Avertir le modérateur

13/07/2013

Tryo, une approche consciente et poétique de la musique

Ffête de l'Humanité 2013, tryoête de l'Humanité 2013. Le groupe posera ses valises pour 
la seconde fois à la Fête. Retour sur ses dix-huit années de carrière : alors la majorité, 
ça inquiète ?

On ne présente plus Tryo, groupe éminemment populaire. Les fans de la première heure gardent en mémoire l’Hymne de nos campagnes, tube aux contours écolos qui témoigne de sa sensibilité aux questions environnementales. Mais on se tromperait en classant le groupe dans la catégorie utopiste sans prise avec la réalité. Tryo a une approche consciente et poétique de la musique. Entre engagement et jeux de mots, ses chansons s’attachent à décrire une certaine réalité avec une touche d’ironie. Jamais donneur de leçon, le groupe évoque toutes sortes de sujets liés à l’actualité internationale (Printemps arabe), à la politique (Marine est là), l’exil (El Duche de Leche), l’amour (Serre-moi), la drogue (Main verte)…

Pourquoi s’appeler Tryo alors qu’on est quatre musiciens ? À ses débuts, le groupe n’était composé que de Guizmo, Mali et Manu, rencontre née des multiples croisements à la MJC de Fresnes. Après un été passé dans les Pyrénées à gratter des accords et à chanter au coin d’un feu, le groupe décide de partir faire de la scène.

Un petit quatrième, armé de ses djembés et bongos, vient alors se greffer aux joyeux trublions, Daniel le percussionniste, ainsi que Bibou, qui deviendra leur manager. Deux ans plus tard, Tryo sort son premier album, Mamagubida, néologisme formé des premières syllabes de chaque membre du groupe. Avec cet album enregistré en grande partie en live, Tryo trouve sa base musicale oscillant entre reggae, ragga et ska.

Réfractaire à la chanson commerciale, la formation a longtemps évité les radios et les interviews, avant d’y trouver un moyen d’expression de ses idées. Il faut dire que le groupe, qui a d’abord été promu par le bouche-à-oreille, se définit avant tout comme une bande de potes portés par le seul amour de la musique et de la scène.

  • En vidéo : Printemps arabe (en live à Tunis en juin 2013)

Tryo a connu ses premiers succès en Bretagne et en banlieue parisienne. Mais, très vite, sa musique a franchi les frontières, s’exportant aussi bien au Japon qu’en Amérique du Sud, au Québec ou en Allemagne. « Grain de folie, grain de poussière dans le vent », chante-t-il. Le groupe a aussi créé de véritables scénographies, nées de l’expérience théâtrale de Mali. La scène est pour lui comme un immense terrain de jeu. À chaque concert, l’ambiance change lui donnant l’occasion d’inventer un univers à la fois festif et convivial. Mêlant différentes esthétiques et tendances musicales, Tryo invite souvent d’autres artistes à venir faire des bœufs sur scène, comme les Ogres de Barback, dont on retiendra les deux touchants titres la Première Fois et Mam’zelle Bulle. Tryo aime aussi dénicher de nouveaux talents. On se souvient ainsi du groupe Boulevard des Airs, que l’on a vu en première partie de sa tournée et qui est considéré aujourd’hui comme le « nouveau Tryo ». Un esprit partageur que l’on a des chances de retrouver à la Fête.

Entre clins d’œil humoristiques et séquences émotives, Tryo nous promet un spectacle sensationnel, que la grande scène n’est pas près d’oublier.

Le site de la Fête de l'Humanité 2013

  • Lire aussi :

M: "La musique, c'est tout une histoire d'énergie"

Vive le swing de Sanseverino 
et sa guitare jazz manouche !

La tchatche et le rire de Jamel 100 % Debbouze à la Fête de l'Humanité !

Amandine Pilaudeau

17:37 Publié dans Actualités, Evénements, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête de l'humanité 2013, tryo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/10/2011

TRADER : LE MONDE IMPITOYABLE PAR DES DANSEURS

Trader%20(4).jpgLa crise économique est personnalisée par les Traders, agents au service des banques et des spéculateurs pour le meilleur, mais souvent pour le pire. De New York à Tokyo, de Paris, Londres à Sydney 24h sur 24h ils règnent sur les bourses, dans un rythme effréné et une excitation permanente.

C’est-ce sujet que la compagnie de danse Ose a traité dans un spectacle éblouissant ce samedi 15 octobre dans l’auditorium du conservatoire de l’école nationale de musique d’Evry.

Le pari était osé, il a été réussi. La chorégraphie de Caroline Lopez Cauty et Stéphanie Mandon est de toute beauté et le spectacle saisissant.

Le mixage de la danse sur une musique de jazz et un fond d’images d’actualités donnent le frisson aux spectateurs saisis par le rythme envoutant de ce spectacle moderne où art, économie et histoires se rencontrent.

La vie des Traders dans spectacle est contée avec un réalisme souligné par des images fortes et une danse endiablée.

Un spectacle à proposer à tous les écoles de commerces où les étudiants sont formés pour accéder à ce monde inhumain pour eux et pour ceux qui subissent la folie de cette spéculation financière meurtrière.

Bravo aux danseuses de la compagnie Ose !

E-Mosaïque


COMPAGNIE OSE - Teaser "TRADER" par compagnieose

23/08/2011

La caravane musicale d’Au sud du nord va sillonner l’Essonne

5ac32d0e32.jpgLe festival itinérant reprendra les routes de l’Essonne du 3 au 25 septembre. Sur le parcours : spectacles, fêtes et concerts dans 20 villes.

Du 3 au 25 septembre, le festival Au sud du nord embarque les curieux dans une promenade artistique de 20 escales dans le sud essonnien.

Concoctée par le contrebassiste Philippe Lacarrière, la programmation de cette 15 e édition du festival est essentiellement musicale, jazz surtout, mais ouverte à d’autres formes artistiques telles que la peinture, la littérature ou la sculpture. L’objectif de l’événementl ? Sortir des sentiers battus en proposant une offre de spectacles variée et de qualité, accessible au plus grand nombre grâce à des tarifs bon marché.

En plus de la quarantaine de concerts programmés ces trois semaines – jazz, jazz fusion, percussions, bossa nova, musette - les spectateurs pourront aussi assister à un spectacle étincelant où se mêlent musique et sculpture métallique. Des performances de peinture et même un spectacle musico-viticole sont également prévus. En tout une centaine d’artistes seront présents parmi lesquels : Louis Sclavis, Nguyên Lê, Aldo Romano, Henri Texier, Bernard Lubat, Jacques Di Donato...

En marge du festival qui est l'événement phare de l'association, Au sud du nord fait un travail de fond toute l'année grâce à des contarts de Résidences d'artistes avec les communes de Bouray-sur-Juine et Cerny. Au Sud du nord propose ainsi un atelier de sculpture hebdomadaire, et chaque mois, un concert, une projection vidéo « docu-débat », ainsi qu’une scène ouverte aux musiciens amateurs.

Les 20 escales du festival : Villeneuve-sur-Auvers, Orveau, Vert-le-Petit, Auvers-Saint-Georges, Bouvillle, La Ferté-Alais, Etampes, Itteville, Arpajon, Bouray-sur-Juine, Cerny, Fleury-Mérogis, Chamarande, Prunay-sur-Essonne, Méréville, Leuville-sur-Orge, Boissy-sous-Saint-Yon, et les 3 nouvelles escales situées à Longpont-sur-Orge, Chalou-Moulineux et Etréchy.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu