Avertir le modérateur

19/12/2017

UN BOUCLIER SOCIAL ET ECOLOGIQUE POUR LES FRANCILIENS

conseil régional Ile de France.jpg

Déclaration du groupe Front de Gauche au conseil régional d'Ile de France (Pcf, Pg, Ensemble...)

Valérie Pécresse vient de dévoiler son troisième budget et enterre définitivement tout projet régional pour les Francilien.ne.s.

Entre mensonges grossiers, déformation de la réalité financière, tours de passe-passe avec les chiffres et jeux d’écriture, le budget proposé nous plonge en pleine réalité alternative.

La pseudo « locomotive économique francilienne » à la sauce Pécresse laisse sur le quai les plus fragiles et offre une image provocatrice de celle qui ne cesse d’augmenter le tarif du Navigo. Quant à l’exceptionnel niveau d’investissement, il est à nuancer vu l’ampleur de la non-consommation cette année.

Ou encore décrire notre région comme la « première métropole environnementale européenne ». Bien malin qui trouvera des Francilien.ne.s approuvant cette vue de l’esprit. La totalité des 3 millions d’aides non consommées pour le renouvellement des chaudières à bois ou le seul tiers des crédits exécutés pour le Plan vert ou la protection des milieux naturels parlent d’eux-mêmes!

Même refrain pour les politiques de solidarité. Comment vouloir se targuer de « réduire les fractures » et de « déployer une Région solidaire pour ceux qui en ont besoin » alors que le budget a baissé de deux tiers depuis 2015 ? L’urgence sociale est niée par la droite régionale alors que les besoins sont immenses. Le budget logement social a été sabré de 50 millions depuis 2015 et l’aide régionale à la résorption des bidonvilles et celle d’accueil des SDF purement supprimées.

Quant aux dispositifs d’accès à la contraception ou à l’IVG, ils sont sous-consommés de manière si importante qu’on y lit le poids des élus de la Manif pour tous membres de la majorité régionale.

Les associations, les collectivités territoriales et même les entreprises, voient les aides régionales fondre.

Loin du plan de com’ de Pécresse, ce budget s’inscrit donc dans la logique d’austérité pour les partenaires régionaux et pour la population. Avec Macron, et son budget pour les riches, et Pécresse pour les Francilien.ne.s c’est la double peine.

23/11/2017

126 000 IDF : Paris sera toujours Paris

radio audience Ile de France.jpg

Nouvelle livraison d’audiences par Médiamétrie.

L’institut a dévoilé la première 126 000 IDF de la saison. Comme son nom l’indique, cette enquête détaille les scores des radios à Paris et en Île-de-France. Parce que, quand on habite à Paris, on n’écoute pas la radio de la même façon ?

Que dit ce premier classement de la saison ?

Généralement, la 126 000 IDF confirme le précédent bulletin de notes de la semaine précédente. Commençons par les "Programmes Locaux", ainsi qualifiés par Médiamétrie. Parce que, dans cette catégorie, les radios doivent fournir, sur un marché hyper-concurrentiel, d'importants efforts pour tenter de rivaliser avec les marques nationales et de maintenir la tête hors de l'eau.

Dans cette catégorie, et elles y parviennent plutôt bien, le classement est composé par Latina (3.3), FIP (2.7), Voltage (2.2) 1.9 (Swigg), Tropiques FM (1.9), Oüi FM (1.8). La palme de la meilleure Part d'Audience revenant à FIP (2.9).

Les Parisiens et les Franciliens aiment s'informer. Ils le prouvent une énième fois avec 10.4 d'audience cumulée pour franceinfo. Suivent Radio Classique (2.9) et France Culture (2.3). Pas de nouvelles de France Musique.

RTL et France Inter toujours puissantes

RTL est la radio la plus écoutée dans cette 126 000 IDF (toutes stations confondues) avec 12.6 d'audience cumulée et plus de 15 points de Part d'Audience. Elle est talonnée par France Inter avec 12.4 d'audience cumulée pour 12 points de Part d'Audience. Sans surprise, Europe 1 est en baisse d'un demi-point sur an avec 8.7 d'audience cumulée mais avec une Part d'Audience honorable de 8 points et devant sa rivale RMC qui enregistre 7.9 d'audience cumulée. France Bleu ayant, cette fois-ci, totalement disparue des radars de Médiamétrie.

NRJ : première Musicale en Île-de-France

Avec 6.9 d'audience cumulée, NRJ, en hausse, domine le marché parisien et francilien. Mais la station est à moins d'un point de Skyrock qui signe, en cette rentrée, une belle progression d'un point à 6.5 d'audience cumulée pour une Part d'Audience en forte hausse également, de plus d'un point. Rire & Chansons (3.9) n'est pas parvenue à se maintenir au-dessus des 4 points d'audience cumulée.

Seules Nostalgie (en baisse à 3.5), Virgin Radio (en hausse à 3.2) et Chérie (en hausse à 3.2) sont au-dessus des 3 points. Pour les autres radios musicales, elles se partagent quelques miettes. Cette rentrée 20127-2018 ne restera pas dans les annales notamment pour Fun Radio avec seulement... 2.6 d'audience cumulée pour 1.5 de Part d'audience. RFM (2.8), RTL (2.5) et Radio Nova (1.9) voient également leurs audiences en baisse notament pour RFM qui perd presque un point sur un an...

24/10/2017

Grand stade de rugby : les collectivités viennent de déposer un recours contre la décision du Président de la FFR

grand stade.jpg

Ce jeudi 19 octobre, l’agglomération Grand Paris Sud et les villes de Ris-Orangis et de Bondoufle ont déposé, par le biais de leur avocat, une réclamation indemnitaire auprès du Président de la Fédération Française de Rugby (FFR), requête préalable avant le recours contentieux suite à la décision unilatérale d’abandon du projet de Grand stade de rugby, prise par la FFR et son comité directeur le 14 décembre 2016.

Le montant des réclamations des villes et de l’agglomération s’élève à plus de 52 millions d’euros. Il correspond au préjudice subi et au manque à gagner suite à l’abandon du projet de Grand stade de rugby.

« Nous avons compilé tout ce qui avait été réalisé par l’agglomération Grand Paris Sud et les communes de Bondoufle et Ris-Orangis au cours des cinq années de travail avec la FFR. Cette dernière dispose maintenant de deux mois pour réagir. Si elle ne fait pas droit à cette demande, nous pourrons alors saisir le tribunal administratif de Versailles » explique Stéphane Raffalli, maire de Ris-Orangis et vice-président de Grand Paris Sud chargé de l’aménagement, de l’habitat et des grands projets.

L’accord-cadre liant les collectivités à la FFR prévoit des engagements réciproques à réaliser entre les parties, autour de la construction du stade. Mais il y a eu rupture brutale en décembre 2016, par la FFR, de son engagement principal : celui de construire le stade. Aucune stipulation ne prévoyait la faculté de procéder à une résiliation unilatérale de cet accord-cadre.

« Nous étions liés contractuellement à la FFR pour un projet dont l’initiative relève de la Fédération. La décision unilatérale du nouveau Président de la Fédération met fin à 5 années de collaboration intense et d’avancées significatives pour un projet devenu d’intérêt national. Par ce recours, nous souhaitons avant tout défendre notre territoire, nos habitants qui doivent être respectés et obtenir réparation », conclut Francis Chouat, président de Grand Paris Sud.

Francis CHOUAT Président de la Communauté d’agglomération Grand Paris Sud

Stéphane RAFFALLI Maire de Ris-Orangis, vice-président de Grand Paris Sud

Jean HARTZ Maire de Bondoufle, vice-président de Grand Paris Sud

18:16 Publié dans Actualités, Informations locales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evry, grand stade, rugby, recours | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu