Avertir le modérateur

28/02/2010

REGIONALES ILE DE FRANCE : 12 LISTES POUR 209 SIEGES

regionale1.JPGLes électeurs Franciliens auront le choix entre 12 listes le 14 mars pour élire 209 conseillers régionaux.

Parmi ces listes les plus sérieuses sont celles menées par Valérie Pécresse pour l’UMP, Europe Ecologie avec Cécile Duflot, la Front de Gauche mené par Pierre Laurent, celle du PS avec le Président sortant Jean Paul Huchon, le Front National, le NPA et le MODEM.

Les 209 élus seront répartis dans les 8 départements de l’Ile de France. Pour l’Essonne ce sont des listes avec 23 candidats qui sont présentées aux suffrages des électeurs.

Les principales sont celles du PS avec Julien Dray tête de liste, l’UMP avec la ministre Nathalie Kosciusko-Moricet, les Verts avec Jean-Vincent Placé, et enfin celle du Front de Gauche mené par François Delapierre.

Le mandat des élus est fixé à 4 ans, c'est-à-dire 2014 date où la nouvelle réforme territoriale devrait être mise en place avec la disparition de fait des conseils généraux à l’échelle des départements.

Les listes qui le 14 mars auront obtenu plus de 10 % des suffrages exprimés pourront se maintenir, celles qui obtiendront entre 5 et 10 % des voix pourront fusionner avec les premières, et celles dont le pourcentage est de moins de 5 % disparaîtront.

Ce mode d’élection, ajouté à la méconnaissance du rôle tenu par les conseillers régionaux expliquent les prévisions d’abstentions records que les sondages prévoient.

conseilregional.jpgLe conseil régional pourtant gère un budget considérable de 4,6 milliards d’€, soit 5 fois celui du département de l’Essonne emploie 10 000 agents et intervient dans les domaines essentiels que sont le transport, les lycées, la formation professionnelle, l'activité économique, le tourisme,  le logement, le soutien associatif.

Pourtant tout indique que ce ne sont pas sur ses sujets que les Franciliens voteront, mais sur la politique menée par M. Sarkozy et son gouvernement. L’intervention personnelle du Président de la République pour soutenir les candidats UMP, contraire aux traditions de la 5 ème République, les têtes de listes de la Droite menée par des ministres UMP en exercice confirment cette appréciation.

laurent91.jpgA Gauche, l’enjeu est celui du contenu de l’alternance souhaité qui est en jeu, entre un Parti socialiste qui à l’image des autres Partis socialistes d’Europe comme en Espagne, au Portugal, en Grande Bretagne, en Grèce, en Allemagne balance fortement vers son aile droite comme en témoigne ces propositions sur les retraites, et ses positions très ambiguës sur des sujets comme la santé, l’éducation nationale, la fiscalité, l’Europe sociale, et sa tiédeur sur la réforme des collectivités avec une partie de ses élus qui sont heureux dans les conversations privées de la disparition des départements dont celui de l’Essonne,  comme le sont les Verts, et un Front de Gauche novateur regroupant plusieurs  Partis et Associations comme le PCF, le PG, la GU fortement ancré à Gauche et partisan d’une réforme profonde le la société, et une répartition plus juste des richesses, et également engagé pour maintenir les échelons administratifs et politiques que sont les communes et les départements plébiscités par les Français dans toutes les enquêtes d’opinions.

20:29 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil régional, ile de france, essonne, pcf, pg, ump, ps, verts | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/02/2010

Turner et l’ivresse de la lumière

turnercalais.jpgAu Grand Palais, à Paris, «  Turner et ses peintres  ». Une exposition pour mieux comprendre
le parcours 
du plus singulier des peintres britanniques.

Sans doute faut-il commencer par la fin si l’on veut mettre en lumière ce que la nouvelle exposition du Grand Palais à Paris consacrée à Turner, sous le titre «  Turner et ses peintres  », peut avoir de singulier. La fin si l’on peut dire, alors que le peintre, né en 1775, approche de ses soixante-dix ans, ce sont ces toiles où les formes se noient dans la saturation lumineuse et l’explosion de la couleur, les tourbillons de la matière. Le Lac de Lauerzer et le Mythen, en 1848, les Chutes de la Clyde, vers 1845, ou encore cette formidable Tempête de neige, en mer, en 1842, que le peintre aurait lui-même vécue et à propos de laquelle on dit qu’il s’était fait attacher au mât, non pour entendre le chant des sirènes mais la grande symphonie chaotique des éléments déchaînés.

La copie des maîtres fait partie du parcours de tout artiste

Partir de la fin car l’exposition, dont on ne doute pas du succès, met en évidence avec pertinence d’où part Turner, mais cela n’a de sens que si l’on voit où il arrive. L’imitation, voire la copie des maîtres font partie du parcours de tout artiste, aussi grand soit-il, et c’est même la marque des plus grands que d’assumer leurs sources. À la Royal Academy of Arts de Londres, Turner entendra les discours de son président, le grand portraitiste sir Joshua Reynold  : « Étudiez donc les œuvres des grands maîtres pour toujours. Étudiez-les d’aussi près que vous le pouvez, à la manière et selon les principes qui les ont eux-mêmes guidés. » Mais aussi ceci, essentiel  : « Considérez-les à la fois en tant que modèles à imiter et en tant que rivaux à combattre. »

Turner est entré à quatorze ans à la Royal Academy. Fils d’un modeste barbier mais animé par une solide ambition, il va beaucoup produire, beaucoup imiter, découvrant en même temps Rembrandt, Poussin, Claude Lorrain, dont un tableau l’aurait fait fondre en larmes. En 1813, il reprend, de Poussin, le thème du déluge et rajoute le rougeoiement d’un soleil de fin du monde, des trombes d’eau monstrueuses. En 1828, il reprend, de Claude Lorrain, un port de mer au soleil couchant, mais son soleil touche à l’ivresse et la lumière est partout. La lumière, il la prend aussi chez Rembrandt, dorée quand elle nimbe le corps de Bethsabée ou le philosophe  ; chez Watteau, dans les lointains où se dessine Cythère… Il va la porter à l’incandescence, qu’il s’agisse de marines, de scènes mythologiques comme dans Mercure envoyé pour avertir Énée, en 1850, d’un train dans la fumée… Il donne à voir autrement. Avant Turner, dira Oscar Wilde, « il n’y avait pas de brouillard à Londres ». Il est toujours facile, après coup, de voir ce que l’œuvre d’un peintre a pu anticiper des temps qui l’ont suivi. On a dit de Turner qu’il annonçait l’impressionnisme. C’est un peu une illusion d’optique. La lumière de Turner est un emportement, pas un réalisme. Il est plus proche en un sens de Gustave Moreau et du symbolisme. On dirait qu’il pressent l’abstraction, mais peut-être cherchait-il seulement à éblouir ses contemporains. On reste un peu pantois, toutefois, devant ses Trois Marines, de 1827. Des bandes de couleur horizontales. Tiens, se dit-on, on dirait un Rothko..

Maurice Ulrich, l'Humanité

Jusqu’au 24 mai 2010. 
Catalogue édité par la Réunion 
des musées nationaux. 290 pages. 39 euros.

turneraut.jpgTURNER WILLIAM

Peintre anglais, né à Londres le 23 avril 1775, mort à Chelsea le 19 décembre 1851.

Fils d'un pauvre perruquier, il se lia dans son enfance avec Thomas Girtin et peignit comme lui des aquarelles (cet artiste très bien doué mourut à vingt-sept ans, à la suite de débauches): les deux amis intéressèrent à leurs efforts le docteur Munro qui leur permit de copier les dessins de sa magnifique collection et achetait une demi-couronne leurs croquis.

Les grands peintres


Exposition "Turner et ses peintres"
envoyé par 20Minutes. - Regardez plus de courts métrages.

19:48 Publié dans Evénements | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peinture, turner, exposition, grand palais | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/02/2010

VILLABE RENTRE DANS LES RANGS

VILLABE.jpgADHESION A LA COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION D’EVRY CENTRE

 

C’est à l’unanimité que les conseillers communautaires de l’agglomération d’Evry Centre viennent d’accepter l’adhésion de la ville de Villabé, 4 921 habitants.

Villabé rejoindra ainsi Evry, 53 371 h, Ris-Orangis, 26 813 h, Courcouronnes, 14 595 h, Bondoufle, 9 572 h, et Lisses, 7 001 h.

 

Au 1er juillet 2010, date d’effet de cette adhésion la nouvelle communauté d’agglomération s’étendra sur une superficie de 8 417 ha, et comprendra une population de 116 273 habitants.

 

Villabé, surnommée la petite Corbeil quitte donc définitivement le giron de sa grande sœur pour rejoindre Evry et sa région et consolider politiquement le Président de la Communauté d’agglomération d’Evry, et Maire d’Evry Manuel Valls.

 

Politiquement minoritaire au sein de l’actuelle Communauté d’Agglomération, 14 conseillers pour Evry, 11 pour Ris, soit un total de 25 pour la gauche, contre 11 pour Courcouronnes, 8 pour Lisses, et 8 pour Bondoufle, soit un total de 27 élus de droite, avec les 5 représentants de gauche de Villabé, il aura une majorité automatique de 30 sur 57. Même si aujourd’hui la quasi-totalité des décisions prises au sein de l’agglomération, le sont de manière consensuelle, c’est une garantie pour Manuel Valls contre les aléas de l’avenir. Et cerise sur le gâteau, le PS a lui seul aura la majorité absolue, les autres représentants de la gauche (Verts et PC) étant ultra minoritaires et absents de toutes les vice-présidences.

 

AGGLO.jpgLE PROJET COMMUNAUTAIRE

Celui qui est inscrit dans les documents officiels (rapport aux conseils municipaux) est « celui d’une démarche d’élaboration d’un projet de territoire qui doit permettre d’affirmer la place de l’agglomération dans le débat métropolitain et préparer son élargissement », « la priorité au développement économique est réaffirmée pour accueillir des entreprises et des emplois »,  « la définition d’un projet urbain de qualité s’inscrira dans un effort de planification qui conduira le territoire à se doter d’un SCOT, et à créer de nouveaux quartiers ».

 

L’objectif clairement affiché est celui de l’élargissement et d’un développement économique et urbain, dans ce cadre la ville de Villabé sera à coup sûr très sollicitée.

 

Dans un courrier aux habitants la Maire de la ville, Irène Maggini a essayé de se justifier sur cette adhésion en indiquant d’une part, ce qui est vrai, l’obligation pour chaque commune d’adhérer à une intercommunalité, et d’autre part que Villabé resterait maître de la construction des logements, ce qui est plus discutable.

Elle a invoqué les compétences et les avantages de la Communauté d’Agglomération, en citant un seul exemple celui de la gestion de l’eau, qui justement pose actuellement un problème à tel point que de nombreux élus proposent que ce service actuellement privé revienne en gestion directe.

 

Les élus communistes de Villabé, dans l’opposition ont souhaité qu’un référendum soit organisé au sein de la population pour que les habitants puissent s’exprimer sur cette adhésion de Villabé à l’agglomération d’Evry Centre.

 

Le dossier sur cet élargissement est loin d’être clos, et celui plus général d’un élargissement vers d’autres communautés encore moins. Il est lié de plus à la réforme des collectivités et notamment la suppression de fait des départements, et celui de la taxe professionnelle aux conséquences néfastes pour les communautés d’agglomérations.

 

 

VILLE

REVENU/HABITANT

TAUX PROPRIETAIRES

TAUX DE CHOMAGE

 

EVRY

13 599 €

38,1

7,5

 

RIS ORANGIS

16 758 €

52,7

10,6

 

COURCOURONNES

16 577 €

50,9

11,4

 

LISSES

20 027 €

61,5

8,2

 

BONDOUFLE

24 383 €

82,9

6,3

 

VILLABE

20 440 €

79,9

7,3

 

 

Photos : Le rond point de Villabé, oeuvre de M. Melin, logo de l'agglomération. Données chiffrées : Internaute.com, INSEE

11:20 Publié dans Collectvités locales | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villabé, evry, conseil communautaire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu