Avertir le modérateur

18/12/2009

L’inadmissible blocage du RER par la RATP

RER_A.jpgAlors que la grève est suivie à 98%, la direction a dû ouvrir des négociations sans, pour l’instant, satisfaire les revendications. La droite utilise ce conflit à des fins politiciennes.

Au septième jour de grève des conducteurs de la ligne A du RER, la direction de la RATP a été obligée de sortir de son attitude de refus de négocier. Les six organisations syndicales (CGT, CFDT, SUD, FO, Unsa et syndicat indépendant) ont « apprécié positivement » l’ouverture de négociations, mais remarquent qu’elles n’ont pas abouti à la reconnaissance « au bon niveau » des revendications des salariés.

 La direction de la RATP continue donc sa stratégie de blocage, aidée en cela par un enjeu plus politique qui voit l’UMP tirer à boulets rouges sur la région, en charge des transports. Hier, Valérie Pécresse, tête de liste UMP pour les élections régionales en Île-de-France, s’est vantée d’avoir passé le week-end avec « des usagers en colère », dénonçant la « passivité de la région ».

Pas dupe sur cette opération, le président du conseil régional, Jean-Paul Huchon (PS), dénonce une attitude « bassement politicienne » du gouvernement. Cette situation permet en tout cas à la direction de la RATP de miser sur un pourrissement du mouvement. Le 1er décembre, alors que les syndicats avaient déposé un préavis de grève sur des revendications d’augmentation des salaires, elle envoyait aux salariés une lettre faisant état de ses propositions  : notamment une prime fixe mensuelle de 100 euros. Mais elle exigeait la levée du préavis de grève, puis, une fois la grève enclenchée, la cessation de la grève, comme préalable à la poursuite des discussions. Les négociations qui se sont ouvertes dans la nuit de mardi à mercredi n’ont permis d’aboutir qu’à une proposition de la direction très inférieure à celle qu’elle avait avancée le 1er décembre.

La prime mensuelle fixe de 100 euros est devenue une prime variable de 80 euros, dont le versement dépendrait de la régularité du trafic. Comme si les conducteurs étaient seuls responsables des incidents sur cette ligne surchargée  ! Mercredi matin, les assemblées générales du personnel ont voté la reconduction de la grève partout à l’unanimité. « La grève, à l’initiative de tous les syndicats, est suivie par 98 % des conducteurs », assure Joël Joseph, un des négociateurs de la CGT. Cela n’empêche pas la droite de se déchaîner.

Le Figaro s’illustre particulièrement, titrant en une sur « la grève inadmissible des conducteurs ». « Ils roulent 2 h 50 par jour », indique le surtitre du journal, laissant croire que tels seraient les horaires de travail de ces salariés. Et l’éditorialiste Yves Thréart enfonce le clou  : « Il est temps de reconsidérer le droit de grève », ose-t-il suggérer  !

Olivier Mayer, pour l'Humanité

La vraie vie de Catherine, conductrice du RER A

Certains les présentent comme des privilégiés. Les conducteurs de la ligne A du RER veulent voir reconnue la pénibilité de leur métier

rera.jpg« La presse ne s’aperçoit qu’on existe que lorsqu’on n’est plus là  ! » Catherine Machette, conductrice sur la ligne A du RER et syndicaliste CGT, ne cache pas son amertume devant les mensonges de certains journaux à l’égard des conducteurs.

 Entrée à la RATP en 1987, il y a bientôt vingt-trois ans, elle est conductrice depuis 1990. Au bas de sa feuille de paye, salaire et primes comprises, 2 549,07 euros de net à payer, loin des « salaires prohibitifs » dénoncés par la Cour des comptes. Et il ne lui reste que deux échelons à franchir pour être au maximum de la grille. Son travail  ? « Un métier de responsabilité, affirme-t-elle. Derrière moi, il y a 1 700 ou 2 000 voyageurs officiellement. Souvent bien plus. Et je dois les amener à bon port en toute sécurité. » Elle précise que, comme tous ses collègues, elle n’est pas seulement conductrice mais aussi mécanicienne. « En cas d’incident, nous devons dépanner. »

Mais, selon elle, « la partie la plus éprouvante, c’est de gérer les voyageurs. Nous sommes un service. Ils ne comprennent pas les retards ». Parler de dégradation du service lui paraît faible. « C’est une véritable destruction, surtout depuis que les trains ont été multipliés par 2. Il n’y a plus de battement, plus de différence pour nous entre heures creuses et heures pleines. » Alors fustiger les conducteurs qui ne roulent que 2 h 50 par jour la met en rage, car le temps de travail ne se résume pas au temps passé à conduire les voyageurs. « On ne compte pas les retards, selon les jours entre 8 minutes et 1 heure-1 h 30. Il faut garer les trains et les voies de garage sont éloignées, 25 à 40 minutes.

 Et vérifier tous les organes de sécurité. » Catherine montre son tableau de service. Une semaine, elle commence à 4 h 41 pour terminer à 10 h 36. La semaine suivante, c’est de 19 h 24 à 1 heure du matin. « À 45 ans, c’est dur physiquement. Et si je pars à la retraite à 50 ans, je ne toucherai pas grand-chose. »

O. M.

17:48 Publié dans Social et économie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rer a, grève | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/10/2009

FORTE MONTEE DU NOMBRE DE SANS EMPLOIS

chmagehortefeux.gifDEGRADATION DANS TOUT LE PAYS

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,8 % en septembre. « Une hausse qui n’est pas près de s’arrêter », prévient le gouvernement.

 

Continuant sur sa lancée, le chômage a encore une fois augmenté en France en septembre, selon les données publiées lundi soir par le ministère de l’Économie et Pôle emploi. Selon la statistique publique, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, qui regroupe les personnes n’ayant pas du tout travaillé, a augmenté de 21 600 (+0,8 %), et de 44 900 (+ 1,2 %) en y incluant ceux qui exercent une activité réduite. En août, déjà, 18 100 nouveaux demandeurs d’emploi étaient recensés.

 

Sur une année, les privés d’emploi ont donc progressé de 25 % ! Au total, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues s’établit à près de 4 millions en comptant l’outre-mer, et à 2,5 millions pour la seule catégorie A en France métropolitaine.

 

Dans le détail, de septembre 2008 à septembre 2009, les jeunes de moins de vingt-cinq ans sont 30 % de plus à connaître le chômage. Sur la même période, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an a progressé de 20,5 %.

 

 Pas de quoi pavoiser. Selon la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, la hausse de septembre « confirme que les effets de la crise sur le marché du travail se poursuivent ».

 

Or, « le plus dur est devant nous », a annoncé lundi Jean-Paul Fitoussi, président de l’organisme de conjoncture OFCE qui table sur un taux de chômage à 10,6 % de la population active, fin 2010, contre 7,8 % fin 2008. C’est« la plus forte progression observée au cours des 25 dernières années ».

 

Sept cent mille emplois marchands devraient être ainsi détruits l’an prochain, d’après l’OFCE. L’institut, qui table sur une faible croissance de 0,8 % pour 2010, indique que ce rebond pourrait ne constituer qu’une parenthèse.

 

 Pour Éric Heyer, expert à l’OFCE, les conditions d’une « reprise solide » ne semblent pas réunies en l’absence de « relais » dans la demande interne.

 

 

 

CHOMAGE EN HAUSSE DANS L'ESSONNE AUSSI

Comme au niveau national, le nombre de demandeurs d'emplois est en hausse de 2 % en septembre, soit un total de 780 chômeurs supplémentaires.

Il s'établit à la fin du deuxième trimestre 2009 à un taux de 6,2 %, contre 5 % un an avant. C'est le plus mauvais chiffre depuis 2006.

Il reste néanmoins un des plus bas de France où il atteint en moyenne 10 %.

 

 

LES JEUNE DIPLOMES PARTICULIERMENT TOUCHES

 

Le haut-commissaire à la Jeunesse, Martin Hirsch, a rendu public l une vaste enquête sur les jeunes diplômés, qui permet de rendre compte de la situation actuelle. Comme leurs aînés, les jeunes traversent une passe difficile.

Malheureusement 43 % des jeunes diplômés sont au chômage. Pire, ils sont 63 % si on prend en compte ceux ayant une activité rémunérée, mais étant toujours à la recherche d’un véritable emploi. C’est ce qui ressort d’une enquête TNS-Sofres.

 Dessin publié dans MediaPart

 

14:07 Publié dans Social et économie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chômage, essonne, france, chiffres | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/10/2009

ALTIS CORBEIL, UN PROJET DE REPRISE QUI PREND L’EAU

altis2306.jpgEn discussion depuis le printemps, le projet de reprise d’Altis Semiconductor à Corbeil-Essonnes (Essonne) par son management avec le concours d’un investisseur bancaire semble s’enliser et, jeudi 15 octobre au matin, les salariés ont eu une nouvelle déconvenue en recevant une note de leur directeur, Jean-Paul Beisson.

 

Dans ce document M. Beisson expose brièvement le contenu d’une réunion tenue la veille avec les représentants d’IBM et d’Infineon, les deux actionnaires d’Altis, réunion à laquelle assistaient également Serge Dassault, ancien maire invalidé de Corbeil-Essonnes, et Jean-Pierre Betcher qui vient de lui succéder à l’hôtel de ville.

 

 

MEMORANDUM SUR L’ENTREPRISE ALTIS

altislocaux.jpgEn 2003, comme déjà en 1995 et 1999, l’Etat et la Région ont apporté leurs aides à cette grande entreprise pour qu’elle se batte aux avant-postes dans une économie mondiale, pour gagner des parts de marché, engranger des contrats et des profits qui devaient avoir des retombées positives sur l'emploi et le développement de la région.

Or si pour ce faire, il y a destruction de capacités régionales ou locales de développement, s'il y a prédation de ressources humaines, matérielles et financières, quel est le bilan à long terme de cette stratégie ?

 

altiscgt.jpgPar les actions successives, les organisations syndicales, dont la CGT et la CFDT,  et les salariés entre 1995 et 2003 ont déjà été posé le problème des aides publiques mais ils n'ont trouvé que peu d’échos, les stratégies des groupes étant réputées intouchables.

Pourtant en novembre 95, lors de la création de la ligne AMF, IBM s’était engagé à créer 1000 emplois. En mai 1999, la réalité était de 524 embauches.

 

Au regard de ces engagements, 81 millions de francs ont été perçus au titre des fonds publics (dont 50 millions pour l’aide à la recherche, 6,3 millions pour la formation, 2,5 millions au titre de la région).

Sur la Taxe Professionnelle, 257 millions ont été réclamés en 1998, suite à un réajustement portant sur les salaires, 230 millions ont été réellement payés (merci les -7,7%).

 

La modification de la TP lors de la création de la communauté de communes a permis une économie pour IBM de 30 millions (autant en moins pour les communes !), sachant que la T.P. intervient pour 4% dans le prix de revient.

En 99, un plan social aboutissant à la création d’ALTIS visant :

1 - Une alliance avec Siemens, pour avoir un actionnaire qui apporte de l'argent (1,5 milliard de F) et des débouchés grâce à sa présence sur les marchés des Télécom, l'automobile et grands publics.

2 - Un investissement de trois milliards de Francs.

3- Un plan social avec la suppression de 40% de l’effectif soit 1.150 postes

(350 transferts internes, 450 préretraites à 49 ou 50 ans payés par IBM, 350 salariés

redéployés à l'extérieur, soit par proposition de postes, soit par out-placement).

Et  2006, suppression de 426 emplois environ 20% de l’effectif, intensification du

travail par une nouvelle modification des horaires de production.

 

Les grands groupes de l’industrie de l’électronique suivent à quelques années de distance le modèle appliqué en son temps par l’automobile, procédant à des délocalisations majeures et tout comme celle-ci, n'a eu de cesse de pressurer ses sous-traitants, au nom de normes de rentabilité insoutenables, au point d'hypothéquer les capacités de développement, voire la pérennité de celles-ci et si l'idée de stratégie coopérative est apparue dans les années 95 dans ce secteur, n'est-ce pas avec beaucoup de retard et de contradictions ?

14:39 Publié dans Social et économie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : altis, corbeil | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu