Avertir le modérateur

31/03/2010

POUR LA DIGNITE DES RROMS DANS L’ESSONNE

roms44.jpgPlusieurs centaines de Roms ont participé le 31 mars à Evry à une manifestation de la Mairie à la Préfecture à l'appel de l'Association de Solidarité avec les familles Roumaines.

 

Une délégation composée de représentants de l'association et d'élus dont Bernard Véra, sénateur communiste de l'Essonne,  et du PG ont été reçu par le Préfet. Ils demandent notamment l'arrêt des expulsions, le droit au logement, à la santé, à l'éducation pour les enfants, à la dignité.

 

roms33.jpgDepuis plusieurs années ces familles Rroms vivent en Essonne dans des bidonvilles. Régulièrement expulsées par la force, leurs maigres affaires souvent détruites, elles n’ont d’autres choix que de se réinstaller ailleurs en attendant de nouvelles expulsions. Ce sont pourtant de ressortissants de la communauté européenne.

 

De nombreuses associations comme Attac, le LDH, la Maison du Monde, le MRAP, le Secours catholique, des Syndicats comme Solidaires et la CGT, des Partis (le PCF avec de nombreux élus), le PG, le NPA étaient présentes.

 

Article, vidéo et photos exclusifs E-Mosaïque

 

ROMS : DES IDEES RECUES (1)

 

Ce sont des nomades

NON. Ce sont des sédentaires « invités à la mobilité » après de nombreuses expulsions et qui sont devenus des migrants économiques comme les autres.

 

Ils vivent ensemble, en fratrie, à 30 ou 40

OUI. Mais cela n’est pas par plaisir. Cela s’appelle la solidarité et la sécurité, mais ils sont prêts à vivre autrement à condition de leur en donner les moyens, de les respecter.

 

Ils sont discriminés en Roumanie

OUI et NON. « L’anti-tsiganisme est un trait structurant de l’identité nationale roumaine, comme dans d’autres pays européens », mais il existe une intimité socioculturelle très grande entre Roms et non-Roms surtout à la campagne.

 

(1) - Références : Martin Olivera, auteur d’une thèse sur la communauté Rom en Roumanie

16:59 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rroms, manifestation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/03/2010

MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES IMPOSANTES

manif23.jpgDes millions de personnes ont fait grève et manifesté mardi en France dans le cadre d'une journée d'action pour l'emploi, les salaires et les retraites.

Environ 160 manifestations et rassemblements étaient annoncés dans tout le pays à l'appel des syndicats CGT, CFDT, FSU, Solidaires (Sud) et Unsa.

 

Le défilé parisien a relié dans l'après-midi la place de la République à celle de la Nation.

A Nice, 8.000 personnes  ont défilé, à Nantes, 10.000 personnes .

 

manif231.jpgFONCTION PUBLIQUE EN GRÈVE

La Fédération syndicale unitaire (FSU) a elle aussi appelé les personnels de la fonction publique à être "massivement en grève" et à manifester, tant pour le pouvoir d'achat que pour le "dossier essentiel des retraites".

Pour Bernard Thibault de la CGT, les raisons de manifester ne manquent pas.

"Il y a un regain de combativité des salariés pour faire admettre aux employeurs qu'il y a un problème de partage des richesses dans ce pays", a-t-il estimé sur Europe 1.

La réforme des retraites, qui débouchera sur des décisions à la rentrée selon le président Nicolas Sarkozy, va être "très compliquée", prévoit Bernard Thibault.

"C'est la raison pour laquelle j'espère qu'il y aura aujourd'hui un grand nombre de manifestants pour commencer à peser sur ce rendez-vous", a-t-il dit.

 

manif2391.jpgFORTE MOBILISATION DANS L’ESSONNE

La CGT 91 a dénombre 226 arrêts de travail dans le Privé et le Public en Essonne et plus de 51OOO grévistes Essonniens.

Plus de 3000 manifestants Essonniens étaient dans le cortège CGT 91.

D’ores et déjà la CGT prévoit des suites à cette journée sont en préparation.

Elle a décidé d’organiser plusieurs dizaines de DEBATS – MEETING SYNDICAUX dans les entreprises et les localités en Essonne. Et n’écarte pas la possibilité dans les prochaines semaines de tenir une journée départementale syndicale unitaire avec grève et manifestation est dans les « clous » en Essonne.

 

La FSU a constaté la fermeture de nombreuses écoles et une participation très importantes des enseignants dans cette action qui ne restera pas sans lendemain.

 

Texte, agences de presse, E-Mosaïque, photos, vidéo,  correspondant particulier CP.


MANIFESTATION A PARIS LE 23 MARS
envoyé par E-Mosaique. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

16:23 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : manifestation, cgt, fsu, unsa, essonne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/03/2010

Les grands nus existentiels de Lucian Freud

freud.jpgLe Centre Pompidou expose le peintre anglais de quatre-vingt-huit ans, devenu un maître en poursuivant un parcours atypique, hors mode, hors formatage.

 

Quelle bonne idée a eu Cécile Debray d’ancrer l’exposition 
Lucian Freud dans l’atelier du maître ! Car là est la clef de son grand œuvre  : depuis plus de soixante ans, ce peintre reproduit le même dispositif, travaillant debout, sur le vif, au chevalet, de jour comme de nuit, dans le huis clos de trois ateliers successifs, face à des modèles vivants, mis à nu, dont il exige qu’ils se rendent disponibles le temps d’interminables pauses.

Tout se joue dans sa gestualité, dans son « faire ». Comme on aimerait se cacher dans son atelier et, le voyant engager son corps, sous l’emprise de l’excitation que lui procure son modèle, saisir comment prend l’épaisseur d’un art qui se projette bien au-delà de la figuration et qui tente de capter la formation d’un sentiment existentiel  !

 

Le mal-aimé de la critique et ignoré du public

Dans les salles du Centre Pompidou, face à ces minutieuses mises en scène, on ressent une vérité d’incarnation, un rendu de la lumière, une animalité et une densité réflexive des êtres qui forcent le réel, l’intensifient.

Comment expliquer, face à pareille hallucination des sens, le malentendu qui a longtemps affecté l’œuvre de Lucian Freud, mal-aimé de la critique et ignoré du grand public  ?

 

En 1987, lors de la première exposition au Centre Pompidou, le contexte, déjà, est stigmatisant. La polémique sur la fin de la peinture bat son plein. Et il déboule, lui, avec des toiles qui se constituent à la manière d’un organisme, qui prennent corps dans le tactile d’une matière filandreuse, empâtée jusqu’au grumeau  !

 

freudcourbet.jpgfreud1.jpgMais c’est surtout son réalisme, l’intrusion violente de ses corps qui déstabilisent. Car ce n’est pas du nu académique, esthétisant, qu’il amène dans son atelier, non  ! Dans un décor pourri – évier sale, canapé crevé, fauteuil élimé, environnement déprimant –, il peint sa mère vieillissante, agonisante, mais aussi des chairs humaines et animales mélangées, vautrées l’une contre l’autre, ou de nombreux modèles masculins dans une impudence qui ne fut égalée, pour la femme, que par Courbet dans l’Origine du monde.

 

Plus tard, on aura confirmation de ce tempérament transgressif, lorsque Freud choisira pour modèles le corps disgracié, obèse, d’une employée et celui, lui aussi hors normes, du chorégraphe transformiste londonien Leigh Bovery…

Mais toutes ces années, ce qui gênait peut-être tant, c’est que le peintre, certain qu’« un corps tout nu renvoie le regard, réfléchit le peintre, peint le peintre », reprenait inlassablement son autoportrait, et qu’il allait finir, à soixante-dix ans, par nous le livrer brosse et palette à la main, en godillots, émacié et nu comme un ver…

Lucian est bien le petit- fils de Sigmund

 

Entre-temps, l’artiste, qui ne savait peindre que ses compagnes ou enfants, a ouvert son atelier au monde. Après la mort de son ami Francis Bacon, avec lequel il échangeait beaucoup, il s’est mis à travailler d’après Watteau, Chardin, Cézanne, Picasso…, reconnaissant que l’art vient de l’art.

 

freud_queen.jpgEt il est devenu le peintre vivant le plus coté. Le dimanche d’avant le vernissage, le peintre de quatre-vingt-huit ans, fin, sec, destroy, visite l’exposition. Lui qui a posé pour Giacometti, qui a peint la reine d’Angleterre, qui travaille encore comme Matisse, s’émeut de revoir de vieilles toiles prêtées par des collectionneurs. Il fait toujours scandale, son réalisme est plus que jamais tendu par le travail de l’inconscient et l’on se dit que, décidément, Lucian est bien le petit-fils de Sigmund.

 

Magali Jauffret, pour l'Humanité

 

Au 6e étage, Centre Pompidou, jusqu’au 19 juillet. Lucian Freud, l’atelier, sous la direction de Cécile Debray. Éditions Centre Pompidou, 256 pages, 44,90 euros. Chefs-d’œuvre, reprises, photos d’atelier, citations… l’indispensable catalogue  !

 « Toute œuvre est un portrait. » (Lucian Freud)


 
Grand' Art - Lucian Freud 2
envoyé par maneb40. - Regardez plus de courts métrages.

18:59 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lucian freud, centre pompidou | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu