Avertir le modérateur

22/04/2014

Lettre ouverte de Jean-Claude Mairal à Manuel Valls

allier1.jpg

Mairal_s-272d8.jpgLettre ouverte de Jean Claude Mairal , ancien président du Conseil général de l’Allier, Président du CIDEFE à Manuel Valls :

Monsieur le Premier Ministre,

Elu depuis 1983, au lendemain des premières lois de décentralisation, j’ai eu la chance d’exercer mes mandats dans toutes les strates des autorités locales (Conseiller municipal dans la ville préfecture de l’Allier, conseiller municipal dans une commune suburbaine de 3400 habitants, conseiller communautaire dans une agglomération, élu dans un Pays, Conseiller général puis président du Conseil général de l’Allier, Conseiller régional d’Auvergne et vice- président, membre du comité Massif-Central, membre du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, sans compter les syndicats intercommunaux et les organismes de coopération où j’ai siégé).

J’ai ainsi vécu concrètement les difficultés à articuler les strates entre elles, mais aussi entre les collectivités et les administrations de l’Etat.

Au vu de cette expérience et des mutations qu’ont connues en trente ans, nos sociétés et nos concitoyens, il est tout à fait légitime et nécessaire de se poser la question de réformer nos institutions et notre organisation territoriale.

Là n’est donc pas le problème. Depuis plus de vingt ans, des lois Pasqua aux lois Chevènement et Voynet, de la commission Mauroy, en passant par celle de Balladur, jusqu’à aujourd’hui on a procédé à un certain nombre d’ajustements et avancé un certain nombre de propositions.

Mais sur le fond on n’est pas sorti de la complexité de notre organisation et des difficultés pour nos concitoyens de s’y retrouver. Il faut se demander pourquoi.

Certes il y a eu des efforts de rationalisation, de mise en œuvre de coopérations interterritoriales et entre collectivités, ainsi qu’une prise de conscience de leur nécessité. Le président Hollande, hier Jean-Marc Ayrault et vous-même, aujourd’hui, vous avez souhaité réformer en profondeur notre organisation territoriale. Métropoles, fusion des régions, disparition des départements, etc, sont au cœur de votre projet.

La question et la seule qu’il faut se poser, c’est de savoir si ce que vous proposez répond à l’intérêt des territoires pour développer leur dynamisme, leur attractivité et à celui de l’amélioration de vie de nos concitoyens. En effet une réforme de l’organisation territoriale doit avoir pour seul et unique but, d’être au service des populations et de la Nation. Si tel n’était pas le cas, elle échouerait, comme ont échoué d’autres réformes, à servir le développement de notre pays. Même si vous allez jusqu’au bout, il en sera de même pour votre réforme. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons.

Tout d’abord parce qu’elle s’inscrit dans une vision bureaucratique purement comptable, sans lien avec la réalité et la diversité de nos territoires, phénomène unique en Europe. Il est nécessaire de prendre en compte et penser les territoires dans leur diversité. Déjà en 1946, l’historien Lucien Febvre titrait un article, « Que la France se nomme diversité » et en 1986 l’historien Fernand Braudel dans « l’identité de la France », montrait que la France n’est pas uniforme et évoquait la diversité des terroirs qui composent notre pays. Il écrivait « La France se nomme diversité et, je l’avoue avec délectation, c’est son plus beau visage, celui que j’aime et qui par sa seule beauté me libère de tout raisonnement qui pourrait être triste ». Le territoire n’a pas la même configuration, la même histoire partout.

Jean Claude Mairal, collectivités, VallsLa France, ce sont de petites communes rurales, des communes suburbaines, des villes moyennes, des grandes villes de plusieurs centaines de milliers d’habitants, des métropoles avec des millions d’habitants dont une seule est à vocation mondiale (Paris). Ce sont des communes maritimes, urbaines, rurales et de montagne qui structurent la vie de nos concitoyens. Votre projet ne tient aucunement compte de cette réalité.

Il est de bon ton dans les médias et dans la haute administration de critiquer le nombre trop important de communes et d’élus dans notre pays. Maire d’une ville de 52000 habitants, même si vous avez été confronté à de nombreuses difficultés sociales, vous aviez à vos côtés des collaborateurs, des services et des professionnels compétents pour y répondre.

Tel n’est pas le cas de l’immense majorité des communes qui ont peu ou pas de personnels, peu de moyens et qui pourtant font face à tous les problèmes rencontrés dans la gestion de leur collectivité et permettent que de nombreux territoires ne soient pas des déserts, favorisant l’attractivité touristique de la France. Et cela grâce au dévouement de dizaines de milliers de conseillers municipaux, dont la plupart ne perçoivent aucune indemnité.

Supprimez-les et il faudra, soit laisser mourir ces territoires, soit les remplacer par du personnel statutaire ou par l’intervention d’entreprises privées. Quelle économie ce serait !!!! Et l’intercommunalité dont personne ne peut contester l’intérêt, ne pourra jamais remplacer cette gestion bénévole de proximité. Dire le contraire, c’est méconnaître la réalité concrète de nos territoires.

Ensuite parce que vos propositions ne parlent pas de ce qui est essentiel, à savoir la double administration que connaît la France, à tous les niveaux, entre les administrations d’Etat et les administrations des collectivités.

 Vous allez me répondre que l’Etat a procédé depuis 1982 au transfert de nombreuses compétences aux collectivités. C’est exact, mais vous oubliez de dire que l’Etat a fait en sorte de toujours conserver, notamment au niveau des financements, une petite part de ces compétences. L’Etat intervient ainsi quasiment dans toutes les politiques locales.

Il est donc temps de se poser la question de savoir si nous voulons être dans une République déconcentrée, avec des politiques publiques reposant sur l’Etat, avec une intervention moindre des collectivités ou une République décentralisée, avec un Etat ne conservant plus que les grandes fonctions régaliennes. Et cela interpelle toutes les forces vives du pays. Ce n’est qu’en fonction de de la réponse qui sera apportée à cette question que l’on pourra envisager telle ou telle réforme territoriale. Ce qui est clair, c’est que l’on ne peut plus rester dans la configuration actuelle.

Comme vos prédécesseurs, vous voulez procéder à une réforme en dehors des citoyens, par une concertation avec les élus et l’apport de quelques experts, même pas tous les élus, tout au plus 1000 à 2000, puisque l’immense majorité d’entre eux ne sont jamais consultés. Pourtant les premiers intéressés ne sont-ils pas les citoyens ? Les institutions, l’organisation territoriale ne sont-elles pas faites pour être à leur service ?

Il serait donc normal qu’on les consulte pour qu’ils nous disent quelle organisation territoriale leur semble la plus à même de répondre à leur attente. Outre une démarche profondément démocratique, cela aurait aussi le mérite d’éviter que les élus consultés, qui sont juges et parties, ne soient que dans une posture de défense de leur pré-carré. Jusqu’à ce jour, aucune réforme n’a pu aboutir car elles sont restées confinées à une minorité d’élus et n’ont jamais sollicité le peuple.

Qui mieux pourtant que le peuple, peut donner son avis sur les projets qui le concernent et qui doivent être à son service ! Et que l’on n’oppose pas les compétences nécessaires que n’aurait pas le peuple pour participer à un tel débat.

Certes il n’est pas question d’idéaliser le peuple, englué comme nombre d’élus et d’experts, dans des présupposés et idées toutes faites, mais si on lui en donne les moyens (formation et information), il est en capacité d’avoir autant de compétences que les élus qui n’ont, par rapport à lui, que la seule légitimité du suffrage universel. Loin des enjeux de pouvoir (ils n’ont aucun mandat à préserver), de défense de fiefs électoraux, de carriérisme, les citoyens sont à même de réfléchir à ce qui correspond le mieux à leurs attentes et à l’intérêt général. N’ayons pas peur du peuple !

C’est pourquoi, Monsieur le premier Ministre si vous voulez réaliser une réforme territoriale nécessaire et acceptée, correspondant à la réalité diverse de nos territoires et aux attentes des populations, vous devez lancer un vaste débat se concluant par une consultation citoyenne, associant partout toutes les forces vives et les habitants de notre pays et des régions.

Vous souhaitez qu’elle commence à se mettre en œuvre en 2017. Cela laisse largement le temps d’organiser le débat dans tous les bassins d’emplois et de vie, dans tous les départements, de favoriser cette concertation, de donner les éléments d’information nécessaire, pour que chacun se fasse une opinion argumentée, de travailler différentes pistes d’organisation territoriale et de conclure par un débat national suivi d’un référendum. Même si l’exercice d’une démocratie pleine et entière prend du temps, on ne perd pas son temps à le faire. Bien au contraire, à l’opposé de toute décision autoritaire et non concertée, une telle démarche est efficace.

Elu local, mais aussi responsable associatif, militant politique et membre de nombreux réseaux du développement local, je peux vous certifier que je côtoie beaucoup de personnes de sensibilités différentes qui n’hésiteront pas un seul instant à s’investir dans ce débat s’il a lieu. A condition qu’on leur donne la parole et qu’on prenne réellement en compte celle-ci. Une telle orientation ne dépend que de vous et de votre volonté politique à faire vivre la démocratie. Cela aura une autre vertu, celle de redonner confiance en la politique, fortement en crise et de renforcer la démocratie. Nous en avons bien besoin.

Vous remerciant de l’attention que vous porterez à cette lettre et espérant que vous choisirez la voie de « la démocratie, le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple », comme le soulignait Abraham Lincoln dans son discours de 1863 à Gettysburg,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le premier Ministre l’expression de ma haute considération.

Jean Claude MAIRAL

      

19/04/2014

TU SAIS QUE TU VIENS DE GRIGNY QUAND....

grigny1.jpg

Depuis quelques semaines, une page Facebook fait beaucoup parler d'elle, à Grigny dans l'Essonne et au-delà.

 Au lendemain des élections municipales, pour "réunir toute la ville", un éducateur sportif a eu l'idée de lancer sur le réseau social une page intitulée "Tu sais que tu viens de Grigny", titre suivi de trois petits points, le reste étant à compléter par les internautes. Et avec plus de 2800 inscrits, l'idée rencontre un succès fou

La place des pigeons, à Grigny, est l'occasion pour les internautes de raconter leurs souvenirs à cet endroit de la ville... © Radio France - Virginie Pironon

Parmi les jeunes du quartier, tous, ou presque, ont posté leurs commentaires. L'entre d'entre eux a ainsi contribué à la fameuse page Facebook en écrivant : "Tu sais que tu viens de Grigny quand tu connais tous les chemins de la Grande Borne..."

Un souvenir, un sentiment, une anecdote

Une référence à ce quartier en forme de labyrinthe, conçu à la fin des années 60 par l'architecte Emile Aillaud qui voulait en faire un paradis pour les enfants, sans voitures. Un serpent de mer, la tête de Gulliver, et même, des pigeons géants... des œuvres d'art sont disséminées dans tout le quartier.

Sur la page Facebook "Tu sais que tu viens de Grigny quand...", chaque internaute poste un souvenir, un sentiment sur "sa" ville. Chacun y va de son anecdote.

Le maire de la ville fan du projet

Fransky, 28 ans, est à l'origine du groupe sur Facebook. Son idée ? Créér du lien en évoquant les souvenirs, en échangeant des photos, et donc, même, faire revenir le fameux glacier... Mais cet éducateur sportif ne s'attendait pas vraiment à une telle réussite, puisqu'à ce jour sa page a réuni plus de 2.800 fans.

Parfois, les anecdotes se transforment en aveux : oui, j'ai volé un poney au cirque, ou plus classique, des bonbons chez ED... On évoque aussi Annie, la "folle" qui terrorisait les enfants... Bref, des histoires de gosses, d'ados, comme partout ailleurs.

Et il y en a un qui s'amuse bien, qui participe lui aussi, c'est le maire, le communiste Philippe Rio, bientôt 40 ans et enfant de la Grande Borne.

Reportage diffusé par France Info

28/02/2014

Hôpital d’Evry : le PPP en fin de vie

hopitalevry.jpgLe Centre hospitalier sud-francilien (CHSF), construit en PPP, vient d’entreprendre la résiliation du bail qui le lie au groupe de BTP Eiffage, nous a confirmé la direction du CHSF de Corbeil-Essonne. Cette résiliation conventionnelle pour motif d’intérêt général devrait être effective en mars prochain.

Décryptage et réactions. Bientôt la fin du cauchemar pour le Centre hospitalier sud francilien ? L'établissement, situé entre les villes de Corbeil-Essonne et Evry, vient d’entreprendre la résiliation du PPP qui le liait au groupe Eiffage, via sa filiale Héveil. Cet accord a été conclu ces jours-ci en interne au terme de plusieurs mois de négociations pour mettre fin au bail emphytéotique hospitalier qui s'étendant à l'origine de 2006 jusqu’à 2041. Construit en partenariat public-privé (PPP), ce bâtiment dans lequel travaillent 3.600 personnes a ouvert en janvier 2012 avec huit mois de retard à cause de nombreuses malfaçons. Au total, 8.000 ont été relevées par des huissiers… La Cour des comptes suivi d’ailleurs d’un rapport parlementaire ont épinglé le choix du PPP pour cette construction.

C'est donc après plusieurs alertes que cette résiliation arrive avec un accord à l'amiable entre les deux parties. Elle devrait être effective après des délibérations du Conseil de surveillance de l'établissement, prévu le 14 mars prochain.

"Nous confirmons la perspective d’un prochain accord avec l'administration hospitalière concernant le Centre Hospitalier Sud Francilien en vue de la résiliation du bail emphytéotique hospitalier (BEH)", nous explique une porte-parole du groupe Eiffage.

De son côté, une porte-parole de l’établissement hospitalier, nous explique à son tour "que les représentants du Conseil de Surveillance délibéreront les 11, 13 et 14 mars 2014."

Economie sur les coûts d'exploitation et de maintenance
La sortie négociée de ce bail permettra de générer pour la puissance publique une économie nette de 600 à 700 millions d’euros par rapport à une poursuite du BEH jusqu’en 2041, ajoute aussi le centre hospitalier. Par ailleurs, la sortie de ce contrat, détaille-t-il apportera à l’hôpital les bénéfices suivants : "Récupération de la propriété du bâtiment ; récupération de la maîtrise d’ouvrage sur toute la maintenance – exploitation ; souplesse de gestion quotidienne de l’établissement ainsi que de son développement ; extinction de tous les contentieux avec Héveil, filiale du groupe Eiffage; économies importantes sur les coûts d’exploitation – maintenance et enfin l’aménagement du niveau 4 du pôle D non réalisé à ce jour."

Une sortie négociée de 80 millions d’euros
Dans le cadre de ce partenariat, l'hôpital devait, par ailleurs, verser un loyer à Eiffage pendant 30 ans avant de devenir propriétaire, le loyer annuel s'élevant à 48 millions d'euros. "Cette sortie négociée se soldera cette fois-ci par un versement à Héveil, filiale d'Eiffage, de 80 millions d'euros (Ndlr : couvrant à la fois le règlement des litiges passés et l’application des conditions contractuelles de sortie du BEH)", nous confirme la direction du groupe Eiffage.

Le centre hospitalier reprendra gestion totale dès le 30 septembre 2015
Cette indemnité correspond "à la prise en compte d'une partie de la réclamation d'Eiffage, à la compensation de ses loyers futurs, au règlement des loyers anciens et de prestations déjà réalisées, ainsi qu'à des travaux complémentaires à effectuer pendant les 18 mois de gestion restants", détaille la direction du groupe de BTP. Le centre hospitalier retrouvera ainsi le 30 septembre 2015 la responsabilité de l'ensemble de son fonctionnement.

Dans les termes de cette transaction, Héveil renonce à sa demande de requête indemnitaire de 194 millions d’euros, précise le centre hospitalier.

"Eiffage est fier d’avoir financé et construit un bâtiment qui fonctionne"
En reprenant la main, l'hôpital devrait fonctionner dans de meilleures conditions au bénéfice des patients et de son personnel. De son côté, Eiffage, malgré les différends et les couacs, est "fier d’avoir financé, conçu et construit un hôpital exceptionnel, performant et doté des équipements les plus modernes, ce que confirment les enquêtes d'opinion et la direction de l’hôpital."

Néanmoins, avec cette future sortie du PPP de l'hôpital d'Evry, le débat autour de ce type de contrat appliqué aux bâtiments publics de grande envergure est toujours autant d'actualité.

Sources Batia Actus, Sébastien Chabas (27/02/2014)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu