Avertir le modérateur

18/09/2013

FETE DE L’HUMANITE 2013 : AMBIANCE !

fh13.jpgUne fête de l’Humanité est difficile à raconter : elle se vit, et celle de 2013 plus que d’autres fêtes sans doute !

D’abord parce que la pluie était l’invitée peu attendue notamment le vendredi et le samedi et à donnée un ton particulier avec une convivialité et une chaleur des visiteurs plus fortes sans doute pour compenser sans doute ce temps peu clément, et ensuite parce que dans la situation dans laquelle se trouve ce pays et le monde beaucoup ont voulu, le temps d’une fête exprimer une certaine solidarité et une joie de vivre un peu exceptionnelle.

La fête de l’Humanité c’est une programmation artistique unique avec en 2013 par exemple des chanteurs et des groupes comme Tryo, Archive, Zebda, HK et les Saltimbaks, Sanseverino, Empire Dust…et aussi l’orchestre national de France, l’humoriste Jamel Debouzze et bien d’autres.

fh13b.jpgLa fête de l’Humanité ce sont aussi des centaines de débats politiques ou philosophique sur les sujets les plus divers et parfois inattendus, des rencontres avec des centaines d’écrivains, un meeting immense avec Pierre Laurent, secrétaire national du PCF.

Mais la fête de l’Huma c’est surtout le rendez vous annuel de centaines de milliers de personnes qui échangent, partagent, s’amusent, dansent, vivent le temps d’un week-end un moment incroyable.

fhph.jpgVisiter en trois jours tous les départements de France, les pays de notre planète, écoutez toutes les musiques, côtoyer toutes les générations et tous les origines, c’est cela aussi le fête de l’Huma.

C’est aussi pouvoir accéder à tous les goûts gastronomiques, et à tous les prix, pour tous et dans une ambiance assez fantastique.

A la sortie de cette fête, une seule pensée nous anime, y revenir l’année prochaine…

Diego Diaz pour E-Mosaïque. Texte, photos, vidéo exclusifs E-Mosaïque

 
CUBA 2013 : AMBIANCE ! par E-Mosaique

 
 
 
 
 

01/08/2013

EVRY CENTRE : GRAND STADE DE RUGBY : LA DERNIERE PHASE !

staderugbyune_ok.jpgGrand Stade de rugby : quatre constructeurs en lice pour transformer l’essai

La fédération française de rugby (FFR) vient de retenir 4 groupements "constructeurs" - Bouygues, Eiffage, Icade et Besix, Vinci - pour le dialogue compétitif en vue de l’attribution du contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance du Grand Stade de rugby de 82.000 places à Ris-Orangis (Essonne). Son inauguration est prévue en 2017.

Après avoir désigné en février dernier les architectes Populous-Ateliers 2/3/4 pour la réalisation du grand Stade de rugby de 82.000 places à Ris-Orangis (Essonne), la Fédération française de rugby a retenu quatre groupements "constructeurs" pour participer à la prochaine étape de sélection sous la forme d’un dialogue compétitif. Conformément à la règle définie par l’avis d’appel public à candidatures, la FFR a choisi les quatre groupements suivants : Bouygues, Eiffage, Icade et Besix, Vinci,* en vue de l’attribution du contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance.

Suite à la publication de l’avis de marché publié sous les références 2013/S 112-190542 au JO/S S112 du 12 juin 2013, la FFR a reçu le 15 juillet 2013 les dossiers de candidature de différents groupements comprenant des majors européens de la construction", ajoute la Fédération de rugby dans un communiqué daté du 30 juillet.

Afin de pouvoir répondre pleinement aux enjeux de ce projet particulièrement ambitieux, chaque équipe a dû présenter ses compétences et références sur des projets sportifs ou encore sur des opérations majeures de complexité et d’envergure similaires.*

Et de souligner : "Le choix sur dossier s’est effectué sur la base des capacités techniques et financières de chacun des groupements et de leur organisation prévue pour la mise en œuvre du projet."

Un dialogue compétitif en deux temps

Dorénavant, le dialogue compétitif entre ces quatre groupements, qui se terminera par le choix de l’attributaire pressenti à l’horizon du dernier trimestre 2014, se déroulera en deux temps, signalent les dirigeants de la FFR : " Une phase unique de dialogue comprenant une offre Initiale et le dialogue compétitif en tunnel avec chacun des groupements qui se terminera au cours du 1er semestre 2014 ; une phase d’offre finale d’environ 4 mois jusqu’à la sélection de l’attributaire pressenti."

Par conséquent, la signature dédiée au contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance de la future enceinte sportive du Grand Stade de la FFR aura lieu fin 2014. L’inauguration est prévue en 2017.

Les quatre groupements en détails et leurs références en matière de construction de stades

Bouygues : Groupement composé de Bouygues Bâtiment Ile-de-France et de Bouygues Energies & Services FM France.

Références récentes stades : Le Sport Hub de Singapour (en cours) et Le Stade Vélodrome, Marseille (en cours).

Eiffage : Groupement composé d’Eiffage Construction, Eiffage Immobilier, Eiffage TP, Eiffage Construction métallique et Eiffage Energie Ile-de-France.

Référence récente stade : Le Grand Stade de Lille (livré en août 2012).

Icade et Besix : Groupement composé de ICADE Promotion, BESIX et GDF SUEZ Energie Services – Cofely Services.

Références récentes stades : King Abdullah Sports City (KASC), Arabie Saoudite (en cours) et Stade Artevelde, Belgique (livré mars 2010).

Vinci : Groupement composé de Vinci Construction France, Vinci Energie, Vinci Facilities EP et ADIM Concept.

Références récentes stades : L’Allianz Riviera, Nice (en cours) et le Stade Océane, Le Havre (livré juillet 2012).

Article publié par Actubati

 

13/07/2013

Tryo, une approche consciente et poétique de la musique

Ffête de l'Humanité 2013, tryoête de l'Humanité 2013. Le groupe posera ses valises pour 
la seconde fois à la Fête. Retour sur ses dix-huit années de carrière : alors la majorité, 
ça inquiète ?

On ne présente plus Tryo, groupe éminemment populaire. Les fans de la première heure gardent en mémoire l’Hymne de nos campagnes, tube aux contours écolos qui témoigne de sa sensibilité aux questions environnementales. Mais on se tromperait en classant le groupe dans la catégorie utopiste sans prise avec la réalité. Tryo a une approche consciente et poétique de la musique. Entre engagement et jeux de mots, ses chansons s’attachent à décrire une certaine réalité avec une touche d’ironie. Jamais donneur de leçon, le groupe évoque toutes sortes de sujets liés à l’actualité internationale (Printemps arabe), à la politique (Marine est là), l’exil (El Duche de Leche), l’amour (Serre-moi), la drogue (Main verte)…

Pourquoi s’appeler Tryo alors qu’on est quatre musiciens ? À ses débuts, le groupe n’était composé que de Guizmo, Mali et Manu, rencontre née des multiples croisements à la MJC de Fresnes. Après un été passé dans les Pyrénées à gratter des accords et à chanter au coin d’un feu, le groupe décide de partir faire de la scène.

Un petit quatrième, armé de ses djembés et bongos, vient alors se greffer aux joyeux trublions, Daniel le percussionniste, ainsi que Bibou, qui deviendra leur manager. Deux ans plus tard, Tryo sort son premier album, Mamagubida, néologisme formé des premières syllabes de chaque membre du groupe. Avec cet album enregistré en grande partie en live, Tryo trouve sa base musicale oscillant entre reggae, ragga et ska.

Réfractaire à la chanson commerciale, la formation a longtemps évité les radios et les interviews, avant d’y trouver un moyen d’expression de ses idées. Il faut dire que le groupe, qui a d’abord été promu par le bouche-à-oreille, se définit avant tout comme une bande de potes portés par le seul amour de la musique et de la scène.

  • En vidéo : Printemps arabe (en live à Tunis en juin 2013)

Tryo a connu ses premiers succès en Bretagne et en banlieue parisienne. Mais, très vite, sa musique a franchi les frontières, s’exportant aussi bien au Japon qu’en Amérique du Sud, au Québec ou en Allemagne. « Grain de folie, grain de poussière dans le vent », chante-t-il. Le groupe a aussi créé de véritables scénographies, nées de l’expérience théâtrale de Mali. La scène est pour lui comme un immense terrain de jeu. À chaque concert, l’ambiance change lui donnant l’occasion d’inventer un univers à la fois festif et convivial. Mêlant différentes esthétiques et tendances musicales, Tryo invite souvent d’autres artistes à venir faire des bœufs sur scène, comme les Ogres de Barback, dont on retiendra les deux touchants titres la Première Fois et Mam’zelle Bulle. Tryo aime aussi dénicher de nouveaux talents. On se souvient ainsi du groupe Boulevard des Airs, que l’on a vu en première partie de sa tournée et qui est considéré aujourd’hui comme le « nouveau Tryo ». Un esprit partageur que l’on a des chances de retrouver à la Fête.

Entre clins d’œil humoristiques et séquences émotives, Tryo nous promet un spectacle sensationnel, que la grande scène n’est pas près d’oublier.

Le site de la Fête de l'Humanité 2013

  • Lire aussi :

M: "La musique, c'est tout une histoire d'énergie"

Vive le swing de Sanseverino 
et sa guitare jazz manouche !

La tchatche et le rire de Jamel 100 % Debbouze à la Fête de l'Humanité !

Amandine Pilaudeau

17:37 Publié dans Actualités, Evénements, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête de l'humanité 2013, tryo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu