'industrie, de la DATAR, du Centre d'Analyse Stratégique, de l'Agence française pour les investissements internationaux : "La France est un acteur de premier rang de l'investissement international, elle est le premier pays d'accueil de l'investissement direct étranger en Europe, et le troisième dans le monde derrière les Etats-Unis et la Chine, et qu'elle affiche enfin une des plus fortes productivités du travail, que celle-ci soit mesurée par personne employée ou par heure travaillée".

10:26 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 35h, ps, valls | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu