Avertir le modérateur

29/04/2010

RETRAITES / SUR LES MURS DE L'ESSONNE

affPCFretraite.jpgA sujet rébarbatif, méthode choc. Pour interpeller les Français sur le dossier de la réforme des retraites, le Parti communiste s'est lancé dans une grande campagne d'information, décalée par rapport à sa ligne habituelle plutôt vieillotte. Deux affiches «provoc'» seront tirées à 500.000 exemplaires et placardées dans les rues par les militants. Elles seront aussi diffusées en presse magazine et quotidienne. Le premier visuel montre une adolescente habillée en bouchère, avec un fusil (outil en fer pour affûter les couteaux) à la ceinture, posant devant des pièces de viande. Et ce slogan: «42 années de cotisation, mieux vaut commencer tôt.»

«Le PCF désirait détonner par rapport à l'image traditionnelle que les Français ont de lui, ainsi que rajeunir le discours et la cible», confirme Yv Corbeil, le directeur de la création de l'agence Alerte orange, chargée de la campagne. Mais «ce n'est pas si trash, on n'est pas dans Chucky non plus», relativise-t-il. L'autre visuel montre plusieurs cannes, symboles de la vieillesse, en barreaux de prison, accompagnées de ce texte: «La retraite devrait être une libération.» «On a choisi les codes de la publicité sociétale, des grandes causes type RSF ou Amnesty International», relève le directeur de création.

Rééditer la performance des nonistes

retaffPCF.jpg«On veut créer un choc tout en posant la question de la société que nous voulons. Est-ce qu'on veut que nos enfants travaillent de plus en plus tôt?», interroge pour sa part le communiste Olivier Dartigolles, contacté par 20minutes.fr. «On voulait interpeller l'opinion publique, car on ne sous-estime pas la détermination du gouvernement sur ce dossier», ajoute-t-il. Un enjeu pour le parti de la place du Colonel Fabien, qui estime que cette réforme va concerner quatre générations.

Objectif: rééditer la performance du débat autour du Traité constitutionnel européen (TCE), quand la mobilisation de la gauche radicale contre le Traité avait «contaminé» toute la société. «Comme en 2005, on pense qu'un grand débat sur les retraites peut se lever dans le pays, pour aboutir à l'échec du projet du gouvernement», avance le porte-parole du PCF.  Pour y parvenir, le Parti communiste a mis sur la table un quart de son budget communication, soit environ 200.000 euros.
Article publié dans 20minutes

18:41 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraites, pcf | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

05/03/2010

DEBAT PIERRE LAURENT - VALERIE PECRESSE

laurentd.jpgValerie_Pecresse.jpgLes têtes de liste de l'UMP et du Front de gauche pour les régionales en IdF, Valérie Pécresse et Pierre Laurent, ont développé jeudi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) des visions antagonistes de l'Ile-de-France au cours d'un débat de fond parfois vif mais courtois.

"Vous fuyez le débat sur les politiques nationales et voulez mettre les régions au service de ces politiques, ce qui serait absolument catastrophique", a affirmé le numéro deux du PCF.

"Nous, nous voulons faire des régions de résistance aux logiques libérales et les ancrer sur les valeurs de solidarité et d'égalité", a dit M. Laurent.

Mme Pécresse lui a répondu que le débat avait "montré qu'il y a une vraie méconnaissance de la part des Franciliens de ce que la région pourrait faire pour eux, en matière de qualité dans les transports, formation et développement économique".

"Notre projet est un projet d'investissement dans l'avenir, qui fait le pari de faire la prospérité de l'IdF avec les Franciliens", a ajouté la ministre de l'Enseignement supérieur, reprochant à M. Laurent de prôner "des vieilles recettes" comme "l'emploi public" ou des "dépenses publiques".

Selon elle, ça "ne mène qu'à une seule chose, une pression fiscale maximale qui empêche la création de richesses".

Une bonne partie du débat, arbitré par Pierre-Luc Séguillon, a porté sur les transports.

M. Laurent a défendu la mise en place d'un pass à 56 euros pour le transport de tous les habitants d'Ile-de-France, destiné à remplacer le "Pass Navigo" à tarification par zones.

Il a également critiqué le projet de "concentration de toute l'organisation des transports autour du grand huit" du secrétaire d'Etat Christian Blanc "qui vise à relier les centres d'affaires" alors que selon le responsable PCF "il faut desservir tous les territoires, tous les quartiers".

Mme Pécresse a répondu que le projet de transports du Grand Paris était "une toile d'araignée des transports", dont les 21 projets du contrat de projets Etat-région.

A propos du pass à 56 euros, qui coûterait "700 à 800 millions d'euros par an, c'est M. Huchon (son adversaire PS) qui le dit", elle a estimé que "l'urgence aujourd'hui est un plan de qualité de service", "qui s'est considérablement dégradée depuis 2004".

La candidate UMP a demandé à M. Laurent si lors de l'accord de fusion du Front de gauche avec la liste PS entre les deux tours, il abandonnerait son idée "phare" de pass à 56 euros.

M. Laurent, dont la liste est créditée de 7% d'intentions de vote dans les sondages, a répondu: "Sûrement pas, nous continuerons à nous battre sur cette mesure (...) ensuite nous fusionnerons et nous continuerons de mener la bataille".

D'après journaux et AFP

10:08 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre laurent, valérie pécresse, régionale, ump, fg, pcf | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/02/2010

REGIONALES ILE DE FRANCE : 12 LISTES POUR 209 SIEGES

regionale1.JPGLes électeurs Franciliens auront le choix entre 12 listes le 14 mars pour élire 209 conseillers régionaux.

Parmi ces listes les plus sérieuses sont celles menées par Valérie Pécresse pour l’UMP, Europe Ecologie avec Cécile Duflot, la Front de Gauche mené par Pierre Laurent, celle du PS avec le Président sortant Jean Paul Huchon, le Front National, le NPA et le MODEM.

Les 209 élus seront répartis dans les 8 départements de l’Ile de France. Pour l’Essonne ce sont des listes avec 23 candidats qui sont présentées aux suffrages des électeurs.

Les principales sont celles du PS avec Julien Dray tête de liste, l’UMP avec la ministre Nathalie Kosciusko-Moricet, les Verts avec Jean-Vincent Placé, et enfin celle du Front de Gauche mené par François Delapierre.

Le mandat des élus est fixé à 4 ans, c'est-à-dire 2014 date où la nouvelle réforme territoriale devrait être mise en place avec la disparition de fait des conseils généraux à l’échelle des départements.

Les listes qui le 14 mars auront obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés pourront se maintenir, celles qui obtiendront entre 5 et 10 % des voix pourront fusionner avec les premières, et celles dont le pourcentage est de moins de 5 % disparaîtront.

Ce mode d’élection, ajouté à la méconnaissance du rôle tenu par les conseillers régionaux expliquent les prévisions d’abstentions records que les sondages prévoient.

conseilregional.jpgLe conseil régional pourtant gère un budget considérable de 4,6 milliards d’€, soit 5 fois celui du département de l’Essonne emploie 10 000 agents et intervient dans les domaines essentiels que sont le transport, les lycées, la formation professionnelle, l'activité économique, le tourisme,  le logement, le soutien associatif.

Pourtant tout indique que ce ne sont pas sur ses sujets que les Franciliens voteront, mais sur la politique menée par M. Sarkozy et son gouvernement. L’intervention personnelle du Président de la République pour soutenir les candidats UMP, contraire aux traditions de la 5 ème République, les têtes de listes de la Droite menée par des ministres UMP en exercice confirment cette appréciation.

laurent91.jpgA Gauche, l’enjeu est celui du contenu de l’alternance souhaité qui est en jeu, entre un Parti socialiste qui à l’image des autres Partis socialistes d’Europe comme en Espagne, au Portugal, en Grande Bretagne, en Grèce, en Allemagne balance fortement vers son aile droite comme en témoigne ces propositions sur les retraites, et ses positions très ambiguës sur des sujets comme la santé, l’éducation nationale, la fiscalité, l’Europe sociale, et sa tiédeur sur la réforme des collectivités avec une partie de ses élus qui sont heureux dans les conversations privées de la disparition des départements dont celui de l’Essonne,  comme le sont les Verts, et un Front de Gauche novateur regroupant plusieurs  Partis et Associations comme le PCF, le PG, la GU fortement ancré à Gauche et partisan d’une réforme profonde le la société, et une répartition plus juste des richesses, et également engagé pour maintenir les échelons administratifs et politiques que sont les communes et les départements plébiscités par les Français dans toutes les enquêtes d’opinions.

20:29 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil régional, ile de france, essonne, pcf, pg, ump, ps, verts | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu