Avertir le modérateur

28/09/2010

CORBEIL / Entretien avec Bruno Piriou tête de liste de la gauche rassemblée

laurent037.jpgBruno Piriou : "Notre ville est en panne politique"

L’élection à la municipalité de l’équipe Dassault (UMP) vient, une nouvelle fois, d’être annulée. Bruno Piriou, conseiller général PCF, qui conduira une liste de large union, précise ses objectifs.

Pour la deuxième fois depuis 2008, les élections municipales sont annulées 
pour tricherie. Comment réagissez-vous ?

Bruno Piriou. C’est une première en France qu’une ville voie ses élections annulées deux fois de suite. C’est le résultat du système politique qui a été mis en place par Serge Dassault et son équipe. Dans tous les domaines de la vie publique, ils se sont cru au-dessus des lois. Il y a dans la population un ras-le-bol, de l’exaspération. Notre ville est en panne. En panne politique, puisqu’on revote tous les ans et qu’on est ainsi dans l’incapacité de se projeter dans l’avenir, d’avoir des projets de développement sur le long terme. En panne économique, commerciale, culturelle, mais aussi morale. Je partage cette exaspération. Il faut tous ensemble nous saisir de l’occasion qui nous est donnée avec ce nouveau scrutin pour tourner la page et enfin travailler à l’avenir de notre ville.

Y a-t-il dans la population cette volonté de tourner
la page ?

Bruno Piriou. Ce qui est sûr, c’est que la situation que nous vivons est exaspérante pour une grande majorité. Mais, un des risques, c’est qu’une partie de la population se détourne de ces questions politiques en renvoyant dos à dos les protagonistes de ces affaires. Le défi que les forces de gauche et tous les démocrates ont à relever, c’est qu’après la justice, qui a su faire preuve d’indépendance face à un des hommes les plus puissants de France, la démocratie l’emporte. Ce n’est pas gagné d’avance. Il y a une volonté de changer qui est sûrement majoritaire. Encore faut-il qu’elle se traduise par le goût, le désir de dire qu’autre chose est possible.

laurent048.jpgLors des dernières élections municipales, la gauche est partie désunie au premier tour. Qu’en sera-t-il pour cette élection qui devrait avoir lieu d’ici à la fin de 2010 ?

Bruno Piriou. La dernière fois qu’il y a eu union de la gauche au premier tour d’une élection municipale à Corbeil-Essonnes, c’est en 1989. Depuis, les forces de gauche n’ont pas su s’unir. C’est donc un événement majeur qu’aujourd’hui, de Lutte ouvrière jusqu’au Parti socialiste, en passant par le PCF, les Verts, le NPA… des démocrates et des républicains, une seule liste d’union puisse voir le jour. Je la conduirai. Parce que à quasiment toutes les élections, le courant de gauche que je représente est arrivé en tête au premier tour. Non seulement les partenaires de la gauche reconnaissent cette réalité, mais mesurent aussi qu’aujourd’hui, à Corbeil comme en France, face à une droite qui cogne dur, la nécessité de s’unir est impérative.

Cette union peut-elle vous permettre de gagner alors que, lors des derniers scrutins, à quelques voix près, vous n’avez pas réussi à l’emporter ?

Bruno Piriou. Le défi, c’est de réconcilier les Corbeil-Essonnois. Quand on perd deux fois, même s’il y a eu tricherie à droite, il faut en tirer les enseignements. Un discours moralisateur ne suffit pas. Il faut gagner une majorité. Nous devons faire la démonstration que des valeurs comme la démocratie, la décision commune, le service public, les politiques sociales, de développement économique, la considération de chaque citoyen apportent plus à chacun et au développement de la ville que le système Dassault. Ce sont des valeurs de gauche dans lesquelles des citoyens d’horizons très différents peuvent se retrouver. Depuis deux ans, nous avons déjà beaucoup travaillé pour élaborer des propositions. Mais, même si la campagne est courte, nous allons prendre le temps de l’écoute pour rassembler et construire des mesures nouvelles répondant aux besoins immédiats et permettant de construire un projet d’avenir. Lors des dernières élections, la moitié des électeurs se sont abstenus ; raison de plus pour prendre le temps du débat avec chacun.

Entretien réalisé par 
Max Staat pour l'Humanité, photos E-Mosaïque (Pierre Laurent, François Delapierre et Bruno Piriou)

20:03 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bruno piriou, corbeil | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

A Mr
Jeau-Pierre Bechter
On lui fait confiance et on l estime parce que il nous a été présenté par le sénateur maire Serges Dassault
Seulement, je me souviens lui avoir adressé une correspondance des dégâts causé par Stephanie Coutard et son compagnon Pautrat Eric malheureusement sans suite, et depuis lors j ai entrepris une campagne contre l équipe municipale qui ose garder en son sein une femme et un homme peu recommandable, et de surcroit à des postes sensible, conseillère municipale, maison de quartier Ermitage et le dangereux Pautrat Eric chargé des cameras de la commune.

Pour moi c’est des diffamateurs, donc des fossoyeurs qui ont détruit mon couple.
Des specialistes d attestation fantaisistes,pourtant on se connait meme pas.
Un conseil, séparez vous de cet couple de votre municipale
Je compte sur vous pour réglez au plus vite cette situation
Cordialement
Franck Blanchard Edoh

Écrit par : Franck | 09/11/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu