Avertir le modérateur

02/11/2015

Régionales : le Front de Gauche voit son programme comme un "bouclier"

plfront-de-gauche.jpg

Le Front de gauche a présenté lundi 2 novembre, son programme comme un "bouclier" social et écologique pour les élections régionales en Ile-de-France, revendiquant son rôle "d'opposition de gauche".

Dans cette perspective, le Front de gauche propose un passe Navigo gratuit pour les jeunes et les chômeurs et à tarif unique (35€) pour les seniors. Il promet de doubler le nombre de RER B avec l’achat de 800 rames et d’augmenter de 20% le nombre de bus d’ici à 2020. Il veut, de plus, mettre en place des « arrêts à la demande » dans les zones rurales et pour les bus de nuit.

5 000 chauffeurs de bus supplémentaires

Autre mesure phare : la promesse de 10 000 embauches, dont 5000 chauffeurs, 2000 chargés de maintenance et de 3000 personnes pour « humaniser les lignes ». Objectif, explique-t-on au Front de gauche : augmenter le nombre de personnel présent dans le métro ou dans les bus de nuit, notamment pour sécuriser les lignes. « On n’améliorera pas la vie des Franciliens, si on n’améliore pas les transports », plaide Pierre Laurent, par ailleurs certain qu’il s’agit-là « d’un facteur de développement économique ».

De manière générale, le chef de file du Front de gauche en Île-de-France promet un projet estampillé « haute qualité de service public ». « Le temps n’est pas à freiner les politiques publiques, il faut au contraire les accélérer », défend-il. Une ambition qu’il compte financer par une réorientation de la fiscalité (il propose notamment une augmentation de la taxe sur les logements vacants) et par « la création d’un fonds régional qui permette de faire du crédit moins cher ». « Nos propositions nécessitent de remettre en cause les mesures budgétaires qui contraignent les collectivités locales », reconnaît-il par ailleurs.

Construction et logement

Autre grande priorité du Front de Gauche, la relance de la construction avec un objectif de 100 000 logements par an dont la moitié en logements sociaux. Par densification urbaine, précise le programme. Le Front de Gauche veut aussi "changer d'échelle" pour la rénovation thermique, trop lente à ses yeux avec seulement 500 à 1000 logements rénovés par an. Tout ceci devrait, espère le mouvement, permettre la création de 150 000 nouveaux emplois non délocalisables.

Côté financement de ses promesses, le Front de gauche veut "'attaquer l'État en justice car il doit à la Région 1,7 milliard d'euros non compensés pour les transferts de compétences". Il compte aussi recourir à l'emprunt et veut se battre (auprès du Parlement et du gouvernement) pour obtenir la hausse ou  la création de diverses taxes sur les bureaux ou logements vacants, sur les parkings de centres commerciaux etc...

"Nous sommes la liste qui peut garantir une vraie politique de gauche", a assuré Pierre Laurent, insistant sur les "mots clé" du programme "égalité, écologie, dignité, citoyenneté".

Sources : Le Parisien, FR3

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

27/10/2015

Malek Boutih contre « la République en actes »

plrio.jpg

Communiqué de Philippe RIO, maire de Grigny, mardi 27 octobre 2015

Lors du comité interministériel intitulé « Égalité et Citoyenneté : la République en actes » qui s’est tenu aujourd’hui aux Mureaux, le Premier ministre a rappelé la nécessité « de transformer la ville, d’améliorer concrètement les conditions de vie de millions de nos concitoyens », en soulignant que l’État « ne réussira pas sans le concours, sans l’adhésion, sans la confiance des premiers concernés : les habitants, les associations, les élus ». Ces propos qui visent à créer une nouvelle dynamique, s’appuient sur la confiance et le respect. A l’évidence, les déclarations faites la veille par Malek Boutih, député de l’Essonne, sur BFMTV s’opposent à cette vision.

Interrogé sur la situation dans les banlieues dix ans après les émeutes, le député a affirmé : « Je pense qu’il y a un toboggan dans lequel on est installé depuis plusieurs années qui nous amène à l’irréparable, puisque maintenant ces quartiers produisent des terroristes. C’est donc extrêmement différent, dix ans après ce ne sont plus des émeutiers, ce sont des terroristes ». De telles paroles qui établissent un lien entre des territoires et une dérive terroriste - et qui auraient tout aussi bien pu être prononcées par Marine Le Pen tant elles sont stigmatisantes - trahissent une profonde erreur d’analyse.

Depuis les fusillades à Charlie Hebdo et à l’épicerie cachère, trois attaques ont eu lieu sur le sol français : en février contre des militaires à Nice, en juin contre une usine de produits chimiques dans l’Isère, en août à bord du Thalys. Deux autres projets d’attentat connus ont été déjoués : au mois de juin contre une église à Villejuif, un autre en juillet contre une base militaire. Ces actions terroristes ont toutes donné lieu à des arrestations.

Un examen attentif des profils de ces auteurs révèle une diversité de leurs origines et de leurs situations sociales. En outre, rien ne permet d’établir l’existence d’un lien entre le fait d’avoir grandi ou d’avoir vécu dans un quartier populaire et celui d’être coupable de comportements terroristes et criminels. C’est une simple question d’honnêteté intellectuelle. Ces quartiers sont des lieux de réussite professionnelle, artistique, sportive, familiale et citoyenne, des espaces de solidarité et d’innovations où, comme l’a fait remarquer le Premier ministre : « il y a de nombreux talents et une soif de réussir ». Cette réalité est superbement ignorée par un député qui a fait de la provocation et du buzz médiatique son seul moyen d’exister.

Sa nouvelle sortie digne du café du commerce jette une forte suspicion sur une catégorie de citoyens. Dix ans après les émeutes de 2005, les habitants des quartiers populaires se seraient bien passés de telles déclarations qui les condamnent à subir encore de plus fortes discriminations à l’adresse. Comment ensuite aller postuler à un emploi, faire une demande de logement ou de prêt bancaire avec une adresse à La Courneuve, la Grande Borne ou au Val Fourré ? Malek Boutih condamne chaque jeune de ces quartiers à être considéré comme un terroriste potentiel.

Ces déclarations irresponsables sont, une fois de plus, autant d’insultes aux citoyens qu’il est censé représenter. En désignant un « ennemi de l’intérieur », elles fracturent la cohésion sociale et fragilisent le pacte républicain.

Philippe RIO, maire de Grigny

25/02/2015

Il ne faut pas se tromper de colère

guedj.jpgpar  Jérôme Guedj Président (PS) du conseil général 
de l’Essonne 

Aucune élection n’est perdue ni gagnée d’avance. Disons les choses clairement, la gauche risque de se prendre un bouillon historique dans un mois. L’élection législative dans le Doubs, remportée de justesse par le Parti socialiste, a montré qu’il n’y avait plus aucune digue entre les électorats de droite et d’extrême droite.

Le risque est de se retrouver le 29 mars avec des majorités bleu-brun à la tête de nombreux départements.

Si nous partons de très haut avec une soixante de départements à gauche sur cent, nous ne sommes pas obligés de tout faire pour donner raison à ceux qui espèrent que nous perdions, à commencer par ceux dans les propres rangs de la gauche qui souhaitent « lever l’hypothèque du Parti socialiste sur la gauche », pour reprendre les propos d’Éric Coquerel, du Parti de gauche.

Je suis excédé par cette stratégie de la terre brûlée. Jouer la division de la gauche, c’est jouer la défaite de la gauche. À l’inverse, le préalable à toute victoire de la gauche, c’est son unité, pas le pistolet sur la tempe bien sûr. Mais l’union sur un programme co-construit entre forces politiques et union électorale. Seulement l’union et la volonté affirmée de mener des politiques de gauche peuvent nous permettre de remobiliser notre camp, de lutter contre l’abstention qui fut la cause principale de la déroute aux municipales il y a un an.

En poursuivant la « stratégie des deux gauches » qui est un échec sur le plan national, certains de nos partenaires ne participent qu’à l’affaiblissement de la gauche face à la droite et à l’extrême droite sur le court et le long terme, sans pour autant créer de nouvelle dynamique à gauche. Cette stratégie est perdante sur tous les tableaux.

Les critiques, voire les déceptions vis-à-vis du gouvernement sont légitimes et compréhensibles, et je serai mal placé de blâmer quiconque, ayant toujours moi-même conservé ma liberté de parole. Cette liberté, je l’ai gardée par fidélité à nos valeurs et à nos principes, par loyauté envers le peuple de gauche.

Aujourd’hui, mettre en danger des majorités locales où nous développons et créons des politiques innovantes, des politiques clairement à gauche, élaborées et votées en Essonne par les conseillers généraux du PCF, du PG, du PS, du PRG et d’EELV.

En Essonne, je n’ai aucun frondeur à déplorer dans ma majorité car nous avons créé depuis des années le rassemblement sur notre action concrète. Et nous partons à la bataille en rangs serrés. Sur les 21 cantons que compte le département, nous avons un accord avec EELV et le PRG, et sur 8 cantons, cet accord s’étend aux communistes bien conscients de la nécessité de faire gagner la majorité départementale pour poursuivre nos politiques publiques.

Quelques exemples. Nous avons créé un nouveau service public (et les emplois qui vont avec) en ouvrant deux maisons de retraite publiques départementales en 2013 et 2014 (105 postes pour 155 lits), tandis que quatre autres sont programmées, pour 600 lits et 350 postes.

Les personnes âgées modestes ont ainsi accès à un service à 60 euros par jour dans le service public contre parfois 100 euros dans le privé. Autre marqueur de gauche, l’aide aux communes du conseil général qui s’élève à 50 millions d’euros par an est conditionnée à un système de bonus-malus selon qu’elles respectent ou non la loi SRU ou les niveaux légaux d’emplois de personnes en situation de handicap.

Je pourrais ajouter le CV anonyme pour les recrutements au conseil général dans le cadre de notre politique de lutte contre les discriminations, la contraception (pilules et préservatifs) gratuite pour tous les jeunes de seize à dix-huit ans et tant d’autres choses encore. Je le dis avec solennité, il ne faut pas se tromper de colère.

Ce qui est en jeu dans cette élection, c’est notre capacité collective à gauche à continuer à construire de la solidarité. Ce besoin de solidarité que les Français ont réaffirmé début janvier après les attentats. La gauche doit en être à la hauteur pour conjurer le désamour qui s’est construit entre elle et le pays. Et comme en amour il n’y a que des preuves d’amour, nous y travaillons en Essonne en construisant l’unité de la gauche, en menant une politique clairement de gauche.

Tribune publiée par l'Humanité

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu