Avertir le modérateur

02/08/2017

SENATORIALE ESSONNE : BERNARD VERA CANDIDAT D'UNE LISTE DE LARGE RASSEMBLEMENT DE LA GAUCHE

Bernard Vera.jpg

Bernard Vera ancien Maire de Briis sur Forges pendant 16 ans, élu sénateur de 2004 à 2011 et de 2016 à 2017 a annoncé qu'il se présentera à nouveau à l'élection sénatoriale qui se déroulera le 24 septembre dans une déclaration où il indique : « Je termine mon mandat avec le sentiment d'avoir défendu les valeurs d'égalité, de justice sociale, de paix qui me mobilisent et d'avoir représenté efficacement notre département et ses territoires à la Haute Assemblée. La défense des collectivités territoriales et la préservation des communes auront été constantes durant mon mandat....

Aujourd'hui, le gouvernement veut réduire le nombre d'élus locaux, procéder à une nouvelle ponction de 13 milliards sur les collectivités locales et supprimer la Taxe d'Habitation ce qui déposséderait les communes d'une partie de leur autonomie fiscale. Plus que jamais, la voix des élus locaux qui refusent la perspective de l'effacement des communes et des atteintes à la démocratie locale doit être entendu au Sénat... »

Les enjeux des élections au Sénat

Bernard Vera2.jpgLe sénat vote toutes les lois. La défense de l'intérêt général face à la pression croissante des intérêts privés est l'axe fondamental de l'action de Bernard Vera. Ainsi, la mobilisation pour les services publics, constitue son ADN. Le service public, c'est l'ossature de la République. C'est par lui que s'exprime la solidarité, c'est par lui que l'exigence d'égalité peut s'exprimer. Que serait le vivre ensemble sans service public ?

ESSONNE ; SENATORIALES MODE D'EMPLOI

Les nouveaux représentants sont élus pour une législature de 6 ans au suffrage universel indirect par les 2541 grands électeurs du département(1).

Dans l'Essonne, les sénateurs sont élus au scrutin proportionnel plurinominal. Leur nombre reste inchangé, cinq sénateurs sont à élire et sept candidats doivent être présentés sur la liste pour qu'elle soit validée. Chaque liste de candidats est obligatoirement paritaire et alterne entre les hommes et les femmes. Plusieurs listes seront déposées dans le département. Elles sont présentées ici dans l'ordre de leur dépôt à la préfecture et comportent l'intitulé figurant aux dossiers de candidature.

(1) Les sénateurs sont élus dans chaque département par un collège électoral composé :

  1. des députés et des sénateurs ;

  2. des conseillers régionaux de la section départementale correspondant au département

  3. des conseillers départementaux ;

  4. des délégués des conseils municipaux ou des suppléants de ces délégués, représentant 95 % du collège électoral.

    • Les conseils municipaux élisent parmi leurs membres dans les communes de moins de 9000 habitants :

      • 1 délégué pour les conseils municipaux de 9 et 11 membres ;

      • 3 délégués pour les conseils municipaux de 15 membres ;

      • 5 délégués pour les conseils municipaux de 19 membres ;

      • 7 délégués pour les conseils municipaux de 23 membres ;

      • 15 délégués pour les conseils municipaux de 27 et 29 membres4.

    • Dans les communes de 9 000 habitants et plus, tous les conseillers municipaux sont délégués de droit. Dans les communes de plus de 30 000 habitants, les conseils municipaux élisent des délégués supplémentaires à raison de 1 pour 800 habitants en sus des 30 000

12/07/2017

Banlieues : le maire de Grigny dénonce le silence d'Emmanuel Macron et de son gouvernement

rio philippe.jpg

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région et France Bleu jeudi 6 juillet 2017 à 10:02

La banlieue n'a été évoquée cette semaine ni par le président Macron ni par son Premier ministre. Pour Philippe Rio, le maire PC de Grigny (Essonne), c'est inacceptable. Il vient d'écrire au chef de l'Etat pour lui dire que les quartiers populaires ont besoin d'actes forts et d'aides financières.

Le maire communiste de Grigny, Philippe Rio est déçu, inquiet et en colère. Il a bien écouté les discours du président Macron lundi et celui de son Premier ministre Edouard Philippe mardi. Et il a constaté que ni l'un ni l'autre n'avaient parlé de la banlieue, ces quartiers populaires où vivent cinq millions d'habitants. C'est ce qui l'a poussé à écrire au chef de l'Etat.

 

"La pauvreté à perpète on en a marre", dit Philippe Rio. "On en a marre de refaire de la pédagogie, de rapport en rapport, tout le monde connait la situation. Donc soit on résout le problème dans ce pays et on dit la République elle est partout et il n'y a pas d'apartheid territorial et social, soit on fait le choix politique de ne pas résoudre ce problème". Pour le maire l'enjeu c'est de faire de ce territoire, où il n'y a que 25% des gamins qui vont au Bac contre 80% à l'échelle nationale, se raccroche à la République. Pour cela, il faut des moyens, dit-il et "ça nous coûtera beaucoup moins cher financièrement que collectivement, politiquement et judiciairement".

Les quartiers populaires ont besoin d'actes forts

Grigny est le parfait exemple d'une ville populaire qui manque de moyens. Le maire rappelle que sa ville est l'une des communes les plus pauvres mais aussi les plus jeunes de France. Comment faire face, dit-il, par exemple à la surcharge scolaire de sa ville. Grigny scolarise deux fois plus d'enfants qu'une ville de la même taille. Le maire souhaiterait que cette réalité soit prise en compte dans le calcul des dotations de l'Etat aux collectivités locales. Il demande que ces dotations soient réévaluées de 10% chaque année durant cinq ans pour Grigny.

L'apartheid social, ça suffit

A Grigny, l'apartheid social dure depuis plus de 40 ans. Il faut que cela cesse estime le maire, Philippe Rio. Le revenu fiscal moyen de la ville est de 10.000 euros par ménage. Comment faire face, se demande le maire qui exige que les disparités soient compensées. "Il en va de l'un des principes de notre République : l'égalité", explique Philippe Rio qui envisage se saisir la cour européenne des droits de l'homme s'il n'est pas entendu rapidement.

06/07/2017

Amazon envisage de créer 2 000 emplois à Brétigny-sur-Orge

amazon.jpg

Amazon, le géant du e-commerce, a choisi l’ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge (Essonne) pour construire sa sixième plateforme logistique en France. Le futur établissement emploierait plus de 2 000 salariés.

L’entrepôt qui devrait disposer de 200 000 mètres de surface sera édifié sur une parcelle de 30 hectares de l’ancienne base fermée depuis 2012 et dont les terrains ont été cédés à la communauté d’agglomération Cœur d’Essonne dans le cadre d’un Contrat de revitalisation des sites de Défense.

Proche de l’aéroport d’Orly, de l’Autoroute A6 et de la Francilienne, la troisième rocade autour de Paris, le site n’est distant que d’une trentaine de kilomètres de la capitale.

POINT DE VUE DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

brétigny,pcf,amazonAmazon vient d'annoncer l'arrivée d'un complexe logistique constitué de deux bâtiments. Ce complexe sera implanté sur un terrain de 31 ha sur l'ancienne base aérienne de Brétigny-sur-Orge. Philippe Camo, conseiller municipal de cette ville s'est félicité de l'arrivée de 2200 emplois sur ce site, durement touché par la fermeture du CEV et dernièrement celle de Pixmania, contribuant à précariser ce secteur.

Le groupe communiste s'est inquiété pour la nature des emplois créés, nombre de postes en CDI, le type des emplois, le niveau de qualification, la formation, le recours à l'intérim ?

Et concernant le transport des marchandises, en effet Amazon France Transport annonce un mouvement circulatoire important. 42 000 PL/an et 7 800 VL en rotation. Cela génère un surcroit de trafic sur des axes routiers déjà encombrés, voire saturés. Avec les conséquences que cela génère (risque accidentogène, pollution accrue par l'émission de gaz à effet de serre).

Des observations ont été portées à l'enquête publique, afin de proposer aux pouvoirs publics, en s'appuyant sur les atouts de la ville de Brétigny : ville cheminote, emprises ferrées à proximité, potentiel et savoir-faire de la SNCF. Le groupe a demandé d'examiner cette solution « rail », qui serai également créatrice d'emplois, une desserte ferroviaire marchandises s'impose. Et cela s'inscrit également dans le souci commun d'agir pour l'avenir de la planète en proximité, au moment de la COP 21, grande préoccupation mondiale.
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu