Avertir le modérateur

20/06/2018

Paris : tête de liste du PCF aux Européennes, Ian Brossat explique ses choix

brossat.jpg

Ian Brossat, l’adjoint (PCF) d’Anne Hidalgo, chargé du logement, a été désigné chef de file des communistes aux élections Européennes. Mais il ne dit pas adieu à Paris.

L’adjoint au logement d’Anne Hidalgo a été désigné pour mener la campagne du PCF lors des élections européennes de mai 2019. Ian Brossat s’explique sur son choix qui va l’amener à quitter ses fonctions au sein de l’exécutif parisien à moyen terme même s’il annonce qu’il soutiendra la maire en 2020.

Une partie des élus de gauche vous reproche de quitter le bateau en pleine tempête…

Je n’abandonne personne et que chacun se rassure, la gauche pourra compter sur moi pour la campagne de 2020. J’ai constaté en tant qu’élu que pour faire bouger les choses à Paris, il faut faire évoluer un certain nombre de règles à l’échelle du Parlement Européen. C’est le cas pour les réfugiés mais aussi pour Airbnb qui fait pression sur la commission européenne pour ne pas réguler ses locations touristiques illégales.

Comment la maire de Paris a-t-elle réagi à votre candidature ?

Elle m’a félicité chaleureusement et m’a donné quelques conseils que je garderai pour moi. J’ai toujours eu d’excellentes relations avec la maire de Paris et il n’y a aucune raison pour que cela change. Je l’avais d’ailleurs prévenue avant. Et quoiqu’il advienne, je souhaite que la gauche puisse prolonger l’aventure de 2014.

Sauf si la maire de Paris choisit de ne pas conclure d’alliance avec le PCF…

Plus le temps passe, plus la République en Marche affiche son ambition de gagner Paris et moins l’hypothèse d’une alliance avec les macronistes me paraît crédible. LAREM a d’ailleurs une attitude de plus en plus agressive vis-à-vis de la politique municipale et les élus macronistes parisiens n’hésitent plus à s’attaquer à ce qui fait le cœur du projet municipal. Je ne vois pas comment nous pourrions parvenir à un accord dans ce contexte. Pour gagner, il faut que la gauche se rassemble en 2020.

A l’heure qu’il est, personne n’imagine que la gauche seule puisse gagner Paris ?

Si, moi et beaucoup d’autres. A la condition que la gauche se rassemble et quelle porte les aspirations de la classe moyenne. Sur le terrain, je ressens une forte opposition à la politique de Macron et un accord avec ce que nous portons sur la lutte contre la pollution, l’accueil des réfugiés ou le logement.

Si vous n’êtes pas élu député Européen, reviendrez-vous à Paris ?

Je n’envisage pas cette hypothèse. J’y vais pour gagner et si je gagne, je démissionnerai de mon mandat d’adjoint au maire et je resterai conseiller de Paris et conseiller du XVIIIe.

Redeviendrez-vous enseignant ?

Un jour, certainement. Quand ? Je ne le sais pas. J’ai gardé de bons souvenirs de mes années à Sarcelles (Val-d’Oise). Enseigner, comme être élu, c’est être utile. Mon mandat est un prolongement de mon métier.

Quels sont vos projets d’ici la fin de la mandature ?

D’abord, nous allons continuer à produire de l’habitat social à un rythme très soutenu. D’ici 2018, nous financerons le 100000e logement depuis 2001. Nous allons poursuivre le travail de régulation des meublés touristiques et réactiver l’encadrement des loyers à l’automne pour protéger le pouvoir d’achat des classes moyennes. Et nous lancerons en octobre le programme « Réparer Embellir » qui vise à rénover les parties communes et la sécurité dans le parc social. Le coût — 20 M€ — sera cofinancé par la Ville et les bailleurs sociaux. Plus de 30 000 logements répartis sur 200 sites bénéficieront de ces améliorations d’ici décembre 2019.

Quel bilan tirez-vous de ces quatre années à l’hôtel de ville ?

Nous avons investi 400 M€ par an dans le secteur du logement, avec des réussites à la clé comme l’implantation d’un centre d’accueil pour SDF en lisière du bois de Boulogne, dans le XVIe. Mais la situation à Paris reste difficile. C’est un combat long et difficile car la municipalité ne peut pas réguler seule les forces du marché.

Cette politique coûteuse n’a pourtant pas permis de réduire la demande de logement ni même d’atteindre le seuil de 25 % de logements sociaux…

On ne veut pas densifier la ville en construisant à un rythme effréné car nous voulons préserver la qualité de vie des Parisiens. Mais nous avons permis à 500 000 personnes appartenant à la classe moyenne ou à des milieux plus défavorisés de se maintenir dans la capitale. Ce n’est pas le cas à Barcelone qui a vu les prix de l’immobilier flamber ou de Londres qui se mord les doigts d’avoir livré la ville aux promoteurs.

Entretien réalisé par le Parisien

20:07 Publié dans Actualités, Radio Evry | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ian brossat, européennes, élections, paris | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu