Avertir le modérateur

16/03/2019

MARCHE DU SIECLE POUR LE CLIMAT : 350 000 PERSONNES DANS 220 VILLES DONT EVRY COURCOURONNES

marche du siècle2.jpg

Fin du monde, fin de mois, même combat": la "Marche du siècle" a été un succès samedi réunissant des centaines de milliers de manifestants à travers la France, qui ont dénoncé "l'inaction" contre le changement climatique mais ont aussi appuyé les revendications sociales de mouvements comme les "gilets jaunes".
Plus de 350.000 personnes dans 220 villes de France se sont rassemblées pour dénoncer l'inaction du gouvernement français face à la crise climatique et son cynisme vis-à-vis de la crise sociale", ont affirmé les organisateurs dans un communiqué.
Marche du siècle.jpgA Evry Courcouronnes plusieurs marches symboliques à l'initiative de Sabine Nagel conseillère municipale de Bondoufle (écoutez son interview en cliquant sur cette ligne}}}),  partis de Bondoufle, Lisses, Evry Courcouronnes ont convergé vers le lac d'Evry Courcouronnes.
 
Elles étaient plus de 200 à se rassembler ainsi dans la bonne humeur mais aussi avec gravité.
De nombreux élus d'Evry Courcouronnes étaient présents dont Daniele Valero Maire déléguée, Claude Maisonnave, Olivier Potokar. Diego Diaz représentait les élus communistes.
 
A Paris, sous le ciel ensoleillé de la capitale, une foule très dense a marché de la place de l'Opéra, bondée à la mi-journée, à la place de la République. Beaucoup de jeunes étaient là, dans une ambiance bon enfant. "On est plus chaud que le climat", pouvait-on lire sur des pancartes. Plusieurs cortèges s'étaient tout d'abord formés dans différents endroits de Paris, avec des mots d'ordre distincts: pour la biodiversité, "l'urgence sociale et climatique" ou le transport "vert".
 
Marche du siècle3.jpgMilitant écolologiste et réalisateur du documentaire "Demain", Cyril Dion a appelé à une "convergence avec les gilets jaunes" lors d'une conférence de presse au départ d'un des cortèges de la marche pour le climat. Selon lui, "la cause de la destruction des écosystèmes se trouve dans ce modèle économique".
 
Environ 140 organisations, de Greenpeace France à la Fondation Nicolas Hulot, avaient appelé à descendre dans la rue pour le climat, estimant qu'il est "temps de changer de système industriel, politique et économique".
 
Cet appel a été très suivi à travers le pays. Selon les préfectures concernées, 8.000 manifestants ont défilé à Montpellier, 6.000 à Rennes, 3.000 à Tours, 2.700 à Besançon ou 2.500 à Marseille.
Les jeunes avaient ouvert le bal vendredi, répondant en masse à l'appel de la jeune Suédoise Greta Thunberg. Ils étaient entre 29.000 et 40.000 à Paris, 168.000 à travers la France, selon l'organisation Youth for climate. "Il faut vraiment qu'il y ait un moment de basculement, un avant et un après", a espéré Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.
 
Lors des précédentes marches pour le climat, nées après la démission de l'ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, plus de 15.000 personnes étaient descendues dans les rues de Paris. Depuis plusieurs mois, se multiplient des pétitions, actions et campagnes en ligne.
 
Et l'Etat est poursuivi par quatre ONG (Fondation Nicolas Hulot, Greenpeace France, Notre Affaire à Tous et Oxfam France) pour "manquements" à son obligation d'action contre le réchauffement. Elles sont à l'origine d'une pétition qui a récolté plus de deux millions de signatures en moins d'un mois.
 
Les manifestants s'appuient sur les avertissements lancés par les scientifiques pour demander aux responsables politiques et économiques des actions plus radicales en faveur du climat et de la faune et flore sauvages. L'Accord de Paris de 2015 vise à limiter le réchauffement de la planète à +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle et idéalement à +1,5°C, mais les engagements actuels des Etats annoncent un monde à +3°C.
 
Lorenzo Clément pour l'Humanité et Diego Diaz pour Mosaik Radios et les photos

13/03/2019

Fabien Gay : « Si l’Etat envisage de confier Aéroports de Paris à Vinci, il faut qu’il le dise »

roissy.jpg

Le gouvernement s’apprête à vendre tout ou partie de ses parts d’Aéroports de Paris. A qui profiterait cette privatisation ? Quelle logique cette décision revêt-elle ? Que peut, que doit l’Etat ?

Le sénateur communiste Fabien Gay était l’invité de #LaMidinale du magazine Regards

Sur Aéroports de Paris 
« Aéroports de Paris, c’est la première porte d’entrée sur le territoire Français. »
« Roissy-Charles-de-Gaulle, Orly et le Bourget, c’est cent millions de passagers qui entrent chaque année. C’est une fois et demi la population française. »
« C’est d’abord une question de souveraineté nationale et de sécurité. »
« Aéroports de Paris possède 600.600 hectares de foncier : ça équivaut aux deux tiers de Paris ! »
« Ça permet de verser 175 millions de dividendes à l’Etat donc ça n’est pas rien. »
« Un aéroport, c’est une infrastructure qui est un monopole de fait parce que vous ne pouvez pas avoir plusieurs aéroports qui s’auto-concurrencent les uns aux autres. »
« Comme le dit le préambule de la Constitution de 46 dans son article 9 : "tout bien ou tout entreprise qui a acquis un caractère de service public ou de monopole de fait, doit être la propriété de la collectivité’ ».
« Aéroports de Paris est un bien commun. »

 Sur les questions de sécurité intérieure 
« On dit que la sécurité restera une fonction régalienne d’Etat, ce qui est vrai mais les salariés d’aéroport de Paris jouent aussi un rôle primordial dans les questions de sécurité. »
« Demain, avec ADP 100% privé, il faudra rogner le droit des salariés, peut-être même en baisser le nombre. Là où ils sont trois aujourd’hui, ils seront peut-être deux demain, voire un. »
« Un des pays les plus ultralibéraux au monde, les Etats-Unis, n’a jamais privatisé un seul aéroport parce qu’il y a une vraie question de sécurité. »
« ADP privé pourra aussi jouer sur la concurrence et mettre Air France, compagnie nationale, en compétition avec d’autres. »

 Sur la logique politique de la privatisation 
« Il y a une question à laquelle Bruno Le Maire n’a jamais répondu : est-ce que c’est avec l’argent public que Vinci va pouvoir racheter les parts de l’Etat ? »
« Vinci est déjà actionnaire minoritaire à 8% d’ADP. »
« Vinci va être dédommagé à plusieurs centaines de millions d’euros pour l’arrêt de l’aéroport Notre-Dame-desLandes. »
« Avec ces indemnités, Vinci pourrait racheter les 50% des parts d’Aéroports de Paris que détient l’Etat, ce qui serait pas loin d’un scandale d’Etat. »
« Si l’Etat envisage de confier ses parts détenues dans Aéroports de Paris à Vinci, il faut qu’il le dise. »

 Sur la stratégie politique du gouvernement en matière de transports 
« C’est une stratégie libérale de court terme. »
« Ce gouvernement a fait le nouveau pacte ferroviaire avec une future probable privatisation de la SNCF. »
« Il y a un défi d’aménagement du territoire. »
« Il vaut mieux investir dans le RER B plutôt que dans le Charle-de-Gaulle Express : le premier, c’est près d’un million de voyageurs par jour, le second, ça serait entre 20 à 24.000 voyageurs par jour. »

 Sur le rejet par le Sénat de ce projet de privatisation 
« Les socialistes ont débattu parce qu’ils ont participé aux privatisations de trois aéroports sur le dernier quinquennat. »
« Sur une question d’intérêt général, nous nous sommes retrouvés avec la droite sénatoriale. »

 Sur le projet de mine d’or à ciel ouvert en Guyane 
« Le gouvernement donne des leçons au monde entier en matière écologique et permet dans le même temps de faire un projet minier totalement fou en Guyane : 32 fois le Stade de France, des tonnes d’explosifs par jour, du cyanure par tonnes aussi, un barrage qui pourrait céder dans un département où la pluviométrie est très forte... »
« 50% de la biodiversité totale française se trouve dans le département de la Guyane. Par ailleurs, l’Amazonie est le poumon de l’humanité. »
« Ce projet, c’est 450 millions d’argent public pour le financer et la réalité, c’est qu’on promet que, sur dix ans, il y aurait 450 millions d’euros d’impôts donnés à la collectivité : c’est un projet nul. »
« Les peuples autochtones sur place et les ONG ont raison de se mobiliser parce que les Guyanais-es méritent mieux. »

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu