Avertir le modérateur

15/08/2010

LES BAPTEMES REPUBLICAINS EN VOGUE

vacances 120.JPGLes baptêmes républicains ou civil sont en vogue dans le pays comme dans notre département. Ainsi à Evry, la ville préfecture ils sont en progression constate.

Chaque semaine le samedi matin un à deux baptêmes civil sont ainsi célébrés devant des élus (plus de 60 en un an). Ils ne sont plus comme à leur création pendant la Révolution Française des actes civils officiels mais représentent néanmoins un acte symbolique fort pour les participants.

En France ce sont ainsi des dizaines de milliers de cérémonies qui sont ainsi initiées, loin des 350 000 baptêmes catholiques recensés, mais un chiffre en constante progression malgré le refus de nombreux Maires (en particulier de droite) de les organiser.

L’historique

En France, le parrainage civil (ou baptême républicain remonte à la loi du 20 prairial, an II (8 juin 1794) relative aux actes d’état civil, réservés aux municipalités.

Il tomba en désuétude au XIXe siècle, mais fut relancé en 1892 par la municipalité de Saint-Denis "afin de soustraire la jeunesse à l'influence néfaste des religions déistes qui atrophient et faussent son intelligence". Il fut très en vogue à la Belle Epoque dans le nord de la France, avant de se raréfier.

Il retrouva, en 1989, de la vigueur lors des commémorations de la Révolution Française ce qui le replace bien historiquement comme un acte républicain.

A Paris, ce n'est que depuis les élections de 1995 que le baptême civil a été rétabli, et à Strasbourg c’est avec l’élection d’un Maire socialiste que ces baptêmes ont pu prendre de l’ampleur. D’autres Maires comme par exemple celui UMP de Roanne ont tenté de l’interdire mais ont du y renoncer face à la demande des administrés.

Le sens de ce baptême ?

C'est un moyen de célébrer la venue au monde de son enfant sans lui donner un caractère religieux. Un bon compromis quand les parents sont de religions différentes ou athées.

Le baptême civil (ou républicain) est destiné à faire entrer l'enfant dans la communauté républicaine et à le faire adhérer de manière symbolique aux valeurs républicaines d‘égalité, de solidarité et de respect.

L'engagement que prennent les parrains et marraines de suppléer les parents en cas de défaillance ou de disparition n'a qu'une valeur morale comme pour les cérémonies religieuses mais représente pour ceux qui l’acceptent une démarche symbolique forte.

18:38 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : baptême républicains | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2010

La pénurie de la gériatrie est organisée en Île-de-France

laurent014.jpgLes lits ferment alors que le nombre de personnes âgées augmentent.  D’ici quelques années, l’hôpital public risque d’avoir du mal à accueillir la population vieillissante.

 

« Cette décision n’est pas médicalement justifiée », assène un médecin de Joffre-Dupuytren à propos de la fermeture de 68 lits dans cet hôpital gériatrique.

 

Dans son plan d’économies drastique, l’Assistance publique a omis de prendre en compte un paramètre  : l’offre de soins.

Et avec ce qui se prépare dans le sud de l’Île-de-France, celle-ci promet d’être sérieusement dégradée.

68 lits de soins de suite et de rééducation (SSR) à Joffre-Dupuytren (Essonne), puis 68 autres seraient ainsi transférés à Rothschild, dans le 12e arrondissement de Paris, d’ici à l’automne 2010.

 

dupuytrin.jpg37 lits de SSR seraient aussi supprimés à l’hôpital Clemenceau, à Champcueil.

 

Et 85 lits de SSR à Charles-Foix, à Ivry-Sur-Seine (Val-de-Marne), toujours pour être déplacés à Rothschild.

 

À Émile-Roux, à Limeil-Brévannes (Val-de-Marne), le plus grand hôpital gériatrique d’Europe ne devrait pas ouvrir ses 20 lits supplémentaires. « Alors même que tout a été rénové et le matériel acheté », déplore le syndicat Sud santé. La restriction budgétaire est de mise.

 

Concentrer une grande partie de la gériatrie publique à Paris  ?

 

Une véritable aberration, si l’on en croit les personnels soignants de Joffre-Dupuytren. « 90 % des malades viennent de l’Essonne, alors ça m’étonnerait qu’après, ils aillent à Paris  ! Beaucoup de personnes âgées atterrissent ici car elles ne sont pas accueillies ailleurs », explique une infirmière. Impossible pour ces malades porteurs de pathologies lourdes d’aller en maison de retraite. « Et qui soignerait les personnes défavorisées et les SDF  ? » ajoute Michelle, infirmière.

 

 À Joffre-Dupuytren, le comité consultatif médical a donc déposé une motion, le 16 février, contre la fermeture de lits. Et pour cause. Les médecins mettent en avant, chiffres de l’Insee à l’appui, que l’Essonne est le département francilien qui va connaître la plus forte croissance de population gériatrique dans les quinze prochaines années. 20 % d’augmentation du nombre de personnes âgées sont prévus d’ici cinq ans, 40 % dans dix ans. Pour atteindre un doublement en 2030  !

 

Et le transfert sur l’hôpital Rothschild est d’autant moins compréhensible qu’à Paris, seulement 2 % d’augmentation des personnes âgées sont prévus d’ici dix ans. Comment les pouvoirs publics envisagent-ils de répondre à la demande de soins et d’accueil en région parisienne  ?

 

 Les syndicats ont leur petite idée sur la question. « Nous craignons qu’ils n’installent des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ephad) dans nos bâtiments adaptés », explique Jean-Marc Allouche, secrétaire CGT de Joffre-Dupuytren. Une solution au vieillissement de la population pas accessible à toutes les bourses.

Cécile Rousseau, pour l’Humanité

 

Cheveux blancs, business en or pour le privé

laurent036.jpgL’insuffisance de l’offre publique en maisons de retraite et soins de suite fait les affaires de groupes privés à but lucratif.

 

Hôpital public qui pleure, groupes privés qui rient… La comparaison vaut pour bien des disciplines de santé, à l’image de la chirurgie, activité contrôlée à plus de 60 % par les cliniques, mais elle s’applique tout à fait à la prise en charge, plus ou moins médicalisée, des personnes âgées.

Tandis que l’AP-HP taille dans son potentiel de gériatrie, ce secteur voit croître et prospérer les sociétés à but lucratif. Deux groupes dominent le secteur privé des maisons de retraite et des cliniques de soins de suite et de réadaptation (SSR). L’un comme l’autre, observe la presse économique, « traversent la crise sans

encombre », « connaissent une croissance soutenue, à faire pâlir d’envie plus d’une entreprise cotée » (en Bourse). Leur atout majeur ?

 

En termes de business, « une « visibilité excellente  ». Entendre qu’ils tirent parti de l’accroissement de la population âgée, et de l’insuffisance de l’offre publique.

 

Tout incite à « acheter cette valeur de croissance dans une optique de moyen terme », conseille le magazine financier Investir, en évoquant le groupe Orpea (21 000 lits en France), qui affiche un chiffre d’affaires en constante augmentation : 702 millions d’euros en 2008 (+ 30 % sur 2007), 843 millions en 2009 (+ 20,1 %), et un objectif de 1 milliard « au moins » en 2011.

 

Des bénéfices confortables : 48,4 millions d’euros en 2008 (+ 17,5 %). Et des perspectives 2010 que la communication officielle du groupe résume ainsi : « Croissance soutenue, rentabilité solide et développement créateur de valeur.  » L’affaire marche si bien qu’Orpea, coté en Bourse, a réalisé sans peine, l’an dernier, une augmentation de capital (pour 62,4 millions d’euros).

 

Tout comme le numéro 2, le groupe Korian, présidé par l’ancienne directrice de l’AP-HP, Rose-Marie Van Lerberghe (parcours qui, à lui seul, en dit long), qui, avec quelque 14 000 lits, affiche lui aussi un chiffre d’affaires en hausse régulière (850 millions en 2009). Ses actionnaires (sociétés d’assurances, holdings…) n’ont pas de cheveux blancs à se faire.

 

YVES HOUSSON

 

 

12:36 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hôpital, esonne, gériatrie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

03/03/2010

ET SI LA SEINE DEBORDAIT ?

seineo1.JPG1910, 1924 et 1955 sont les trois dernières dates où la Seine a débordée, laissant de mauvais souvenirs aux riverains.

 


57 communes situées dans la vallée seraient innondées, et 55 à 60 000 personnes directement concernées. Les zones les plus exposées se situent dans les Yvelines, les Hauts de Seine et l'Oise.


40 à 50 000 entreprises, et des dizaines de milliers de maisons sont situées dans la zone inondable, suite à une urbanisation galopante et incontrolée.
La Maison de la radio et le Grande Bibliothèque comptent parmi les édifices les plus menacés, sans compter le Louvre et le Musée d'Orsay, bâtis bien avant.


Des installations industrielles très importantes sont menacées. Le terminal pétrolier de Gennevilliers, le dépôt de carburant d'Ivry sur Seine, l'usine Avantis de Vitry-sur-Seine seront totalement inondés. Les gares de Lyon et d'Austerlitz seront sous l'eau.


Les dégats humains et matériels seraient ainsi considérables et estimés déjà à un minimum de 4,6 milliards d'euros. L'A 86, l'A 14, le réseau ferroviaire entre Paris et Mantes, et une partie de la ligne C du RER seraient submergés.

La première officiellement recensée, chroniquée par Grégoire de Tours, est survenue en 583.
Aujourd'hui ce scénario catastrophe est toujours possible. Les simulations indiquent qu'une crue dévastatrice pourrait se dérouler d'ici un à cinq ans.

Un PPRI (Plan de Prévention Risques Inondations) prévoit des mesures de prévention pour limiter les risques.

 


LES CRUES
seineo.JPGIl faut distinguer les crues de fin d'hiver, liées à la fonte rapide d'importantes accumulations de neige, des crues d'été directement causées par des précipitations intenses.
Les effets de des pluies intenses sont aggravés lorsque l'urbanisation augmente l'imperméabilité des sols ou limite autrement l'écoulement des eaux tombés.

L'EFFET DE SERRE AUGMENTE LE RISQUE D'INONDATIONS
inondation.JPG"Il est très vraisemblable que le nombre d'événements de précipitations intenses augmentera sur beaucoup de régions", indique le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. Pour le nord de l'Europe, toutes les simulations semblent prévoir une augmentation des précipitations particulièrement sur l'Ecosse, l'Irlande, la Bretagne, les Flandres...
Pour le sud de l'Europe une diminution des précipitations est prévue.
L'aménagement des sols, le développement de l'irrigation, l'effet de serre, expliquent ces évolutions.

12:40 Publié dans Contre enquête | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seine, inondation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu