Avertir le modérateur

02/03/2011

« Je me sens déshonorée par la politique menée par le gouvernement »

palme.jpgRenvoi des palmes académiques : une enseignante Essonnienne dit pourquoi.

Lorsque Michel Ascher décide de rendre ses palmes académiques pour protester contre la politique du gouvernement en matière d'éducation, il ne se doutait pas de l'ampleur que son geste susciterait.

Le journal Charlie Hebdo publie une liste de 128 noms (proviseurs, principaux, enseignants, documentalistes, inspecteurs...) qui ont imité sa démarche.

Béatrice Vire, professeur certifiée d'allemand en font partie. Ils expliquent pourquoi ils dénoncent la politique du gouvernement en matière d'éducation.


Béatrice Vire est professeur certifiée d’allemand à la retraite. Elle a consacré la plupart de sa carrière à enseigner en collège et en lycée dans l’Essonne. Mais elle a aussi passé 7 ans au Maroc pour enseigner le français langue étrangère. Et, mise en disposition pendant 3 ans, elle s’est occupée de la formation et de l’emploi au Secrétariat d’État aux droits des femmes aux débuts des années 1990. L’enseignante a reçu les palmes académiques en 2005, avec le grade de chevalier.

Pourquoi avez-vous fait ce geste de rendre vos palmes académiques ?

Les palmes académiques m’encombrent. Je me sens déshonorée par la politique menée par le gouvernement. J’assiste, impuissante, à la destruction du service public. Il y a d’abord les suppressions de postes. C’est énorme. Personnellement, j’ai toujours eu beaucoup de chance d’enseigner à des petits groupes d’élèves en allemand. Mais comment font mes collègues d’anglais ou d’espagnol face à des classes de 35 ? D’autre part, j’ai l’impression que le corps enseignant est de plus en plus méprisé, corvéable à merci, traité comme sous-qualifié… Enfin, je déplore la création d’établissements ghettos due aux modifications de la carte scolaire. Pour les familles, la tentation d’aller dans le privé est grande. Pourtant, l’Éducation nationale est quelque chose de si précieux…

Quand avez-vous renvoyé vos palmes ?

Récemment. Je suis tombée sur l’appel des 47 il y a une semaine. J’ai suivi la démarche en envoyant la photocopie de mes palmes à Charlie Hebdo.

Comment les aviez-vous obtenues ?

Quand j’étais en poste, j’avais l’impression de me battre contre des moulins… J’ai beaucoup œuvré pour maintenir l’allemand comme première langue dans mon établissement, ce qui n’a pas été facile. Je plaisantais sur le fait que je n’attendais pas de reconnaissance. Le jour où j’ai reçu les palmes académiques, j’étais la première étonnée. Mais cela ne m’a pas impressionnée : j’aurais préféré une augmentation de salaire ! J’ai su ensuite qu’elles avaient été demandées par ma chef d’établissement. Laquelle ne m’avait jamais vraiment soutenue.

Propos recueillis par Virginie Bertereau pour Educsprof.fr

18:45 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : palme académique, éducation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

24/02/2011

LE PEINTRE CRANACH AU MUSEE DU LUXEMBOURG

cranach.jpgLe peintre des nus graciles aux yeux en amande était un humaniste et un moderne dans l'Allemagne de la renaissance. Le monde qu'il peint est à venir.

L'opération réussie du musée du Louvre pour le rachat des Trois grâces, de Cranach, avec un appel aux donateurs privés, a sans doute fait que l'on reparle comme jamais du peintre et graveur de la Renaissance allemande, contemporain de Durer, proche des humanistes, puis ami de Martin Luther, peintre de cour près de l'électeur de Saxe Frédéric le sage, élu et réélu bourgmestre de la ville de Wittenberg, tout en poursuivant sa carrière de peintre auprès des électeurs ayant succédé à Fréderic.

 Fermé pour quelques mois après diverses péripéties touchant à sa gestion, le musée du Luxembourg à Paris, dont la gestion a été confiée désormais à la réunion des musées nationaux, célèbre sa réouverture avec une exposition consacrée au même Lucas Cranach et à son temps, conçue initialement par le palais des Beaux-Arts de Bruxelles où elle fut d'abord présentée.

 Né en 1472 à Kronach (d'où dérive son nom) en Haute-Franconie et mort à Weimar en 1553, Lucas Cranach est un homme de la Renaissance et de la réforme. Peintre certes, graveur, mais aussi propriétaire d'une pharmacie, ce qui n'est pas si évident à l'époque, mais aussi d'une imprimerie, un peu plus d'un demi-siècle après l'invention de Gutenberg. On connaît de lui un portrait peint par son fils, Lucas Cranach le jeune, en 1550. C'est un homme à la position assise, à la barbe blanche, au regard sûr et impérieux, un peu figé peut-être dans la représentation que s'en fait son fils. Son portrait, au crayon, par Dürer en 1524, est beaucoup plus parlant.

Beau visage, aux traits accusés, sourcils marqués, regard comme acéré : en son temps, Cranach est un moderne. Dans le souffle de la Renaissance, il peint aussi bien des scènes religieuses que des scènes profanes, bien entendu beaucoup de portraits de puissants dont aucun, même son portrait de Martin Luther, n'égale cependant son « portrait d'un homme » de 1529, d'une force impressionnante.

CRANACH danse.jpgL'un de ses tableaux les plus riches d'enseignements sur l'esprit du temps, et le sien, est sans doute l'Âge d'or peint vers 1530. C'est un âge de félicité ou hommes et femmes nus et égaux dansent dans une nature apaisée. On pense à Matisse et à la Danse, à Cézanne et ses baigneuses qui ont vu, sans doute, ce tableau de Cranach. Mais ce qui fait que l'on reconnaît un Cranach, entre tous, c'est évidemment l'érotisme troublant de ses portraits et ses nus féminins.

cranachsource.jpgCes jeunes femmes aux corps allongés et graciles, qui semblent à peine pubères mais dont le regard coulé entre des paupières en amande semble une promesse et un mystère. De ce point de vue, Cranach ne semble pas être embarrassé de considérations religieuses. Son modèle féminin, son idéal peut-être, est le même, qu'il s'agisse d'Ève, de Vénus, de Diane ou des trois grâces, que ce soit celles du Louvre ou d'autres, ou encore de Judith, habillée - mais quel regard ! - présentant sur un plateau la tête d'Holopherne. Il y a chez ces femmes-là, une vraie liberté. En 1531, Cranach avait fait son autoportrait. Il a la tête penchée sur le côté, un peu en arrière, il nous regarde, directement, mais il voit un monde à venir.

Jusqu'au 23 mai. Catalogue édité par le musée du Luxembourg, la RMN et Skira Flammarion. 274 pages. 39 euros.

Maurice Ulrich, pour l'Humanité

10:51 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cranach, musée du luxembourg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/02/2011

AU THEATRE DE L'AGORA D'EVRY

THÉÂTRE
> 01, 02 MARS

instinctinstant

L'INSTINCT DE L'INSTANT
Ecriture et mise en scène : Nadia Xerri-L.

François a été un grand entraîneur de football

en première division.

En 1993, il a mené son équipe à la victoire. Aujourd’hui,

 il a décidé de réunir ses quatre joueurs préférés

de cette époque victorieuse.

Tous sont décidés à faire la fête, mais…

Qu’y a-t-il après la gloire ?
+ d'infos

MARDI 1er MARS 20h
MERCREDI 02 MARS 20h

CIRQUE
> 05, 06 MARS

NEBBIA

NEBBIA
Cirque Eloize & Teatro Sunil
Ecrit et mis en scène par Daniele Finzi Pasca

C'est l’histoire d’une femme qui est allée de l’autre

 côté du ciel, au-delà des nuages. Chaque souvenir

est l’occasion de présenter un numéro de cirque

d’une incroyable virtuosité...
+ d'infos

SAMEDI 05 MARS 20h (complet)
DIMANCHE 06 MARS 15h (complet)

PERFORMANCE
> 08 MARS

YRO YTO

SOUNDS FROM EDGES
Performances de Yro Yto

Yro Yto est un artiste pluridisciplinaire qui

 cite volontiers Méliès ou Michel Gondry pour

 faire comprendre qu'il est de ces bricoleurs qui

 à l'aide de quelques billes, un peu de papier,

un micro et une caméra arrivent à inventer un

univers aussi onirique qu'insolite. Il pratique

un cinéma d'objet et d'animation accompagné

 de musique minimal et de peinture dans des

dispositifs qui rentrent en intéraction avec le public...
+ d'infos

> MARDI 08 MARS 19h
Improvisation, dans le cadre du Circuit éclectique #08

> EXPOSITION THE PERCEPTION OF SOUND 1

JUSQU'AU 09 AVRIL
Dans la Galerie du Théâtre

THÉÂTRE
> 08,09 MARS

ADS

ADS
Mise en scène : Richard Maxwell (USA)
Dans le cadre du Circuit éclectique #08

En quoi croyez-vous ? C’est la question que

 le metteur en scène américain a posé à des

 newyorkais, mais également à des évryens.

 Au terme d'un petit montage vidéo et d'un vieux

 trucage de théâtre, il porte leur parole sur scène,

 et réalise un spectacle sur la foi, et sur la question

de nos présences humaines dans un monde virtuel...


+ d'infos

MARDI 08 MARS 20h
MERCREDI 09 MARS
> Pour les spectateurs de

LES SIGNES EXTÉRIEURS, tarif spécial à 2,50 €

CONCERT DANSÉ
> 11 MARS

ADS

LES SIGNES EXTÉRIEURS
Chorégraphie : Mathilde Monnier /

 Musique : Louis Sclavis
Dans el cadre du Circuit éclectique #08

Plusieurs prompteurs disposés sur le plateau

 font office de partitions visuelles. Y sont

projeté des images issues de films, documentaires,

 émissions de télé, journaux de 20h, discours

politiques… Musiciens et danseurs vont explorer

 et interpréter cette gestuelle dont est fait

notre quotidien...
+ d'infos

VENDREDI 11 MARS 20h
> Pour les spectateurs de ADS, tarif spécial à 2,50 €

HORS LES MURS
> DU 08 AU 17 MARS

Délire à deux

LE CHIEN DEGUISE EN VACHE
Avec Catherine Delaunay (clarinette)

et Pascal Van Den Heuvel (saxophones)

Un duo tendre et bondissant aux couleurs vives,

aux sonorités rondes et dodues comme

 une petite madeleine. Fraîcheur, spontanéité,

légèreté et humour : on respire, on s’étonne,

on rit, on est transporté par ces deux souffleurs

de musique et d’émotion. À découvrir absolument !
+ d'infos

EN TOURNEE EN ESSONNE DU 08 AU 17 MARS

CHEZ NOS VOISINS
> 04, 05 MARS

ADS

MAXI MONSTER SHOW
Par le Maximum Kouette

Ouvrez grand vos pavillons, écarquillez vos hublots :

la revue va commencer… Puisant dans l’univers

de Méliès, Tim Burton ou Tom Waits, le gang

du Maximum Kouette a conçu un spectacle forain

et baroque peuplé de créatures mélomanes.
Dans cet improbable cabaret, il y a l’Hercule de

 poche à la mâchoire d’acier, l’homme-femme aimant

 duels et dentelles, le fakir à clous insomniaque...

 Et il y a surtout la poupée à la barbe de jais

qui entraîne sa troupe dans un tour de chant

déjanté couleur sépia. Véritable revue de monstres

aussi troublants qu’attachants, on se laisse envoûter

pour en ressortir plus troublé que jamais.
+ d'infos

VENDREDI 04 et SAMEDI 05 MARS 21h
À la Scène nationale de Sénart à La Coupole,

Combs la Ville
Tarifs - de 26 ans : 12 €
Tarifs + de 26 ans : tarif réduit au public

venant de la part du Théâtre de l'Agora :

18,50 €
Réservations au 01 60 34 53 60

INFOS PRATIQUES
 
 


HORAIRES
L’accueil du Théâtre est ouvert du mardi au samedi :
- De 13h à 19h du mardi au vendredi
- De 13h à 18h le samedi

ACHETEZ VOS PLACES
- Lors de votre venue à l’accueil
- Par téléphone (carte bancaire) : 01 60 91 65 65
- Par courrier : Théâtre de l’Agora - BP 46 - 91002 Evry cedex

 (chèque à l’ordre de : Théâtre de l’Agora)
- Sur Internet sur le site www.theatreagora.com
Accueil-réservation : téléphone 01 60 91 65 65
e-mail : accueil@theatreagora.com

Théâtre de l’Agora,

Scène nationale d’Evry et de l’Essonne
Place de l’Agora - BP 46 - 91002 Évry cedex
WWW.THEATREAGORA.COM

 

15:01 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : théâtre, agora, evry, programmation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu