Avertir le modérateur

01/08/2013

EVRY CENTRE : GRAND STADE DE RUGBY : LA DERNIERE PHASE !

staderugbyune_ok.jpgGrand Stade de rugby : quatre constructeurs en lice pour transformer l’essai

La fédération française de rugby (FFR) vient de retenir 4 groupements "constructeurs" - Bouygues, Eiffage, Icade et Besix, Vinci - pour le dialogue compétitif en vue de l’attribution du contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance du Grand Stade de rugby de 82.000 places à Ris-Orangis (Essonne). Son inauguration est prévue en 2017.

Après avoir désigné en février dernier les architectes Populous-Ateliers 2/3/4 pour la réalisation du grand Stade de rugby de 82.000 places à Ris-Orangis (Essonne), la Fédération française de rugby a retenu quatre groupements "constructeurs" pour participer à la prochaine étape de sélection sous la forme d’un dialogue compétitif. Conformément à la règle définie par l’avis d’appel public à candidatures, la FFR a choisi les quatre groupements suivants : Bouygues, Eiffage, Icade et Besix, Vinci,* en vue de l’attribution du contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance.

Suite à la publication de l’avis de marché publié sous les références 2013/S 112-190542 au JO/S S112 du 12 juin 2013, la FFR a reçu le 15 juillet 2013 les dossiers de candidature de différents groupements comprenant des majors européens de la construction", ajoute la Fédération de rugby dans un communiqué daté du 30 juillet.

Afin de pouvoir répondre pleinement aux enjeux de ce projet particulièrement ambitieux, chaque équipe a dû présenter ses compétences et références sur des projets sportifs ou encore sur des opérations majeures de complexité et d’envergure similaires.*

Et de souligner : "Le choix sur dossier s’est effectué sur la base des capacités techniques et financières de chacun des groupements et de leur organisation prévue pour la mise en œuvre du projet."

Un dialogue compétitif en deux temps

Dorénavant, le dialogue compétitif entre ces quatre groupements, qui se terminera par le choix de l’attributaire pressenti à l’horizon du dernier trimestre 2014, se déroulera en deux temps, signalent les dirigeants de la FFR : " Une phase unique de dialogue comprenant une offre Initiale et le dialogue compétitif en tunnel avec chacun des groupements qui se terminera au cours du 1er semestre 2014 ; une phase d’offre finale d’environ 4 mois jusqu’à la sélection de l’attributaire pressenti."

Par conséquent, la signature dédiée au contrat relatif à la conception, la construction et la maintenance de la future enceinte sportive du Grand Stade de la FFR aura lieu fin 2014. L’inauguration est prévue en 2017.

Les quatre groupements en détails et leurs références en matière de construction de stades

Bouygues : Groupement composé de Bouygues Bâtiment Ile-de-France et de Bouygues Energies & Services FM France.

Références récentes stades : Le Sport Hub de Singapour (en cours) et Le Stade Vélodrome, Marseille (en cours).

Eiffage : Groupement composé d’Eiffage Construction, Eiffage Immobilier, Eiffage TP, Eiffage Construction métallique et Eiffage Energie Ile-de-France.

Référence récente stade : Le Grand Stade de Lille (livré en août 2012).

Icade et Besix : Groupement composé de ICADE Promotion, BESIX et GDF SUEZ Energie Services – Cofely Services.

Références récentes stades : King Abdullah Sports City (KASC), Arabie Saoudite (en cours) et Stade Artevelde, Belgique (livré mars 2010).

Vinci : Groupement composé de Vinci Construction France, Vinci Energie, Vinci Facilities EP et ADIM Concept.

Références récentes stades : L’Allianz Riviera, Nice (en cours) et le Stade Océane, Le Havre (livré juillet 2012).

Article publié par Actubati

 

30/07/2013

Métropole du Grand Paris: un coup de force qui ne résoudra en rien les problèmes des Franciliens


DG_Affirmation des métropoles par Francois_Asensi

 

“Monsieur le président, mesdames les ministres, madame, messieurs les rapporteurs, mes chers collègues, les parlementaires du front de gauche ont déjà eu l’occasion d’exprimer leur opposition à la conception libérale de la métropole défendue dans le texte, qui se résume à masquer un nouveau désengagement de l’État. Je reviendrai pour ma part sur le coup de force institutionnel que constitue le projet de métropole du Grand Paris.

Sur la forme, je dis à nouveau ma stupéfaction face au mépris affiché envers le Parlement à l’occasion de la discussion du projet de loi.

Sur le fond, nous assistons à la suppression des intercommunalités, la marginalisation du rôle des maires et la disparition programmée des départements de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine. En trois jours de débat au temps limité, en plein cœur de l’été, vous entendez infliger à l’Île-de-France, mesdames les ministres, un big-bang institutionnel qui sapera la démocratie locale et affaiblira très sensiblement le pluralisme dans la région capitale !

Comme je l’ai affirmé lors des questions au Gouvernement, un tel chamboulement ne peut se faire sans les citoyens. La métropole doit faire l’objet d’un référendum, comme le prévoit l’article 72-1 de la Constitution en cas de création d’une collectivité.

Je n’ai pas eu de réponse à ma question au Gouvernement. Un tel silence est assourdissant. Notre demande correspond pourtant exactement à l’esprit de notre Constitution sur ce point. Il n’est pas possible d’y correspondre davantage ! Refuser un référendum serait une décision lourde de conséquence et nous souhaitons une réponse précise du Gouvernement.

La métropole parisienne devrait être avant tout un outil pour s’attaquer enfin à la spécialisation des territoires, pourtant absente de votre projet de loi, mesdames les ministres. Oui, l’Île-de-France a besoin de changements radicaux, car ses habitants n’en peuvent plus des inégalités criantes au cœur d’une des régions les plus riches au monde ! La « mal vie » des Franciliens ne cesse de s’accentuer, en raison de la crise du capitalisme financier mais aussi des politiques d’austérité et d’impasses propres à l’Île-de-France. Je pense à la pénurie de logement, dramatique pour tant de familles, à la hausse des temps de transport et aux conditions de voyage catastrophiques dans les RER de la région parisienne, en particulier le RER B, et à la crise urbaine, si forte dans les quartiers construits autoritairement par l’État dans les années 1960. Les inégalités et la « mal vie » sont de véritables cancers qui rongent la métropole parisienne et entravent son développement social et économique. Elles résultent de plus de quarante ans de développement ultralibéral encouragé par le désengagement de l’État.

Au siècle dernier, le développement insoutenable des activités productives a pris pour terrain de jeu nos banlieues. Les nuisances ont été rejetées par la capitale dans sa périphérie. On a alors assisté à la hausse du foncier, à une politique d’étalement urbain anarchique et à la constitution de véritables ghettos sociaux. Les classes laborieuses, jugées dangereuses, ont été expulsées du centre de l’agglomération et privées du droit à la ville. L’État a accompagné et encouragé une telle spécialisation des territoires. Les hauts fonctionnaires se sont complus dans l’illusion que le développement de pôles de richesses générerait des retombées bénéfiques pour l’ensemble du territoire. La réalité est tout autre. Opulence et pauvreté se répartissent de part et d’autre d’une fracture territoriale est-ouest. Comment accepter que le PIB par habitant soit trois fois moindre en Seine-Saint-Denis que dans les Hauts-de-Seine ?

Comment accepter qu’il y ait six fois moins de librairies qu’à Paris ? Six fois moins de magistrats ? Quatre fois moins de médecins spécialistes ? Comment accepter que la taxe foncière des habitants de Sevran soit dix fois plus élevée que celle de Neuilly-sur-Seine, monsieur Fromantin, et leur taxe d’habitation cinq fois supérieure à celle de Courbevoie ?

Un projet de loi ambitieux et progressiste devrait s’attaquer aux discriminations territoriales et promouvoir une métropole égale pour tous les habitants d’Île-de-France. Votre projet de métropole, mesdames les ministres, ne changera en rien cela ! Je crains au contraire que le projet métropolitain du Gouvernement n’accentue encore les inégalités territoriales, pour trois séries de raisons.

En premier lieu, votre projet de loi remet profondément en cause les acquis de la décentralisation et les dynamiques nées sur les territoires. Après des décennies d’aménagement autoritaire de l’Île-de-France, les maires ont acquis après 1982, grâce aux lois Defferre et au gouvernement d’union de la gauche de l’époque, des compétences fortes pour bâtir les villes avec les habitants. Affranchies de la tutelle de l’État, les énergies se sont libérées dans beaucoup de villes populaires et les élus se sont battus pour engager des dynamiques de territoires. Autour de Plaine commune, à Saint-Denis, La Défense, Nanterre, Ivry ou encore autour de l’aéroport Charles-de-Gaulle, des pôles d’excellence se sont affirmés. Je note tout de même que les villes de sensibilité communiste ont joué un rôle décisif par leur impulsion, leur dynamisme économique et leur développement social et culturel. La conception hyperconcentrée de l’aménagement, à l’origine des catastrophes urbanistiques que l’on connaît, avait vécu. C’est pourtant cette conception politique et administrative d’un autre siècle que vous voulez ressusciter, mesdames les ministres.

En effet, la superstructure technocratique de la métropole du Grand Paris confisquerait les pouvoirs des communes. Le conseil de la métropole, essentiellement contrôlé par les élus de Paris, disposerait de pouvoirs exorbitants en matière d’aménagement et de maîtrise du foncier. En clair, la métropole pourrait décider d’en haut, sur un coin de table, la construction de milliers de logements dans une commune. Dans une telle métropole qui ne serait en rien durable, l’étalement urbain s’accélérerait et les sanctions contre les ghettos de riches refusant de construire des logements sociaux resteraient toujours aussi faibles.

Quant à l’absorption des EPCI, les contrats de développement territorial promus par l’État ne sont pas encore bouclés et l’ubuesque logique métropolitaine supprimerait les structures intercommunales qui les portent ! Faudra-t-il abandonner les projets imaginés dans ce cadre avec les populations et repartir de zéro ? Quel gâchis des efforts considérables qui ont été déployés pour vaincre les égoïsmes locaux et enclencher des projets de territoire !

Ma seconde série de critiques porte sur l’absence de mécanisme de solidarité financière dans le projet de métropole, alors qu’il s’agit du problème principal de l’Île-de-France. Rien ou presque n’est dit de l’engagement financier de l’État et de l’indispensable péréquation. En réalité, la réforme répond à un seul objectif, dicté par la Commission européenne, la baisse des dépenses publiques.

Comme l’a réclamé récemment le président Barroso, il s’agit de supprimer les communes et les départements au profit d’une Europe des régions et des métropoles pratiquant en son sein une concurrence effrénée des territoires.

La création de la métropole du Grand Paris serait donc l’occasion d’une nouvelle baisse des dotations qui aggraverait les inégalités territoriales. Mais comment imaginer une métropole solidaire dans un contexte d’austérité ? Nous avons une autre inquiétude : la dotation de compensation prévue pour le transfert des compétences de l’État en matière de logement et d’hébergement connaîtra-t-elle le même sort que les transferts non compensés vers les départements ? Je rappelle que l’État doit 1,9 milliard d’euros à la Seine-Saint-Denis depuis 2004.

Par ailleurs, l’EPCI métropole du Grand Paris deviendrait un mastodonte financier en captant l’ensemble de la fiscalité économique. Les villes resteraient sans ressources, hormis les dotations. Comment ne pas y voir une attaque en règle contre l’autonomie des communes ? D’autant qu’aucun mécanisme de juste répartition des crédits sur l’ensemble des territoires de la métropole n’est explicitement prévu. Le seul mécanisme de péréquation prévu consiste en un fonds interdépartemental dont le volume – 50 millions d’euros – est dérisoire.

Le Gouvernement refuse de remettre en cause les positions de rente de certains territoires. Oubliée, la réforme de la fiscalité locale, si nécessaire pour mettre fin aux paradis fiscaux de l’ouest parisien. Pourtant, si l’on instaurait un taux plancher sur les taxes locales de ces villes, plus de 100 millions d’euros de recettes nouvelles seraient dégagés – deux fois plus que votre fonds de péréquation.

Enfin, je voudrais insister sur le grave déni démocratique de ce projet de loi. Vous mettez à terre toute l’organisation administrative indissociable de l’héritage démocratique de la Révolution française, au profit d’un ovni institutionnel qui ne sera ni efficace, ni solidaire. La métropole du Grand Paris sera à la région francilienne ce qu’est la Commission européenne au vieux continent : une instance technocratique décidant de l’avenir par-dessus leurs représentants politiques – et sans eux. (Rires et exclamations sur quelques bancs du groupe SRC.)

Les conseils de territoire appliqueront le budget de la métropole et se borneront à émettre des avis. Les communes, anémiées et sans pouvoir, deviendront des sous-arrondissements de la capitale. Les maires, pourtant élus au suffrage universel direct par les citoyens, n’auront plus de prise sur les décisions. Ils se borneront à réceptionner la plainte sociale et à se faire les agents de l’austérité. Une fois l’an – je dis bien une fois l’an ! –, ils seront conviés à une assemblée générale des maires de la métropole pour débattre – simplement débattre – des problèmes d’intérêt général. Cela confine à l’absurdité. Le Gouvernement propose de réunir les 123 maires de la petite couronne une fois par an, pour discuter des actions de la métropole et, pourquoi pas, de la vie quotidienne des habitants – encore faudra-t-il que le président de la métropole veuille bien nous convoquer. C’est tous les jours que les maires sont confrontés à la vie quotidienne des habitants, et le monstre de la métropole ne pourra pas remplacer cette proximité !

Les vraies décisions seront prises par une poignée de personnes désignées en dehors du regard de la population : la bureaucratie aura triomphé du politique. Il n’y a là nulle modernité, mais un retour en arrière vers l’autoritarisme haussmannien qui prévalait sous Napoléon III ! D’ailleurs, l’ensemble des modalités de mise en place de la métropole parisienne, éminemment sensibles, est renvoyé à des ordonnances et des décrets. Comment aller plus loin dans le dessaisissement démocratique ?

J’ajoute que le calendrier mis en place est proprement ahurissant et témoigne d’une précipitation qui n’est pas sans arrière-pensées politiciennes. Dans cette recentralisation autoritaire, les pouvoirs seront concentrés entre les mains du président de la métropole et, disons-le clairement, entre les mains d’un parti. Le pluralisme politique sera rayé de la carte, avec une privatisation des nouvelles institutions au bénéfice du parti majoritaire du moment – le vôtre aujourd’hui, mesdames les ministres, mais cela changera à la prochaine alternance.

Les élus communistes et républicains et les élus du front de gauche refusent que Paris absorbe sa périphérie comme au siècle dernier, avec la relégation des communes à de simples mairies d’arrondissement.”

13/07/2013

Tryo, une approche consciente et poétique de la musique

Ffête de l'Humanité 2013, tryoête de l'Humanité 2013. Le groupe posera ses valises pour 
la seconde fois à la Fête. Retour sur ses dix-huit années de carrière : alors la majorité, 
ça inquiète ?

On ne présente plus Tryo, groupe éminemment populaire. Les fans de la première heure gardent en mémoire l’Hymne de nos campagnes, tube aux contours écolos qui témoigne de sa sensibilité aux questions environnementales. Mais on se tromperait en classant le groupe dans la catégorie utopiste sans prise avec la réalité. Tryo a une approche consciente et poétique de la musique. Entre engagement et jeux de mots, ses chansons s’attachent à décrire une certaine réalité avec une touche d’ironie. Jamais donneur de leçon, le groupe évoque toutes sortes de sujets liés à l’actualité internationale (Printemps arabe), à la politique (Marine est là), l’exil (El Duche de Leche), l’amour (Serre-moi), la drogue (Main verte)…

Pourquoi s’appeler Tryo alors qu’on est quatre musiciens ? À ses débuts, le groupe n’était composé que de Guizmo, Mali et Manu, rencontre née des multiples croisements à la MJC de Fresnes. Après un été passé dans les Pyrénées à gratter des accords et à chanter au coin d’un feu, le groupe décide de partir faire de la scène.

Un petit quatrième, armé de ses djembés et bongos, vient alors se greffer aux joyeux trublions, Daniel le percussionniste, ainsi que Bibou, qui deviendra leur manager. Deux ans plus tard, Tryo sort son premier album, Mamagubida, néologisme formé des premières syllabes de chaque membre du groupe. Avec cet album enregistré en grande partie en live, Tryo trouve sa base musicale oscillant entre reggae, ragga et ska.

Réfractaire à la chanson commerciale, la formation a longtemps évité les radios et les interviews, avant d’y trouver un moyen d’expression de ses idées. Il faut dire que le groupe, qui a d’abord été promu par le bouche-à-oreille, se définit avant tout comme une bande de potes portés par le seul amour de la musique et de la scène.

  • En vidéo : Printemps arabe (en live à Tunis en juin 2013)

Tryo a connu ses premiers succès en Bretagne et en banlieue parisienne. Mais, très vite, sa musique a franchi les frontières, s’exportant aussi bien au Japon qu’en Amérique du Sud, au Québec ou en Allemagne. « Grain de folie, grain de poussière dans le vent », chante-t-il. Le groupe a aussi créé de véritables scénographies, nées de l’expérience théâtrale de Mali. La scène est pour lui comme un immense terrain de jeu. À chaque concert, l’ambiance change lui donnant l’occasion d’inventer un univers à la fois festif et convivial. Mêlant différentes esthétiques et tendances musicales, Tryo invite souvent d’autres artistes à venir faire des bœufs sur scène, comme les Ogres de Barback, dont on retiendra les deux touchants titres la Première Fois et Mam’zelle Bulle. Tryo aime aussi dénicher de nouveaux talents. On se souvient ainsi du groupe Boulevard des Airs, que l’on a vu en première partie de sa tournée et qui est considéré aujourd’hui comme le « nouveau Tryo ». Un esprit partageur que l’on a des chances de retrouver à la Fête.

Entre clins d’œil humoristiques et séquences émotives, Tryo nous promet un spectacle sensationnel, que la grande scène n’est pas près d’oublier.

Le site de la Fête de l'Humanité 2013

  • Lire aussi :

M: "La musique, c'est tout une histoire d'énergie"

Vive le swing de Sanseverino 
et sa guitare jazz manouche !

La tchatche et le rire de Jamel 100 % Debbouze à la Fête de l'Humanité !

Amandine Pilaudeau

17:37 Publié dans Actualités, Evénements, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête de l'humanité 2013, tryo | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu