Avertir le modérateur

17/11/2011

TRAVAIL DOMINICAL DANS LE CENTRE COMMERCIAL : LES SALARIES ET LES PETITS PATRONS DISENT NON !

cc.jpgLes conseillers municipaux d’Evry à l’exception notable des élus communistes et de quelques élus Verts, et plus surprenant d'élus de Droite en contradiction avec les positions gouvernementales  pensaient en votant pour l’ouverture du centre commercial d’Evry que « l’affaire était entendue » et les salariés se soumettre à leurs bons vouloirs.

Il en est rien. Les salariés de l’enseigne Galeries Lafayette,  les premiers à s’être exprimés ont dit NON à 95 % (59 contre 2). Les autres salariés dispersés dans plusieurs centaines de boutiques se sont largement exprimés en signant massivement la pétition proposée par la CGT demandant une consultation collective des 2200 salariés concernés conformément à la loi.

cc2.jpgLes militants de la CGT ont tous été surpris par l’accueil favorables des salariés dont très peu sont pourtant syndiqués. Un journaliste du Parisien qui a accompagné les militants du Syndicat dans l’action menée pour proposer les pétitions en a témoigné dans un article publié ce 17 novembre.

Pire sans doute pour ceux qui ont proposé l’ouverture de ce centre commercial le dimanche des responsables de boutiques se sont exprimés clairement contre cette proposition. Ainsi une directrice d’un magasin d’habits pour femmes s’est exprimée ainsi dans le Parisien « Nous n’avons tout simplement les moyens d’ouvrir. Les baux vont augmenter, la masse salariale aussi. Tout ça pour quatre clients qui n’ont rien à faire le dimanche ». Un autre responsable de magasin précise : « Ces ouvertures dominicales vont diluer le pouvoir d’achat des clients. Ce qui est dépensé le dimanche ne l’est pas le samedi ou le lundi ».

Les élus communistes en échos à ces réactions vont continuer pour leurs parts à exiger l’annulation de la proposition de l’ouverture du centre commercial le dimanche.

Au Sénat Mme Annie David, sénatrice communiste de l‘Isère, présidente de la commission des affaires sociales a proposé un texte de loi afin de garantir de nouvelles protections et garanties aux salariés quant au travail dominical en renforçant la portée symbolique du repos dominical et en renforçant les droits des salariés qui travaillent le dimanche.

Ce texte dispose à son article premier que « Dans l'intérêt des salariés, de leurs familles et de la société, le repos hebdomadaire est donné le dimanche. Aucune dérogation à ce principe n’est possible, à moins que la nature du travail à accomplir, la nature du service fourni par l’établissement ou l’importance de la population à desservir ne se justifie. »

Il précise par ailleurs que « Le refus de travailler le dimanche pour un salarié d’une entreprise bénéficiaire d’une telle dérogation ne constitue pas une faute ou un motif de licenciement ».

Au conseil municipal d’Evry les élus communistes vont à nouveau interpeller le Maire pour exiger que la consultation collective des salariés soit respectée avant toute décision unilatérale. Ils vont continuer à proposer la signature d’une pétition contre l’ouverture du Centre Commercial le dimanche actuellement en ligne sur internet et massivement déjà signée.

Le secrétaire départemental de la CGT, Hervé Leblanc en conclusion de la journée d’action du syndicat a déclaré :  "La vraie question c’est : Quelle société voulons nous ? Ce n’est pas un maire, un employeur ou un préfet qui doivent décider pour les salariés"

Texte et photos E-Mosaïque

01/10/2011

ESSONNE : DES MAIRES PS POUR L'OUVERTURE DES CENTRES COMMERCIAUX LE DIMANCHE

evry2_nuit.jpg«Délimitation d’un périmètre d’usage de consommation exceptionnelle sur le territoire de la ville d’Evry. » Ces obscurs termes techniques, votés au conseil municipal de la commune jeudi, dissimulent une révolution. Le centre commercial Evry 2, « à l’origine de la démarche », selon le député-maire PS de la commune,  (1), a de bonnes chances d’accueillir des clients le dimanche.

Tous les magasins, sauf Carrefour, sont concernés. Il ne manque plus aujourd’hui que l’aval du préfet. Mais pour tous les acteurs du dossier, l’ouverture est en très bonne voie. Les réactions sont partagées entre des clients qui sont Pour et des salariés qui son CONTRE.

Le groupe communiste, quelques Verts, ainsi que… l’UMP, ont voté contre la délibération. « C’est totalement inacceptable, s’indigne Christian Pigaglio, représentant du groupe PC au conseil municipal (3). Ce jour de repos commun est plus que jamais nécessaire dans notre société où le lien familial est fragile, surtout dans nos banlieues. »

30 à 40% du chiffre d’affaires


Pour Manuel Valls, il faut avant tout être « pragmatique ». « Nous sommes dans un secteur concurrentiel. Il faut donner les moyens au centre de résister », avance-t-il. La zone commerciale de la Croix-Blanche à Sainte-Geneviève-des-Bois, autorisée à ouvrir le dimanche, est notamment ciblée.

« Je me vois mal reprocher à Evry de vouloir ouvrir le dimanche », sourit Olivier Léonhardt, le maire PS de Sainte-Geneviève. Il prodigue cependant quelques conseils à ses voisins. « Nous vérifions que les lois sociales sont strictement appliquées. Si un magasin fait un écart, il ferme », explique l’élu. Hier, une bourse du travail a ainsi été inaugurée sur la commune. « C’est un outil de veille. Il faut être à l’écoute des syndicats et des salariés », précise Olivier Léonhardt. A Sainte-Geneviève, chaque dimanche, 70000 personnes se pressent dans les magasins, qui réalisent ce jour-là entre 30 et 40% de leur chiffre d’affaires.

Ces considérations économiques laissent de marbre Christian Pigaglio. « Le pouvoir d’achat n’est pas extensible. Ce qui est dépensé le dimanche ne le sera pas le reste de la semaine. Et l’on connaît très bien les pressions que font peser les patrons sur leurs salariés pour travailler le dimanche », martèle-t-il. Un problème que Manuel Valls assure avoir pris en compte. « Il y a incontestablement des risques. Nous serons vigilants », avance-t-il. Marianne Louis, adjointe au maire (PS), reste aussi « prudente ». « Cela peut être une chance en matière de création de jobs étudiants. Nous y veillerons », insiste-t-elle.

Les commerçants attendent désormais la décision de la préfecture. La chambre de commerce et d’industrie doit donner également son avis. « Nous regardons juste le caractère légal de la demande. Il n’y a pas de position idéologique. Si la loi est respectée, nous donnons obligatoirement notre accord », confie-t-on à la CCI. « Si le centre commercial veut ouvrir le dimanche, je le suivrai dans cette démarche », annonce Laurent Muller, le directeur de la Fnac d’Evry 2.

05/06/2011

91 : DES COCOS BRANCHES FRONT DE GAUCHE

branchée.jpgA quelques mois des prochaines élections présidentielles et législatives les communistes de l’Essonne dans leur majorité ont choisi le rassemblement autour du Front de Gauche en soutenant les candidatures de Jean Luc Mélanchon et de André Chassaigne pour l’élection à la Présidence de la République et en proposant des candidats estampillés Front de Gauche dans les dix circonscriptions de l’Essonne.

Le programme partagé discuté autour des partis qui constituent le socle de ce Front (PCF, Parti de Gauche et Gauche Unitaire) sera enrichi avec l’apport du maximum de citoyens qui seront consultés pour devenir le programme de tous les candidats.

Dans l’Essonne le débat a été vif mais constructif entre tous les militants communistes dont pour beaucoup le « cœur » était avec le député communiste du Puy de Dôme, André Chassaigne, et la « raison » avec le député européen du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélanchon. Ils choisiront défintivement entre ces deux candidats les 16, 17 et 18 juin.

Ancien sénateur et conseiller général de l’Essonne, Jean-Luc Mélenchon a particulièrement marqué de son empreinte ce département et probablement porterait haut le score du Front de Gauche en 2012 dans le 91.

André Chassaigne, député PCF du Puy de Dôme est un rassembleur et à sa tête, aux élections régionales c'est en Auvergne que le Front de Gauche a obtenu le plus haut score national.

Pour le PCF , à l’image des jeunes communistes de l’Essonne, particulièrement actifs, il n’est pas question de rester dans une position d’attente d’ici là. Ils sont partout, et dans tous les domaines dans l’action : contre la vie chère, pour le maintien du tri postal de Bondoufle, contre la suppression des postes d’enseignants, pour un service public hospitalier, contre la guerre en Lybie, pour un vrai état Palestinien…d’Etampes à Evry, de Corbeil à Grigny, de Juvisy à Palaiseau, témoignant d’une réelle implantation du Parti communiste dans l’Essonne.

diego.jpgLes élus, avec les militants sont présents et à l’offensive. Bernard Véra, le Sénateur et Maire communiste de Briis sur Forges est classé comme un des 25 parlementaires de la haute-assemblée les plus dynamique. Philippe Camo, conseiller régional, et secrétaire fédéral du PCF 91 intervient quotidiennement sur les sujets les plus divers pour défendre les intérêts de Essonniens, opposé par exemple à l’augmentation des tarifs du transport en commun, et obtenant en même temps la suppression de la zone 6, qui concerne nombre d’habitants. Responsables, combatifs, constructifs, ainsi se définissent les élus communistes de ce département.

Plusieurs fois enterrés, les communistes sont toujours vivants, branchés sur les luttes et porteurs d’espoirs,. Ils sont une des forces politiques principales de ce département dont l’influence va bien au-delà de son score électoral, qui avec le Front de Gauche est en progression constante depuis plusieurs élections.

Photos, vidéo, texte exclusifs E-Mosaïque


PCF - FRONT DE GAUCHE : A L'OFFENSIVE par E-Mosaique

16:09 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pcf, front de gauche, essonne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu